Airbus A321LR, accords avec la SNCF et Easyjet : Air Transat sur tous les fronts

 |   |  563  mots
Les A321 LR accompagneront les 20 A330 (photo) sur la partie long-courrier
Les A321 LR accompagneront les 20 A330 (photo) sur la partie long-courrier (Crédits : DR)
La compagnie aérienne du groupe touristique canadien Transat va recevoir ses deux premiers A321LR au printemps et les utilisera principalement pour la desserte de la France. Après avoir signé un accord avec la SNCF, qui renforcera sa présence en France, Air Transat a conclu ce mardi un partenariat avec Easyjet pour développer le trafic de correspondance à Londres.

C'est avec de nouveaux avions et de nouveaux partenariats stratégiques qu'Air Transat aborde désormais les marchés français et européen. Filiale du groupe touristique canadien Transat, la compagnie aérienne spécialiste du marché loisirs prépare le renouvellement d'une partie de sa flotte avec l'arrivée l'an prochain des premiers des 10 A321 LR loués à Air Cap (à long rayon d'action), lesquels, une fois tous livrés d'ici à 2020, remplaceront les 6 A310 de la flotte.

Les premiers A321LR sur la France

Les deux premiers exemplaires devraient arriver « fin mars-début avril » et non plus « en février » comme cela était prévu initialement, indique à La Tribune Gilles Ringwald, le  vice-président commercial de la compagnie. Basés à Montréal, ils seront essentiellement utilisés pour la desserte de la France, notamment celle de Nice et de Bâle-Mulhouse, mais aussi de Marseille et Nantes au début et à la fin de la saison d'été. Ils seront également positionnés sur la ligne Québec-Paris.

« Cet avion est stratégique pour Air Transat. Il affiche des coûts au siège-kilomètre inférieur de 37% à ceux de l'A310 », explique Gilles Ringwald. «C'est l'avion idéal pour 80% de nos destinations en Europe », précise-t-il.

L'appareil est en effet « un peu court » pour desservir Rome ou Tel Aviv avec 199 passagers. C'est pourquoi la compagnie canadienne suit de très près le projet d'Airbus de lancer une version disposant d'un plus long rayon d'action, l'A321XLR, qui pourrait voir le jour vers 2023. « C'est une version que l'on regarde », admet Gilles Ringwald.

Un A321XLR permettrait en effet à Air Transat de desservir Rome mais aussi d'assurer, selon lui, la route « Paris-Vancouver en année longue » (soit 10 heures de vol). Autrement dit, de voler toute l'année, même en basse saison, où la capacité inférieure de l'A321 par rapport aux gros-porteurs A330 (20 appareils) permet de mieux coller à une demande moins importante pendant cette période.

Partenariat avec la SNCF

Après avoir augmenté son offre en sièges de 10% l'été dernier sur le marché français, Air Transat prévoit une hausse de 3% l'été prochain.

Pour renforcer sa présence dans l'Hexagone, la compagnie a signé un partenariat avec la SNCF, qui lui permet d'acheminer en TGV des passagers vers l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle d'où partent les vols d'Air Transat vers le Canada. Et vice-versa pour la clientèle canadienne voulant aller ailleurs qu'à Paris en France. Cet accord concerne 19 villes françaises ainsi que Bruxelles.

Accord avec Easyjet à Londres

Ailleurs en Europe, la compagnie multiplie également les partenariats qui lui permettent de toucher à moindre frais un plus grand nombre de clients. Ce mardi, un accord a été signé avec Easyjet à l'aéroport de Londres-Gatwick, permettant de proposer des vols en correspondance entre les vols moyen-courriers de la compagnie à bas coûts et les vols vers le Canada d'Air Transat. Un partenariat du même type pourrait se décliner sur d'autres aéroports.

Dans le même style, et dans le but d'éviter de signer des accords tarifaires dits « interline » avec d'autres compagnies, Air Transat utilise également les services de l'agence en ligne Kiwi qui assurent la connexion de deux transporteurs qui n'ont pas d'accord « interline ». Compagnie de point-à-pont, Air Transat utilise toute la palette des systèmes de correspondances alternatifs aujourd'hui sur le marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2018 à 13:35 :
Air France avaient mis en place un réseau moyen courrier à partir des "bases provinces" Marseille ,Nice ,Toulouse et dans une moindre mesure Bordeaux à grand frais . Des PNT qualifiés A320/321/319 et PNC locaux avaient mis en place. Il y a deux ans tout a été arrêté alors que le programme A321 LR étaient connu de tous . Cet avion capable de faire des vols courts courriers ( 1h environ ) entre deux vols long courriers ( 6 à 9 h environ ) est parfaitement adapté à la reconquète du marché "provinces" . Air France a manqué une opportunité faute d'une vision long terme caractéristique d'une direction gestionnaire et d'un syndicat pilote incapable de comprendre qu'il faut faire quelques efforts pour arrêter les pertes de part de marché depuis le début des années 2000.
Ce qu'Air France n'a pas fait des compagnies comme AIR TRANSAT vont le faire
Réponse de le 09/11/2018 à 10:01 :
Lors de la création par Air Françe des bases de Marseille , Toulouse et Nice , les syndicats de pilotes avaient accepté une baisse de la rémunération horaire en échange d’une plus grande productivité journalière , en somme un modèle à la easyjet : pas de hub donc rotation avion rapide et productivité pilote augmentée donc coût par heure de vol abaissé.
Contrairement à ce que vous affirmez, malgré ces efforts consentis par ces pilotes , le succès n’a pas été au rendez vous, probablement en raison d’une commercialisation déficiente . Le problème ne venait donc pas des pilotes mais plus certainement de certaines structures internes qui n’avaient pas intérêt à ce qu’au sein d’air france , un modèle proche d’easyjet soit un succès .
Dommage
Réponse de le 10/11/2018 à 7:48 :
Ah le bon vieux "complot" de la Direction Générale et ses vendeurs incompétents " dont des structures internes n'avaient pas intérêt à ce qu'un modèle du type Easy Jet fonctionne" ….. alors que nous PNT avons fait des gros efforts en maintenant nos salaires - certes en volant un peu plus comme vous l'expliquez fort justement - tout en améliorant beaucoup notre qualité de vie puisque plus besoin de monter à Orly et CDG pour débuter sa rotation .
Cette belle compagnie avec de telles arrières pensées " complotistes" ne peut avancer.
L'A321 LR sera un outil de pillage du marché long courrier "provinces" . Mon propos était de souligner qu'avec les bases "provinces" mises en place à grand frais AIR FRANCE avait là un socle pour créer un réseau long courrier: mixer vols courts et long courriers (8h en PEQ2) -sans mis en place - n'est il pas le rêve pour un PNT vivant en province moyennant quelques efforts sur la rémunération horaire qui ne peut pas être la même sur court et moyen courrier dans un contexte de forte concurrence des low costs étrangers type Air Transat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :