Rafale au Brésil : Dassault Aviation dépose son offre formelle

 |   |  165  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le fabricant de l'avion de combat Rafale avait jusqu'à ce lundi pour déposer son offre auprès du gouvernement brésilien.

La première vente du Rafale à l'étranger est en route. Dassault Aviation, fabricant de l'avion de combat, a indiqué ce lundi avoir remis son offre finale au gouvernement brésilien. Le ministère de la Défense de Brasilia avait en effet fixé au 21 septembre le dernier délai pour que Dassault et ses concurrents formalisent leur offre commerciale.

Le contrat porte sur la fourniture de 36 avions de combat. Si Dassault Aviation l'emporte, ce sera la première exportation du Rafale.

L'avion de combat de Dassault Aviation est en compétition avec le Gripen du suédois Saab et le F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing. L'avion français fait néanmoins figure de favori, en particulier en raison des importants transferts de technologie concédés par Dassault.

Par ailleurs, début septembre, le président brésilien Luiz Inacio Lula avait donné son accord de principe pour l'achat du Rafale à l'occasion d'une visite de son homologue français Nicolas Sarkozy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ah bon ? Le biiiiiiipppppp de 53% des français prétendait que tout était bouclé en faveur du Rafale... On nous aurait menti une fois de plus ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si gros transferts de technologie à la clé, alors cette vente est un échec.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu(en est il des transferts de technologie? . LA tribune peut elle nous expliquer ce que le Brésil pourra faire tout seul : l'avion ? le radar ? les systèmes de défense ? les moteurs ? ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans le domaine de l' armement,c' est plus du "troc", comme au bon vieux de temps, que de la vente.
De plus, c' est nos impôts "qui risquent d' aider" le Bresil a financer ses achats.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
niveau transfert, le radar je ne suis pas sûr que le brésil sache le faire, le moteur peut être, les composites j'en doute fort. Je pense que c'est surtout l'assemblage final qui sera fait au Brésil, mais à partir d'éléments produits en france. La compensation ce sera surtout à mon avis l'aide que l'on fournira pour leur avion de transport et le fait d'en acheter une dizaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :