Thales : la Bourse sanctionne la provision passée sur l'A400M

 |  | 211 mots
Lecture 1 min.
Le groupe doit passer une provision de 60 millions d'euros liée au retard de l'avion de transport militaire qui aura un impact sur ses résultats 2008. Le titre a perdu plus de 3% à la Bourse de Paris.

Le groupe français Thales a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 1% au troisième trimestre, à 2,635 milliards d'euros (+8% à taux de change et périmètre identiques). Thales prévient toutefois qu'une provison de 60 millions d'euros liée au retard de l'A400M d'EADS aurait un impact sur ses résultats, dans un communiqué paru vendredi.

L'objectif d'Eebit (résultat opérationnel courant après charges de restructuration) d'au moins 7,25% des revenus en 2008 est "réalisable", mais "avant la prise en charge d'une provision (...) d'environ 60 millions d'euros, qui devrait être enregistrée sur le deuxième semestre 2008 au titre du programme A400M", précise Thales. En raison des retards de l'avion de transport militaire d'EADS, Thales juge en effet nécessaire de "réviser sensiblement l'estimation des charges prévues pour les versions à venir du système de gestion de vol (FMS) dont il a la charge", est-il expliqué.

Par ailleurs, Thales a confirmé son objectif de croissance organique de 6% pour cette année. Son carnet de commandes à fin septembre s'élève à 9 milliards en hausse de 23% sur celui de la même période il y a un an. Enfin, son chiffre d'affaires s'inscrit à 8,3 milliards d'euros sur neuf mois. 

En Bourse, le titre a perdu 3,31% ce vendredi, à 3,31 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,

On parle souvent des grosses entreprises,concernant les retards de programme aéronautique de plus en plus fréquents: A380 NH 90 A400M, mais comment vivent au quotidien les PMI qui subissent ces aléas, comme notre société.
Que dire en pire quand votre propriétaire est un fonds d'investissement dont le seul objectif est le résultat d'exploitation, et non inscrit dans une logique industrielle.

La fin de la fable:
Pas d'investissement( défavorable à l'économie générale)
Pas de recrutement ou baisse des effectifs.
Pas de récompense salariale.

On veut faire de sprogrammes dans des temps records, mais on se plante et surtout on plante les autres.

Ce système est à revoir.
Quand vous livrez en retard, on vous impose des pénalités.

Cordialement.

PS Merci, pour la qualité de vos articles
cgc.artus@yahoo.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :