Aéronautique : Boeing l'emporte sur tous les tableaux face à Airbus

 |   |  523  mots
La performance de Boeing constitue, pour certains experts, une surprise car l'industriel américain n'a pas proposé de nouveaux programmes.
La performance de Boeing constitue, pour certains experts, une surprise car l'industriel américain n'a pas proposé de nouveaux programmes. (Crédits : Alwyn Scott)
Le groupe américain a livré plus d'avions que son rival européen et a engrangé plus de prises de commandes.

Boeing aura été le grand vainqueur de l'édition 2018. Pour la première fois depuis bien longtemps, le géant américain a non seulement remporté le match des livraisons d'avions mais également celui des prises de commandes, alors que sur ce dernier terrain de jeu, il s'était souvent fait dépasser sur le fil ces dernières années par Airbus.

Malgré plusieurs gros contrats signés en décembre, l'industriel européen a terminé l'année avec 747 commandes nettes, loin derrière les 893 annoncées mardi par Boeing. L'écart est encore plus important si l'on exclut des résultats d'Airbus les 135 commandes d'A220 du nom des C-Series du Canadien Bombardier, comptabilisés dans le portefeuille d'Airbus depuis sa prise de contrôle du programme canadien en juillet.

La performance commerciale de Boeing a surpris

La performance commerciale de Boeing constitue une surprise pour certains experts. Dans la mesure où de nombreuses commandes avant étaient signées l'année précédente et en l'absence de nouveaux programmes, nombre d'entre eux avaient prévu au contraire une année moins soutenue, plus proche d'un « book to bill » (ratio entre les commandes et les livraisons) de 0,75-0,8 que de 1 comme l'Américain s'en est au final approché.

Boeing termine également en tête en termes de  production. Le groupe américain a fait état mardi de 806 livraisons, 43 de plus qu'en 2017. Même si la direction tablait initialement sur un nombre compris de 810 à 815 appareils, cette performance est suffisante pour devancer Airbus. Ce dernier a livré 800 appareils, dont 20 A220. Un résultat que le groupe européen comptait initialement atteindre sans les avions canadiens. Mais les difficultés de production rencontrées par plusieurs fournisseurs, en particulier les motoristes, mais aussi en interne dans l'usine d'assemblage de Hambourg, ont contraint Airbus à revoir sa copie en octobre.

Airbus se rapproche de Boeing en termes de production

Pour autant, grâce à un effort colossal au dernier trimestre au cours duquel il aura livré près 285 avions, l'avionneur européen s'en tire très bien. Il réduit même l'écart de production par rapport à son rival. Airbus finit avec 26 avions de moins que Boeing, contre 45 appareils un an plus tôt.

"Mieux équilibrer la production sur l'ensemble de l'année sera l'un des enjeux de l'année pour l'Airbus», assure un expert. "Pour cela il faut accélérer la digitalisation de l'entreprise et des fournisseurs et donner plus de visibilité à ces derniers", ajoute-t-il.

Alors qu'Airbus prévoit d'augmenter les cadences d'A320 en 2019, le groupe discutait jusqu'ici avec les motoristes de la possibilité de franchir une nouvelle étape pour aller jusqu'à la cadence de 70 avions livrés par mois au cours de la prochaine décennie. Ce qui permettrait peut-être de dépasser Boeing, malgré les baisses de cadence attendue de la production d'A330 et d'A380. Pour autant, les menaces de récession qui planent sur l'économie mondiale peuvent appeler à la prudence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2019 à 14:38 :
Ce commentaire sur le match de l'année Boeing/Airbus est bien pauvre. Imaginons un commentaire de match de foot qui ne parlerait que des scores, alors qu'il y a tant à dire sur les stratégies et les évolutions techniques des joueurs
Réponse de le 11/01/2019 à 8:51 :
Parce que à la fin ce qui est important pour un budget c'est la vente c'est pas la couleur du pantalon du mécanicien hein. Ce qui fait gonfler un PIB c'est l'argent.

Si on est champion du monde c'est parce que l'on a gagné tous les matchs, stratégiquement, c'est pas la beauté du sport que l'on y a développé.
a écrit le 10/01/2019 à 11:00 :
Boeing = États Unis = Trump
Airbus = Union Européenne = Juncker

Merci pour cet article qui confirme la dure réalité.
a écrit le 10/01/2019 à 9:44 :
Les avions...! Par temps clair il suffit de regarder le ciel pour constater que les traînées de condensation sont de plus en plus nombreuses. Le ciel n'est plus jamais pur. Terminé le bleu Azur, bonjour la pollution.
Le transport de masse en avion est une catastrophe dont Airbus et Boeing dont les principaux responsables.
a écrit le 10/01/2019 à 0:11 :
L'article n'est pas assez fouillé et n'explique pas pourquoi Boeing a pris une longueur d'avance sur son concurrent et se contente de donner des chiffres. On aurait aimé savoir si le succès s'explique par une domination dans les longs courriers avec le 777 et ses multiples versions et de celui de l'avion économique le 787?
a écrit le 09/01/2019 à 23:29 :
boeing l'emporte sur tous les tableaux .oui depuis que l'administration "trump" nous interdit de vendre nos produits dont les aéronefs dans certains pays dont L'IRAN ou nous avions de gros contrats en perspectives .
a écrit le 09/01/2019 à 23:07 :
Ce genre d'article, Boeing vs Airbus, a autant d'intérêt que de savoir qui urine le plus loin entre Tom Enders et Dennis Muilenburg.
a écrit le 09/01/2019 à 20:15 :
C'est dommage que vous n'ayez pas écrit: "Boeing a coiffé airbus sur le poteau"... hein Mr gliszczynski ???
Réponse de le 09/01/2019 à 23:57 :
cela aurait été difficile, l'Américain a fait la course en tête toute l'année....
a écrit le 09/01/2019 à 20:12 :
C'est normal compte tenu de l'avance incroyable de Boeing sur airbus, songez donc le 747 à vu son premier vol en 1969, ce fut un immense succès commercial.
Airbus voulant montrer qu'il en avait un plus gros à sortie un soi disant concurrent le A380 dont le 1er vol eut lieu tenez vous bien en 2005, soit 36 ans après !!
Je vous fait pas un dessin au sujet de la reussite commercial, un gouffre de dingue...
Réponse de le 10/01/2019 à 9:28 :
Vous avez raison de parler de gouffre : 7577 avions dans le carnet de commandes d'Airbus contre moins de 6000 chez Boeing. Effectivement Airbus a un grand succès commercial d'autant plus méritoire que Boeing est historiquement bien installé et bénéficie de toute la puissance politique US et de ses commandes militaires (le nouveau secrétaire à la Défense US a fait toute sa carrière chez Boeing, chez nous on aurait crié au scandale). D'ailleurs sans les 767 ravitailleurs commandés par l'US Air Force, Boeing aurait livré moins d'avions en 2018 que Airbus.
Réponse de le 11/01/2019 à 8:33 :
Si on retire les livraisons en interne a usage militaire (comme le 330mrtt pour Airbus) Airbus a livré plus d avions Civils que Boeing. Comme quoi la guerre des chiffres ne veut RIEN dire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :