Quand le patron de Dassault balance sur Thales

Le PDG de Dassault Aviation (Rafale, Falcon) a tenu des propos musclés à l'encontre de l'ancienne direction de Thales, dont Denis Ranque était le PDG.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Le PDG de Dassault Aviation Charles Edelstenne ne s'est pas gêné mercredi devant les députés pour critiquer les errements de l'ancienne direction de Thales. Il a même carrément balancé. Selon des sources concordantes, il a affirmé qu'il découvrait "des contrats avec des pertes astronomiques" avec des décisions prises "dans un esprit "fire and forget" ("tire et oublie", à l'image de certains missiles, ndlr)".

"Vizir à la place du vizir"

Il a notamment fait mention du contrat A400M sur lequel le groupe électronique avait gagné la fourniture du "Flight management system" (FMS), le système de gestion des vols de l'avion de transport militaire. Pour le contrat Meltem, le programme d'avions de patrouille maritime turc, Thales a "voulu devenir vizir à la place du vizir", a-t-il asséné. Deux contrats remportés par la division aéronautique à l'époque dirigée par François Quentin, qui était aussi le favori de Dassault Aviation pour la succession de Denis Ranque, avant d'accepter in fine la nomination de Luc Vigneron à la tête de Thales.

Pourquoi balancer maintenant ? Est-ce un rideau de fumée pour protéger l'actuelle direction, qui peine toujours à convaincre en interne et à l'extérieur et sur laquelle Charles Edelstenne ne s'est pas exprimé (ce qui laisse libre cours à chacun d'interpréter ses silences) ? Car le fiasco de ces deux contrats est depuis longtemps connu et intégré par l'actuelle direction, qui a provisionné en conséquence.

Redistribution des cartes

Interrogé par les députés sur les coopérations possibles entre Thales et Safran, Charles Edelstenne a expliqué qu'en tant qu'actionnaire de référence du groupe électronique, il était "partant pour une redistribution des cartes" dans le domaine de la défense. Toutefois il reste opposé à un "transfert de l'avionique de Thales vers Safran" - il a d'ailleurs refusé en 2010 la demande de Safran -, car selon lui "on ne peut distinguer l'avionique civile de l'avionique militaire".

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 09/02/2011 à 21:23
Signaler
Je pense que le PDG de Dassault ferait mieux de s'occuper de vendre le Rafale s'il en est encore capable mais je commence à en douter. Quand à Thales, une société qui marchait et qui se développait chaque jour, est complètement bloquée par un PDG qui...

le 10/02/2011 à 19:38
Signaler
je suis 100% d'accord avec cela. maintenant ce les employés de Thales qui vont payer les fautes de son PDG...

à écrit le 05/02/2011 à 12:39
Signaler
Rentrer des contrats générant des pertes est le moyen le plus sur d'avoir un PSE. Aucune entreprise, ne peut se permettre d'avoir un solde positif sur la majorité des affaires. Concernant THALES, si il y avait que MELTEM, qui soit dans le rouge, FREM...

à écrit le 05/02/2011 à 8:56
Signaler
Tout à fait d'accord avec Charles Edelstenne. Concernant le programme Meltem, Thales a voulu mettre les pieds dans un domaine inconnu, celui de systèmier, et cela est un désastre avec une renégociation du contrat, avec le client Turque où Thales, n'e...

le 05/02/2011 à 11:01
Signaler
Salariés, n'oubliez pas qui paye vos salaires !

le 05/02/2011 à 11:09
Signaler
Pour info, prendre des contrats (A400, MELTEM), c'est prendre des commandes et de fait se créer des opportunités de sécuriser vos emplois en France (VS dans une période où on parle politique industrielle...), de développer et/ou de maintenir de nouve...

le 08/02/2011 à 20:05
Signaler
Oui mouche ton nez, prendre des contrats aujourd'hui dans les grosses sociétés, c'est à coup sur pour l'argent car, pour produire les richesse, on va plutot vers les pauvres polonais et les pays à bas coup mais on ne développe surement pas l'industri...

à écrit le 04/02/2011 à 21:09
Signaler
De quoi se mèle M. Edelstenne ? C'est tellement facile de voir la paille qui est dans l'oeil de son voisin et de ne pas voir la poutre qui est dans le sien : le Rafale aurait il été vendu à l'étranger ? Visiblement, non ! Mais si cela avez été le cas...

le 07/02/2011 à 14:14
Signaler
Le FMS ne sera pas disponible avant 2020 compte tenu des possibilités technologiques actuelles.

à écrit le 04/02/2011 à 18:10
Signaler
Thales est si original dans ses choix. Sous traitant pour gagner un contrat, il vaut mieux un bon ami ou une bonne carte qu'une bonne offre! Alors quand le choix se fait sur les connaissances plutot que les compétences, il n'est pas surprenant que...

le 04/02/2011 à 19:46
Signaler
A Dtydar Les bon amis n'existent pas pour vendre des Rafales ?

à écrit le 04/02/2011 à 18:09
Signaler
Ce n'est pas lorsque Ranque était patron de Thales que l'action à chutée de 30% ! Mais lorsque Vigneron a annoncé son plan ! Ce n'est pas lorsque Ranque était patron de Thales que les dirigeants majeurs sont partis. Comme pour les politiques lorsq...

à écrit le 04/02/2011 à 17:05
Signaler
Je serais Vigneron, je me méfierais!

le 05/02/2011 à 21:01
Signaler
"on ne peut distinguer l'avionique civile de l'avionique militaire".dit le PDG de Dassault, actionnaire de Thales. Or Mr Vigneron vient, avec sa nouvelle organisation du groupe, de démanteler la division aréonautique qu'avait mise en place Denis Ranq...

le 08/02/2011 à 20:09
Signaler
Rassurez vous, dans d'autres groupe français équivalents, on fait pareil. On démantelle le militaire parce que les robinets de la pompe à fric se tarissent.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.