Airbus : bis repetita pour les cadences infernales de fin d’année

 |   |  633  mots
Un dispositif a été mis en place pour augmenter le temps de travail des salariés.
Un dispositif a été mis en place pour augmenter le temps de travail des salariés. (Crédits : Reuters)
Pour atteindre ses objectifs de production, l'avionneur doit livrer plus de 3 avions par jour en novembre et décembre. Airbus planche par ailleurs sur une nouvelle montée en cadence de la production de l'A320 post 2019.

Nouvelle fin d'année sur les chapeaux de roues pour Airbus. Alors que l'an dernier déjà, l'avionneur avait réussi l'exploit de tenir ses objectifs de production au prix d'un effort titanesque des salariés qui lui avait permis de produire 111 avions en décembre, soit, quasiment l'équivalent de deux mois de production, l'avionneur est confronté cette année au même scénario. A un détail près : Airbus doit cette fois répéter l'effort sur deux mois, en novembre et en décembre, puisqu'il doit livrer plus de 200 appareils au cours de cette période pour atteindre ou approcher l'objectif de livrer « plus de 720 appareils » comme l'avait indiqué en avril le directeur général du groupe, Tom Enders, même si depuis, la direction évoque plutôt des prévisions de « plus de 700 avions », comme ce fut le cas fin octobre, lors de la publication des résultats financiers du troisième trimestre. Dans tous les cas, la production dépassera celle de l'an dernier (688 appareils).

Objectif interne : 733 livraisons

Selon nos informations, l'objectif interne est même plus élevé puisqu'il s'établit à 733 livraisons, même si plusieurs sources estiment qu'entre 10 et 15 unités pourraient manquer à l'appel. Quel que soit le nombre exact, Airbus devra livrer en moyenne plus de 3 avions par jour pendant deux mois ! Un dispositif a été mis en place pour augmenter le temps de travail des salariés.

Mais, au-delà de ces mesures, Airbus devra compter sur le motoriste Pratt & Whitney, qui peine depuis plus d'un an à suivre la montée en cadence de l'A320 NEO, la version remotorisée de l'A320. Comme en 2017, c'est lui en effet, qui est en grande partie à l'origine de ce rush de fin d'année. Aujourd'hui une trentaine d'appareils sont assemblés et n'attendent plus que leurs moteurs pour être livrés. Si Airbus parvient à livrer 200 A320 NEO sur l'ensemble de l'année comme il le souhaite (les NEO sont équipés soit de moteurs Pratt & Whitney, soit de moteurs Leap du couple Safran-General Electric), la barre des 720 livraisons sera atteinte selon un observateur. Pour l'heure, les signaux envoyés par Pratt & Whitney semblent indiquer qu'il pourra y parvenir. Quant aux autres types d'avions, la production se déroule selon les prévisions.

Montée en cadence après 2019

Au-delà du rush de fin d'année, Airbus travaille aussi sur l'augmentation de la production à plus long terme. L'énorme commande de 430 A320 Neo arrachée au salon aéronautique de Dubaï n'a fait que conforter Airbus de la nécessité de monter les cadences de production de son best moyen-courrier, dont plus 6.000 exemplaires figurent aujourd'hui dans le carnet de commandes (avec l'A320 classique). Alors que les plans de marche actuels tablent sur une cadence de 60 monocouloirs construits par mois au cours de l'année 2019 contre 50 aujourd'hui, l'avionneur européen planche sur une nouvelle hausse après 2019.

La "cadence 70" évoquée

Selon nos informations, Airbus étudie un passage à 63 appareils produits par mois mi-2020 comme il l'avait plusieurs fois évoqué, avec la perspective de passer rapidement à 65. Ce qui représenterait ainsi une production respective de 756 et 780 A320, en hausse de 5% et 8% par rapport à la « cadence 60 ». Selon plusieurs sources, la « cadence 70 » est également évoquée à un horizon plus lointain. Selon certains, elle reste une hypothèse et des études sont en cours pour voir l'impact d'une telle augmentation en termes d'investissements. Pour d'autres, la décision a récemment été prise d'y renoncer en raison notamment des difficultés de certains fournisseurs (autres que le motoriste Pratt & Whitney) à suivre le rythme, comme Aerotec en interne.

Cette révision des cadences de production devrait être annoncée en 2018. L'usine chinoise de Tianjin devrait notamment passer de 4 à 6 appareils produits par mois.
Interrogé Airbus ne fait pas de commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2017 à 5:54 :
Bonjour,

Veuillez excuser mes doublons en réponses. Je vous en remerci.

Je ne comprends pas vos propos, est ce de la jalousie?

Cette article explique qu'AIRBUS et ses compagnons vont devoir mettre les bouchées doubles pour réaliser l'objectif interne de l'entreprise soit 733 livraison.

Mon interrogation proviens de vos arguments plus que léger : "cadences très bien payées"et votre commentaire dans son entièreté pour "turf".

Pourriez vous approfondir vos propos?

Cordialement
a écrit le 22/11/2017 à 20:46 :
Ou avez vous qui que ce soit se plaindre dans cet article?
Vous travaillez chez Airbus?
a écrit le 22/11/2017 à 17:45 :
Vous avez entendu le personnel se plaindre?
a écrit le 22/11/2017 à 17:10 :
Rien de mieux que ces cadences très bien payées pour faire marcher le commerce avant NOEL PUIS le mois du blanc en janvier. De quoi se plaint on donc ?
Réponse de le 24/11/2017 à 5:39 :
Bonjour,

Travaillez vous chez Airbus ou l'un de ses sous traitant?

Cordialement.
a écrit le 22/11/2017 à 16:36 :
Travailler comme un forcené pendant 2 mois par an drôle d organisation chez Aibus!
a écrit le 22/11/2017 à 14:34 :
quand on a la chance d'avoir un bon boulot on ne se plaint pas où on démissionne !
a écrit le 22/11/2017 à 12:37 :
Quid de la chaine Airbus de Mobile en Alabama (USA) ???
a écrit le 22/11/2017 à 10:07 :
Si seulement toutes les PME françaises pouvaient avoir les mêmes "problèmes" que AIRBUS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :