Dassault Aviation n'aura pas à lancer une OPA sur Thales

L'avionneur ne sera pas contraint de lancer une offre publique d'achat sur le groupe électronique français dont il souhaite acquérir les 20,8% du capital détenus par Alcatel-Lucent.

1 mn

Dassault Aviation ne sera pas contraint de lancer une offre publique d'achat (OPA) sur Thales en rachetant la part de 20,8% d'Alcatel-Lucent au sein du groupe d'éléctronique français, a annoncé ce jeudi l'Autorité des marchés financiers (AMF). Dassault se "substituera aux droits et obligations" d'Alcatel-Lucent en adhérant aux "pacte d'actionnaires et la convention sur la protection des intérêts stratégiques nationaux dans Thales", précise l'AMF.

Cette dernière considère également que le secteur public "demeurera prédominant au sein du concert formé avec Dassault Aviation, lequel détiendra aussi la majorité des droits de vote de la société Thales et que, par conséquent, il n'y avait pas lieu (...) au dépôt obligatoire d'un projet d'offre publique".

Le groupe est entré en discussion exclusive avec l'équipementier en télécommunications Alcatel-Lucent pour le rachat de sa part de 20,8% dans Thales pour un montant de 1,56 milliard d'euros, ont annoncé les deux groupes le 18 novembre. Si l'opération réussit, Dassault Aviation devrait aussi racheter les 5% du capital de Thales que détient déjà sa holding, le groupe industriel Marcel Dassault, pour constituer un bloc de près de 26% au capital de l'électronicien.

La direction de Dassault Aviation avait annoncé mercredi aux représentants du personnel réunis en comité central d'entreprise (CCE) qu'il "n'y aura pas de modification de périmètre ou de structure due à l'introduction de Dassault dans l'actionnariat de Thales", et ce pour les deux groupes. Elle s'est aussi engagée à ce qu'il n'y ait "pas de conséquences sociales pour les salariés de Dassault ou Thales".

1 mn