Boeing lance l'assemblage du 787-9, la version allongée du Dreamliner

L'avionneur américain a annoncé le début de l'assemblage du 787-9, version allongée de son 787 Dreamliner, avec lequel il veut montrer que les problèmes d'industrialisation de cet appareil sont derrière lui. Le 787-9 pourra emporter de 250 à 290 passagers, soit 40 passagers de plus que le 787-8 entré en service en septembre 2011.
Assemblage final du premier 787-9 Dreamliner / DR
Assemblage final du premier 787-9 Dreamliner / DR

L'avionneur américain Boeing a annoncé dimanche le début de l'assemblage du 787-9, version allongée de son 787 Dreamliner, avec lequel il veut montrer que les problèmes d'industrialisation de cet appareil sont derrière lui. "Le tout nouveau membre de la famille 787 a commencé à prendre forme dans les délais prévus sur le site d'Everett (État de Washington), où Boeing a entamé le 30 mai l'assemblage des tronçons de grandes dimensions de cet avion super-efficient", indique le communiqué.

Le 787-9 pourra emporter de 250 à 290 passagers, soit 40 passagers de plus que le 787-8 entré en service en septembre 2011. Il doit effectuer son premier vol cet été pour une première livraison au début 2014 à Air New Zealand. "Toute l'équipe du 787-9 s'est attachée à exécuter sa mission afin d'honorer les engagements envers nos clients", a déclaré le vice-président en charge du Développement du 787, Mark Jenks, cité dans le communiqué. Boeing veut en effet démontrer à ses clients qu'il peut tenir le calendrier après que le Dreamliner était entré en service avec plus de trois ans de retard. Le 787-9 a recueilli 355 commandes, ce qui représente 40% du carnet de commande du programme 787, a précisé Boeing.

Boeing n'a pas trouvé la cause des problèmes de surchauffe des batteries

En janvier dernier, le 787 a connu des problèmes spectaculaires de surchauffe de batterie, qui ont conduit à une interdiction de vol de trois mois. Le constructeur n'a pas trouvé la cause de cette surchauffe mais a modifié et renforcé la batterie pour en contenir les effets si elle se reproduisait. Il estime avoir désormais tourné la page mais, selon la presse japonaise, la compagnie Japan Airlines (JAL) a renoncé dimanche à en faire voler un Dreamliner après avoir détecté un problème de pression d'air dans le compartiment de la batterie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 03/06/2013 à 14:06
Signaler
Ce que l'on appelle persister... La simple logique aurait voulu sacrifier un déjà-existant 787 en le remplissant de capteurs avec relai direct des infos hors de l'avion et de le torturer au maximum afin d'apprendre REELEMENT les réactions de ce zing ...

le 03/06/2013 à 15:42
Signaler
Visiblement vous ne connaissez pas les procédures de certification... qui ressemblent étrangement à ce que vous venez de décrire.. ah oui c'est parce que c'est exactement la meme chose! Tous les avions ont des problèmes à leur lancement. Ceux du 787-...

le 03/06/2013 à 16:09
Signaler
Bizarre, Tonton. D'après les infos données par plusieurs média, les tests ont été drastiquement raccourcis à trois mois, et, de plus, par mes sources perso, les certificateurs ne connaissaient absolument aux polymères embarqués ni aux différentiels d...

le 03/06/2013 à 17:52
Signaler
la certification d'un avion vu son étendue prend au minimum un an, et c'est ce qui s'est passé pour le 787-8 premier vol en décembre 2009 et fin des vols d'essais en aout 2011 ce qui fait pres de 18 mois! Je ne sais pas d'où vous sortez vos 3 mois, m...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.