Boeing lance un plan de départs volontaires pour passer la crise du coronavirus

 |   |  415  mots
(Crédits : Reuters)
Le constructeur aéronautique américain a présenté jeudi à ses salariés un plan de départs volontaires dans le but d'atténuer l'impact financier de la crise liée au nouveau coronavirus et a prévenu que les conséquences de cette pandémie sur le secteur aérien seraient durables.

Dave Calhoun, le patron de Boeing a présenté jeudi à ses salariés la mise en oeuvre d'un plan de départs volontaires, sans en préciser l'ampleur. Objectif : baisser les coûts pour soulager la trésorerie et surmonter les conséquences de la pandémie de coronavirus. Il y a trois semaines, un gel des embauches et des heures supplémentaires avait été acté, sauf dans certains secteurs critiques. Dave Calhoun a précisé que les employés qui choisiraient de partir pourraient bénéficier d'une couverture santé pendant un certain temps, un aspect très important aux Etats-Unis, où il n'y a pas de couverture santé universelle, comme en Europe par exemple. Le constructeur emploie plus de 150.000 personnes à travers le monde, dont 70.000 dans le seul Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

"Ces mesures vont nous mener jusqu'à la reprise à condition que nous ne soyons pas confrontés à d'autres défis", a expliqué Dave Calhoun dans un message à tous les employés du groupe.

Les compagnies ne sont pas en mesure d'acheter des avions

L'industrie aéronautique est parmi les premières victimes économiques de la pandémie de Covid-19.  Déjà embourbé dans la crise de son 737 MAX interdit de vol depuis plus d'un an après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts, Boeing peut en effet s'attendre à des annulations ou des reports de livraisons en raison de la situation catastrophique dans laquelle se trouvent les compagnies aériennes. De nombreuses compagnies aériennes pourraient ne pas survivre au deuxième trimestre à la crise de liquidités provoquée par la pandémie de coronavirus et aucune ne semble actuellement disposée à acheter le moindre avion d'ici la fin de l'année, ont expliqué mardi les dirigeants de l'Association internationale du transport aérien. Surout, la crise s'annonce longue et difficile et une reprise du transport aérien n'est pas attendue avant 2021.

Appel à l'aide pour toute l'industrie aéronautique américaine

Problème, le groupe doit également s'assurer que ses fournisseurs tiennent le choc. Et c'est pour cette raison que le constructeur a demandé mi-mars un plan d'aide de 60 milliards de dollars pour l'industrie aéronautique américaine. Pour le patron de Boeing, il est essentiel de "maintenir la stabilité de (la) chaîne de fournisseurs pour être prêt à redémarrer une fois que la pandémie sera terminée".  Boeing et sa chaîne de fournisseurs représentent au total 2,5 millions d'emplois aux Etats-Unis, selon Boeing.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2020 à 0:32 :
Pour moi, le covid19 c'est le virus de trop sur le programme Max déjà bien menacé et certainement l'aubaine inespérée pour B.
Est ce une façon "déguisée" de liquider les équipes de fabrication du Max???
Car si la certif est acquise avec bien du mal, faudra remettre à niveau et en état les 400 ex. livres aux 4 coins de la planète pour un coût de dingue incluant également les indemnisations aux Cies, obligations opposables au constructeur.
Mais quelles cies vont acquérir les 400 autres en stock sur les parking avec des finances exangues, sauf à profiter d'une remise exorbitante subventionnée par l'État fédéral ??
Et après quid des 4000 cdes en attente ??
Papa Trump déjà pas content du tt va t il continuer à soutenir ce programme en perdition jusqu'à son terme?? Car "le Max qui me coûte un pognon de dingue, ça commence à bien faire !!" Les 60 mds seront bien insuffisants et il
y a peut-être mieux à faire pour sauver le soldat B...
Sachant qu'au bout d'un certain tps la crise passée, Airbus va à juste titre ruer ds les brancards ou éventuellement se faire financer en représailles le successeur de l'A320 par l'UE.
a écrit le 02/04/2020 à 21:00 :
et dire qu'ils ont filé un milliard de dollars aux actionnaires il y a une paire de mois, alors qu'ils étaient déjà à court d'argent
ils vont les redemander ?
a écrit le 02/04/2020 à 19:58 :
Il sera plus facile de justifier de subventionner Boeing après la crise du coronavirus même si une bonne partie des subventions seront pour compenser le fiasco du 737max. Boeing est quand même en danger.
a écrit le 02/04/2020 à 18:59 :
Il sera plus facile de justifier de subventionner Boeing après la crise du coronavirus même si une bonne partie des subventions seront pour compenser le fiasco du 737max. Boeing est quand même en danger.
Réponse de le 03/04/2020 à 15:42 :
Bla bla bla vous adorez aligner des conneries, hein?
a écrit le 02/04/2020 à 18:25 :
Le président Trump doit être furibard avec Boeing qui essaye de plus en plus de déconvenues economiques avec un 737 max qui est une catastrophe technologique. Ce n'est pas parce que l'on maitrise toute la technologie aéronautique que l'on maîtrise tout le marché. Airbus est sur les rangs. Les Chinois aussi ? Oui Boeing est dans une sacrée panade et est même au 36eme dessous. C'est l'entreprise qui plombe le plan de Trump d'un pays les USA ou il ya plein emploi. Ce qui est impressionnant c'est la vitesse à laquelle la crise a pris le pas sur la stabilité et la croissance. Donc le president trump ne peut dire que Boeing aille bien, c'est un euphémisme. Celà va-t-il plombé sa réélection à la Maison Blanche ? Oui Donald Trump est furibard avec Boeing !!
Réponse de le 02/04/2020 à 21:02 :
où il y avait plein emploi...
on vient de passer à 10 millions de chômeurs en moins de 2 semaines

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :