Drones tactiques : Thales en course pour équiper la Pologne

 |   |  413  mots
Le drone Watchkeeper de Thales volera-t-il dans le ciel polonais
Le drone Watchkeeper de Thales volera-t-il dans le ciel polonais (Crédits : Thales crédit Richard Seymour)
La Pologne est tout près de lancer un appel d'offre pour équiper ses forces armées de drones tactiques. Thales UK ainsi que les groupes israéliens (Elbit et IAI), italien Selex et sud-africain Denel sont dans les starting-blocks.

La Pologne est sur le point de lancer un appel d'offre pour l'acquisition d'un drone de reconnaissance tactique. Probablement au moment du salon de l'armement MSPO de Kielce (1er au 4 septembre) où la France est l'invitée d'honneur dans un contexte politique compliqué avec la prochaine livraison en plein coeur de la crise ukrainienne du premier des deux porte-hélicoptères de DCNS vendus à la Russie. En tout cas, le ministère de la Défense polonais souhaite lancer un appel d'offre (Request for proposal, RFP) au mois de septembre pour ce type de drones, qui disposera de fonctions d'observation. La Pologne semblerait ainsi exclure les drones MALE de la compétition.

Selon nos informations, Thales, qui a participé au dialogue technique l'an dernier, est très intéressé par cette compétition. Le groupe d'électronique propose logiquement via sa filiale Thales UK le système de drone britannique Watchkeeper, qui a été mis en service en mars dernier dans l'armée britannique et qui dispose de fonctions ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance). La filiale britannique du groupe tricolore devrait rencontrer une très vive compétition dans le cadre de cet appel d'offre. Les groupes israéliens Elbit et IAI (Israel Aerospace Industries), en général très présents en Pologne, ainsi que l'italien Selex et le sud-africain Denel, qui ont également participé au dialogue technique, devraient concourir. Enfin, Sagem (groupe Safran) avec le Patroller, qui peut être armé, pourrait également participer à la compétition. Recevra-t-il le RFP alors qu'il n'a pas participé au dialogue technique ? A suivre...

Un drone armé

Quels sont les besoins de l'armée polonaise ? Le ministère, qui souhaite avoir un drone tactique en service avant 2017, veut pouvoir armer son système. Thales pourrait proposer d'armer le Watchkeeper avec son missile Lightweight Multi-role Missile (LMM), un missile air-sol courte-portée guidé par laser conçu et fabriqué au Royaume-Uni par Thales UK. En outre, Varsovie veut développer son industrie de défense à travers les appels d'offres lancés via des transferts de technologies. Ce sera aussi le cas pour le drone tactique.

Dans le cadre de son plan de modernisation, la Pologne souhaite se doter d'une flotte de drones complète d'ici à 2022. Soit une centaine de drones de toute catégorie (tactique, MALE et voilure tournante). A ce jour, les forces armées n'ont que des petits drones de très courte portée en service dans l'artillerie et les forces spéciales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2014 à 18:36 :
A l'origine, il s'agissait de remplacer les vieux Su-22 par des drones pour l'appui au sol mais j'espère que Varsovie à retenu les leçons de l'Ukraine. Face à une dca russe, il faut des engins bien plus performant.
a écrit le 30/08/2014 à 20:49 :
Ils ont beaucoup de "terroristes", en Pologne..??
a écrit le 30/08/2014 à 2:44 :
Un article pour dire qu'un RFT va sortir d'ici peu. Mouai, bon, bah si vous voulez...
a écrit le 29/08/2014 à 19:52 :
Ils ont des gens à tuer..??
Réponse de le 29/08/2014 à 23:19 :
Ils ont la Russie comme voisin. Réfléchissez un minimum.
Réponse de le 30/08/2014 à 20:52 :
Donc, les US ont beaucoup de voisins, si je suis votre raisonnement.
a écrit le 29/08/2014 à 14:21 :
C'est pas gagné! En tout cas, c'est presque une chance que le Watchkeeper soit essentiellement anglais : un produit "trop" français aurait sans doute eu du mal à convaincre des polonais qui ne sont pas vraiment fan d'équipements français. D'ailleurs c'est bien pour ça que la pression des polonais ( et de l'OTAN en général...) sur la vente des Mistral me semble assez limité : notre industrie n'aurait pas à négocier de risqués contrats avec des pays comme la Russie si nos "alliés" lui donnait une vraie chance.
Réponse de le 29/08/2014 à 18:02 :
C'est pas Thalès qui travaillait aussi sur les drones qui devaient équiper les armée de notre pays? Et surtout qui a tellement de retard sur ces programmes que l'état a décidé (pour ne pas dire obligé) d'acheter américain?
Réponse de le 30/08/2014 à 10:25 :
@ @Mobius : Non, il ne me semble pas qu'un programme soit en cours pour fournir l'armée française, vu qu'elle n'avait rien financé. L'histoire des Predator est un peu plus compliqué que ça. Vu que le nombre de vecteurs acheté par chaque pays est réduit, le recours à un programme européen est quasi-nécessaire pour amortir les coûts, mais dans ces cas-là c'est aux états de se mettre d'accord. Faute d'accord, tout le monde (anglais, italiens et maintenant français) a fini pour acheter chacun son tour des predator... L'industrie n'est donc pas la seule fautive.
a écrit le 29/08/2014 à 13:12 :
Franchement, des pays comme la Pologne n'ont pas d'autres priorités que l'achat d'armes ? D'autan plus que ce pays accepte allègrement l'installation de batteries anti-missiles, de centres de détention type Guantanamo et d'autres spécialités américaines sur son territore :-)
Réponse de le 29/08/2014 à 14:07 :
La Pologne est un pays très rigoureux dans le domaine de la défense. Il me semble que la constitution du pays inclut le fait de dépenser 2% du PIB pour la défense.
Ce à quoi tous les pays de l'OTAN se sont engagés...
L'inimitié avec la Russie semble aussi avoir un rôle important dans cette stratégie. Mais je ne suis pas sûr que quiconque puisse réellement se permettre délaisser son armée, même en 2014.
Réponse de le 29/08/2014 à 15:30 :
L'Ukraine a laissé son armée péricliter après la fin de l'URSS, on voit où elle en est aujourd'hui...
Réponse de le 29/08/2014 à 15:40 :
Si j'avais les Russes comme voisins, moi aussi je soignerais mes équipements militaires...
Réponse de le 29/08/2014 à 19:56 :
"Si j'avais les Russes comme voisins, moi aussi je soignerais mes équipements militaires... " Ca tombe bien : sur la planète, vous avez au moins une base américaine à moins de 536 kilomètres en moyenne de chez vous. Avec ses chers missiles, bien sûr. Tous dirigés vers la Chine et la Russie. Pour l'instant.
Réponse de le 30/08/2014 à 7:33 :
!Mobius: pour ce qui est des Russes, les Américains ont installé des batteries anti-missiles et autres gadegts. Quand on est un pays de la taille de la Pologne, on s'occupe de son développement économique en priorité !!!
Réponse de le 30/08/2014 à 10:19 :
!Patrickb : je suis bien d'accord avec vous, le parapluie américain est une bonne garantie. Mais au moins, on ne pourra pas dire que ce pays ne tient pas ses engagements. Au long terme, l'investissement de défense peut par ailleurs être très profitable, y compris pour l'économie! Sans compter l'intérêt militaire de ce type de drones, pas très coûteux, mais a priori fort utile!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :