Déboires du Boeing 787 : cellule de crise chez Thales

Après la décision de l'autorité américaine de sécurité aérienne, la FAA, d'interdire dans la nuit de mercredi à jeudi tous les vols de Boeing 787 Dreamliner à travers le monde, le groupe d'électronique, qui conçoit un de ses systèmes électriques, a mis en place une cellule de crise. Son PDG, Jean-Bernard Lévy, suit de très près le dossier.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Moins d'un mois après son arrivée à la tête de Thales, le nouveau PDG, Jean-Bernard Lévy, affronte sa première vraie crise. L'immobilisation au sol des Boeing 787 à cause de problèmes de batteries fabriquées par la société japonaise GS Yuasa, et/ou du système qui l'entoure conçu par l'électronicien français, est pris très au sérieux chez Thales. Selon nos informations, le groupe a mis en place une cellule de crise dès jeudi dernier après la décision de l'autorité américaine de sécurité aérienne, la FAA, d'interdire dans la nuit de mercredi à jeudi tous les vols de Boeing 787 Dreamliner à travers le monde en raison des problèmes de deux problèmes de batterie en une semaine, le premiert à Boston sur un avion de JAL, l'autre au Japon sur un appariel d'ANA.

Avant cette décision de la FAA qui a privilégié le principe de précaution, les problèmes du B787 étaient suivis de façon moins intense. Ce qui n'est plus le cas. Jean-Bernard Lévy suit lui-même l'affaire de très près. Des équipes de Thales de l'usine de Chatou (Yvelines) sont actuellement auprès de Boeing à Seattle pour identifier et résoudre le problème.

Les chaînes de responsabiltié difficilement traçables

Car pour Thales, l'affaire est importante. Le groupe d'électronique avait gagné sur le B787, contre des fournisseurs traditionnels de Boeing, le lot de la conversion électrique qui comprend notament les batteries de GS Yuasa. "Thales convertit l'énergie de cette batterie pour alimenter les systèmes de l'avion", explique un connaisseur de l'avion. Tous les composants de ce lot sont envoyés à Boeing qui à la charge de l'intégration, explique t-on chez Thales. Les batteries japonaises, achetées par Thales, sont même envoyées directement du Japon à Seattle.

Le Bureau américain de la sécurité des transports (NSTB) a écarté dimanche une surcharge de la batterie du 787 Dreamliner de Boeing de JAL, où un départ de de feu s'était déclenché après l'atterrissage à Boston. L'enquête se poursuit sur l'appareil d'ANA, qui a rencontré lui aussi un problème électrique. Si le système de conversion élecrtrique était mis en cause,  Boeing pourra-t-il se retourner contre Thales ? Très difficile, expliquent les experts. Car les chaînes de responsabilité ne sont pas facilement traçables, assure-t-on à "La Tribune".

2 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 21/01/2013 à 9:44
Signaler
Quand on bricole en travaillant chacun dans sont petit coin, fabriquer du câblage électrique sans pouvoir effectuer des test avec la batterie qui y sera connecté et en situation réel dans l'avion, c'est me semble-t-il une façon de travailler obsolète...

le 21/01/2013 à 11:57
Signaler
Votre exposé sur la sous-traitance démontre votre parfaite méconnaissance du sujet et votre entière ignorance sur le partenariat d'entreprise concernant la sous traitance. A l'avenir, laissez les personnes compétentes s'exprimer sur le sujet, cela év...

le 21/01/2013 à 12:44
Signaler
VolHAUT. Je vous suggère d'atterrir et de cliquer sur le site de Boeing à son quartier général de Chicago. Il est évident que la situation du 787 est mauvaise; mais arrêtons en France de nous masturber avec les avatars des autres...JCM: employé de ...

à écrit le 21/01/2013 à 6:43
Signaler
"Boeing pourra-t-il se retourner contre Thales ? Très difficile, expliquent les experts" Cela dépend en fait de ce qu'il y a dans les contrats d'une part et de la détermination de Boeing à identifier les causes précises de ces problèmes. Pour les con...

le 21/01/2013 à 7:48
Signaler
Boeing accusera quant même les autres, les français notamment, pour se défausser.

le 21/01/2013 à 11:07
Signaler
C'est le principe même de la sous-traitance : démission de responsabilité. De plus en plus d'entreprises sous-traitent leur propre métier, pour faire plus de marges et pour se dédouaner totalement de leurs responsabilités. L'exercice a des limites, e...

le 21/01/2013 à 18:02
Signaler
@dubol & soutraitor: OK Boeing cherchera a se defausser sur un fournisseur mais neamoins il ne faut pas enlever a Boeing la responsabilite d'avoir choisi ce fournisseur que ce soit Thales ou un autre car Le fournisseur de batteries a du aussi être ap...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.