EDF se fait tirer les oreilles à propos du chantier de l'EPR de Flamanville

 |   |  608  mots
Dans sa mise en demeure, l'inspection du travail relève que les différents équipements constituant cette unique machine (pont polaire Apco et chariots TLD Mammoet) n'ont pas été conçus pour être utilisés ensemble et que les chariots TLD Mammoet ne sont notamment pas intégrés dans le dispositif global prévu par Apco pour le pont polaire.
Dans sa mise en demeure, l'inspection du travail relève que "les différents équipements constituant cette unique machine (pont polaire Apco et chariots TLD Mammoet) n'ont pas été conçus pour être utilisés ensemble et que les chariots TLD Mammoet ne sont notamment pas intégrés dans le dispositif global prévu par Apco pour le pont polaire". (Crédits : Reuters)
EDF a reçu une mise en demeure de l'inspection du travail lui enjoignant de mettre en conformité une machine centrale du chantier. "Nous avons bien reçu cette demande de l'inspection du travail vendredi concernant ce rapport", mais "le chantier n'est pas arrêté", a affirmé le groupe.

C'est décidément un chantier qui aura causé beaucoup de souci à EDF. Le groupe a reçu une mise en demeure de l'inspection du travail lui enjoignant de mettre en conformité une machine centrale du réacteur nucléaire EPR à Flamanville, a-t-on appris ce lundi auprès du groupe, qui a confirmé une information de Mediapart.

"Nous avons bien reçu cette demande (...) mais le chantier n'est pas arrêté"

Un porte-parole d'EDF a confirmé auprès de l'AFP que le groupe avait reçu une telle mise en demeure la semaine dernière, mais a démenti toute interruption des travaux du chantier.

Nous avons bien reçu cette demande de l'inspection du travail vendredi concernant ce rapport", mais "le chantier n'est pas arrêté (...) Nous transmettrons les informations à l'inspection du travail en temps et en heure. Ca fait deux mois que nous discutons avec eux et que nous échangeons avec eux. Nous avons déjà produit un rapport provisoire, nous sommes en train de travailler sur ce rapport définitif.

Le 7 novembre, l'inspection du travail avait demandé  "à EDF de faire réaliser une vérification de la conformité de la machine"

Mediapart a publié cette "mise en demeure" de l'inspection du Travail, transmise le 13 décembre, dans laquelle elle enjoint le groupe à mettre en conformité cette machine centrale du chantier, composée d'un pont polaire et de chariots et qui sert à l'installation des équipements.

"Une telle mise en conformité devra notamment concerner l'ensemble des non-conformités identifiées par les inspecteurs du travail ou qui pourraient figurer dans le rapport de la vérification demandée par la décision du 7 novembre", précise l'inspection du travail dans ce document. L'inspection du travail avait demandé le 7 novembre "à EDF de faire réaliser une vérification de la conformité de la machine", ce que le groupe a établi mais dans un rapport provisoire.

Dans sa mise en demeure, l'inspection du travail relève que "les différents équipements constituant cette unique machine (pont polaire Apco et chariots TLD Mammoet) n'ont pas été conçus pour être utilisés ensemble et que les chariots TLD Mammoet ne sont notamment pas intégrés dans le dispositif global prévu par Apco pour le pont polaire".

"15 non conformités manifestes concernant le pont Apco"

Elle précise qu'une visite de contrôle de la machine effectuée par l'inspection du travail le 25 octobre "fait apparaître 15 non conformités manifestes concernant le pont Apco, chacun des chariots TLD Mammoet, ainsi que l'ensemble de la machine qu'ils constituent" qui ont été notifiées à EDF le 8 novembre.

Elle ajoute qu'EDF a transmis un rapport provisoire, daté du 25 novembre, de la vérification réalisée par la société Socotec, dans lequel cette dernière "identifie 43 non conformités dont plusieurs concernent les organes de commande de la machine".

Pour Greenpeace, "EDF ne sait pas construire ce réacteur. Personne ne le sait"

Pour l'ONG Greenpeace, "cette nouvelle péripétie démontre une chose que nous savions déjà: EDF ne sait pas construire ce réacteur. Personne ne le sait (...) Le produit star du nucléaire français, la tête de gondole des déplacements gouvernementaux voit son image fortement écornée. Après les années de retard (4 minimum) et l'explosion de son budget (de 3,3 à 8,5 milliards d'euros), cette nouvelle péripétie démontre une chose que nous savions déjà : EDF ne sait pas construire ce réacteur. Personne ne le sait", estime l'ONG dans un communiqué transmis à l'AFP. "Cela pose une question importante: comment vend-on un produit qu'on est incapable de construire?", ajoute Greenpeace.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2013 à 12:39 :
Les cartons jaunes sont permanents dans le nucléaire. Sous estimation systématique des coûts au départ, fabrications régulièrement spécifiques de produits de très haute technologie, partenariats et sous-traitances remaniés en permanence, règles changeantes au fur et à mesure des "incidents" repérés dans le monde, budgétisation ridicule de démantèlements forcément à coût astronomique, incapacité technologique à neutraliser les déchets... Une branche industrielle à bannir définitivement. Mais bon, comme les X-ponts-mines sont à la manoeuvre depuis 50 ans, peu de chance que cela change.
a écrit le 17/12/2013 à 20:14 :
Greenpeace est vraiment à la recherche du moindre pet de travers pour déclarer "EDF ne sait pas construire ce réacteur", tout ça pour un malheureux gros pont roulant !
Oui, les écarts réglementaires sur les ponts, ça arrive, dans l'industrie comme ailleurs. Ils ont été visiblement détectés au moment de la réception et seront traités.
Ca provoquera peut être du retard mais c'est pas ça qui va remettre en cause un pareil chantier.
J'attend vraiment le communiqué de Greenpeace la prochaine fois où dans une centrale les WC seront bouchés !
Réponse de le 17/12/2013 à 20:28 :
"Bachoubouzouc",oui les écarts sont le propre de l'industrie mais ici cette industrie n'est pas ordinaire ! Dois-je rappeler "l'expérience" menée par les Ukrainiens (Tchernobyl) et les Japonais (Fukushima) .Le nucléaire relève d'une conception qui ne peut souffrir d'aucun manquement sinon ...J'espère que vous n'avez pas d'enfants !
Réponse de le 17/12/2013 à 22:56 :
Laissez, Bachou est un troll et sevit sur d'autres sites. Le nuke sera mort et enterre qu'il invectivera encore et trouvera toute raison pour ne pas se questionner.
Sans doute a-t-il un quelconque interet dans l'industrie de production de dechets radioactifs.
a écrit le 17/12/2013 à 17:21 :
Je suppose que les gens de Greenpeace ont toutes les compétences requises. Pourquoi n'a-t-on pas fait appel à eux, quel erreur, ah "Personne ne la sait...", même pas eux, c'est bête. Je conseille à Greenpeace d'aller voir un peu chez Poutine ce qui s'y passe.
Réponse de le 17/12/2013 à 20:32 :
"Monteloup",petit correctif,l'association GREENPEACE est allée voir en mer de Barents il y a quelques semaines et les forces spéciales de Poutine ont été au rendez-vous ! Il est facile derrière son ordinateur de donner des leçons mais pour passer à l'acte il n'y a plus grand monde peut-être à l'exception de vous "Monteloup" ?
a écrit le 17/12/2013 à 16:09 :
Est-il nécessaire de répéter 3 fois les mêmes phrases pour rallonger l'article ?
a écrit le 17/12/2013 à 15:07 :
Bis repetita de l'autre catastrophe EPR d'Areva à Olkiluosto en Finlande. Démarré en
2005 pour 4 ans de travaux et 3 milliards d'Euros. Finition peut-être en 2015 pour plus de
8 milliards ! Bouygues a aussi contribué au fiasco.
Réponse de le 17/12/2013 à 22:57 :
+1
a écrit le 17/12/2013 à 14:45 :
inspection du travail...pilotée par la CGT...?
Réponse de le 17/12/2013 à 19:14 :
toujours les mêmes conneries qui circulent sur les forums ,allez prendre l'air çà vous aérera la tête
a écrit le 17/12/2013 à 11:40 :
La ligue des obscurantistes serait-elle à la manoeuvre ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :