Boeing : des bénéfices plombés par son avion ravitailleur militaire

 |   |  353  mots
Le chiffre d'affaire de Boeing a atteint à 24,54 milliards de dollars au deuxième trimestre.
Le chiffre d'affaire de Boeing a atteint à 24,54 milliards de dollars au deuxième trimestre. (Crédits : © Jim Young / Reuters)
Boeing a enregistré une charge 536 millions de dollars lié à des problèmes de test du KC-46 et vu ses profits chuter de 33% au deuxième trimestre. Mais le groupe connait un chiffre d'affaire en hausse de 11%, sa plus forte croissance en deux ans grâce ses ventes d'avions de ligne.

Boeing a annoncé mercredi 22 juillet un bénéfice en baisse pour le deuxième trimestre, affecté par une lourde charge sur un projet d'avion ravitailleur militaire. Il est ainsi ressorti en baisse de 33% à 1,11 milliard de dollars (1,02 milliard d'euros), soit 1,59 dollar par action, au deuxième trimestre, contre 1,65 milliard, soit 2,24 dollars par action, un an auparavant.

Les profits réalisés sont toutefois meilleurs que prévu grâce à une demande toujours aussi forte pour les avions de ligne. Les livraisons d'avions de ligne du groupe américain d'aéronautique et de défense ont augmenté de 9% pour atteindre 197 appareils et son chiffre d'affaires a progressé de 11%, soit la plus forte hausse en deux ans, à 24,54 milliards de dollars.

Les charges s'accumulent pour le K-46

Les profits de Boeing ont été affectés par une charge après impôt de 536 millions de dollars sur ses comptes du deuxième trimestre, liée à des problèmes ayant émergé pendant les tests du circuit carburant de son avion de ravitaillement en vol KC-46 destiné à l'U.S. Air Force.

C'est la deuxième charge passée sur cet avion qui est l'un de ses plus gros projets dans l'aéronautique militaire, ce qui porte les charges totales après impôt sur ce projet à un peu plus de 800 millions de dollars et à près de 1,3 milliard avant impôts.

"Boeing ne se résume pas au 787"

"La dernière charge passée sur le KC-46 vient rappeler aux investisseurs que l'histoire de Boeing ne se résume pas au 787", écrit l'analyste de RBC Capital Markets Robert Stallard.

"Boeing a un vaste éventail de produits civils et militaires et la charge sur l'avion ravitailleur montre que tous n'évoluent pas dans la même direction."

Boeing cherche à limiter les coûts de production de son 787 Dreamliner et a augmenté la production d'avions de ligne afin d'améliorer sa rentabilité et apaiser les craintes des investisseurs concernant ses flux de trésorerie.

"Globalement, notre prévision pour la deuxième partie de l'année reste positive", a toutefois déclaré le nouveau directeur général Dennis Muilenburg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2015 à 16:27 :
Le KC-46 "Pegasus" est un avion politique qui ne répond pas aux besoins
de l'USAF! Il résulte de tout un tas de magouilles et de corruptions menées
au Congrès pour éliminer le MRTT-330 d'Airbus, qui avait gagné la compétition
et qui était le favori des pilotes de "pompes-volantes" de l'USAF. Les derniers
KC-135, dérivés du Boeing-707, ont été livrés en...1965 et ne tiennent plus
que par la peinture. Le KC-46 est une mauvaise militarisation du Boeing-767.
Les pauvres "pilotes-pompistes" de l'USAF devront encore attendre quelques
années et mourant de trouille aux commandes de leurs KC-135 dont on peut
attendre une catastrophe à tout moment. Le 330-MRTT vole depuis plusieurs
années dans les armées de l'air de plusieurs pays dont la Grande-Bretagne et
l'Arabie Saoudite, à la grande satisfaction de ses utilisateurs. Les Sud-Coréens
viennent de le commander de préférence au Pegasus, malgré l'énorme pression
politique des US, qui considèrent que la Corée du Sud doit être exclusivement
équipée de matériel militaire US, comme le Japon.
Réponse de le 24/07/2015 à 9:05 :
Ah oui!!! J'ai oublié de dire que je ne sers à rien!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :