L'opération Harmattan a coûté près de 200 millions d'euros à la France

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
Déjà 1 milliard de dépenses pour les « opex », pour 650 millions budgétés pour 2011.

Autour de 200 millions d'euros. C'est environ l'ordre de grandeur du coût pour la France de l'opération Harmattan débutée le 19 mars en Libye, explique-t-on au ministère de la Défense. Ceci sur la base d'un mode de calcul très simple. « Le surcoût du conflit s'élevant en moyenne à 1,2 million d'euros par jour, le montant sur cinq mois approche les 190 millions [187 millions, Ndlr] », assure une source militaire. « Les munitions et les salaires des 2.000 à 2.500 soldats de l'aéronavale constituent l'essentiel de la dépense.

L'enveloppe englobe aussi l'utilisation des avions Rafale ou Mirage, des hélicoptères, du porte-avions Charles-de-Gaulle jusqu'à début août, de la maintenance... Entre le 11 et le 18 août, le dispositif militaire français a assuré près de 150 sorties, dont plus de 65 % sont des missions de frappe au sol », explique un communiqué de l'état-major. À titre de comparaison, le coût de la présence française en Afghanistan est légèrement supérieur à près de 1,3 million.

Les opérations en Libye n'ayant évidemment pas été prévues, le budget dévolu en 2011 aux opérations extérieures (les « opex »), de 650 millions d'euros, va être largement dépassé. « Avec l'Afghanistan et la Libye, les dépenses devraient se situer entre 950 millions et 1 milliard d'euros », dit-on au ministère de la Défense. Qui financera ce surcoût ? Mystère. Dans le passé, l'État n'avait pas hésité à combler de tels surcoûts en ponctionnant les autres ministères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2011 à 9:34 :
Décidément le pétrole n'a plus de prix ni financier, ni moral, nous vivons dans un monde magnifique,... les Chinois du pétrole quittent la Lybie,... français en anglais ne vont pas tarder à les remplacer...
a écrit le 23/08/2011 à 9:23 :
on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs.
après les avoir cassés , l'omelette a souvent bon goût.
pour gagner, il faut toujours savoir perdre un peu.
a écrit le 23/08/2011 à 7:01 :
bonjour
pour aller faire la guerre on a de l'argent mais pour le service puplique les salaires les retraites les caisses sont vides
Réponse de le 23/08/2011 à 8:37 :
oui mais cette opération peut etre trés "bankable" comme on dit Vous croyez qu on deplacerait une flotte aéronavale et un soutient aérien massif à un pays plein de sable et de cailloux uniquement parce qu on soutient une juste cause?? Y a de tres gros contrats en jeu et vous pouvez être sur que les accords avec le gouvernement provisioire avait ça dans la ballance...En plus force est de reconnaitre que nos pilotes et nos "rafales" ont été sacrement efficace ...Gros contrat+prestige international+ intervention comme de valeureux paladins de la liberté = bonne affaire ...si les deux premiers sont absents pas la peine de se déplacer ...
Réponse de le 23/08/2011 à 9:16 :
Pourquoi mettre les salaires dans les dépenses ? De toutes façons ils faut les payer. Peut être la prime d'opérations extérieures !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :