Comment en achetant une société de cryptage, la CIA et les Allemands ont pu espionner pendant 50 ans le monde entier

 |   |  742  mots
(Crédits : Reuters)
"Le coup du siècle!", s'autocongratulait la CIA dans un rapport de 2004. Grâce à une société suisse qu'ils possédaient en secret et dont ils truquaient les équipements de sécurité vendus notamment à des gouvernements, la CIA américaine et les renseignements extérieurs allemands (BND) ont espionné leurs ennemis comme leurs alliés depuis les années 1970.

"Le coup du siècle": pendant des années, la CIA américaine et les renseignements extérieurs allemands (BND) ont espionné leurs ennemis et leurs alliés grâce à un matériel de cryptage développé par une société suisse dont ils étaient les propriétaires cachés.

Selon une longue enquête publiée mardi par le Washington Post, la télévision allemande ZDF et la radio-télévision suisse SRF, l'Agence américaine de renseignement a acheté la société suisse Crypto AG en 1970 dans le cadre d'un "partenariat hautement confidentiel" avec son homologue allemand, et via un montage de sociétés basées dans des paradis fiscaux.

Devenue après la Seconde Guerre mondiale le leader sur le marché des machines portables de cryptage, Crypto a vendu pour des "millions de dollars" de matériel à plus de 120 pays.

Parmi ses clients, on trouve l'Iran, les juntes militaires d'Amérique latine, l'Inde, le Pakistan, l'Arabie saoudite, la Libye et le Vatican, explique le quotidien américain.

Les machines vendues aux alliés des États-Unis étaient sécurisées, tandis que d'autres pouvaient être craquées par les espions américains.

Les deux agences "ont truqué les équipements de la société afin de casser facilement les codes que les pays (clients) utilisaient pour envoyer des messages cryptés".

Elles ont ainsi surveillé la crise des otages à l'ambassade américaine de Téhéran en 1979, fourni des informations sur l'armée argentine à la Grande-Bretagne pendant la guerre des Malouines en 1982 ou suivi les campagnes d'assassinats des dictateurs sud-américains, affirme le Washington Post.

Contrôle presque total

La CIA a également eu rapidement la preuve de l'implication de la Libye dans l'attentat contre une discothèque à Berlin-Ouest en 1986, qui avait tué deux soldats américains.

L'opération, nommée "Thesaurus", puis "Rubicon", a été "le coup du siècle" en matière de renseignement, se félicite la CIA dans un rapport de 2004 consulté par les auteurs de l'enquête. Ces derniers ont également eu accès à des documents rassemblés par les services de renseignement allemands en 2008.

"Les gouvernements étrangers payaient de belles sommes aux États-Unis et à l'Allemagne de l'Ouest pour le privilège d'avoir leurs communications les plus secrètes lues par au moins deux (et peut-être jusqu'à cinq ou six) pays étrangers", explique l'Agence américaine, en référence à son alliance avec les services secrets britanniques, australiens, canadiens et néo-zélandais.

À partir de 1970, la CIA et l'Agence de surveillance NSA "ont contrôlé pratiquement tous les aspects des opérations de Crypto, prenant avec leurs partenaires allemands les décisions concernant les embauches, la technologie, sabotant les algorithmes et ciblant les acheteurs", écrit le Washington Post.

Le programme avait toutefois ses limites: les principaux rivaux des Américains, l'Union soviétique et la Chine notamment, n'étaient pas clients de Crypto.

"Clarifier les choses"

Le BND a revendu ses parts dans Crypto en 1993, inquiet selon la ZDF que Washington espionne ses adversaires comme ses alliés. Les progrès de la technologie en matière de cryptage ont ensuite conduit la CIA à se désengager de la société en 2018.

La société a été rachetée puis divisée en deux entités, l'une travaillant pour le gouvernement suisse et l'autre étant chargée des opérations commerciales internationales.

La CIA, interrogée par l'AFP, a indiqué "être au courant" de cette enquête sans faire de commentaire. Le BND a déclaré à la ZDF ne faire aucun commentaire officiel sur ses opérations.

L'ancien coordinateur du renseignement allemand, Bernd Schmidbauer, a pour sa part confirmé à la télévision l'existence de cette opération, estimant que "Rubicon" avait permis "de rendre le monde un peu plus sûr".

La société suédoise Crypto International, qui a repris les activités commerciales de Crypto AG, a qualifié l'enquête de "très alarmante", assurant qu'elle n'avait "aucun lien avec la CIA ou le BND".

Le gouvernement suisse a indiqué mardi à l'AFP avoir nommé le 15 janvier un juriste pour mener une "recherche" sur le sujet et "clarifier les choses". Il doit rendre son rapport au ministère suisse de la Défense en juin.

La Suisse a également suspendu en décembre la licence générale d'exportation accordée aux sociétés ayant succédé à Crypto AG "jusqu'à ce que les clarifications qui s'imposent aient été effectuées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2020 à 22:48 :
Salut à tous :
Les USA prennent la planète terre comme leurs poches : Ils osent espionner tous les citoyens de la Terre à leurs bon vouloir. Mais ou est maintenant le respect de droits
humain ? USA violer toujours les droits humain partout dans le monde.
Le Grand Lucifer les États-Unis; est comme président en 2020 un certain Donald Trumps. Il y a quoi être en colère les Amis de La LIBERTÉ.
a écrit le 13/02/2020 à 9:12 :
Et surtout, comment a t'on pu laisser un pays comme l'Allemagne, alors que son oligarchie qui a installée Hitler au pouvoir est restée en place, espionner le monde ?

C'est vraiment épuisant d'avoir raison je peux vous le garantir, je comprends les prêcheurs néolibéraux c'est plus facile de prêcher sans penser...
a écrit le 13/02/2020 à 1:09 :
Si ils étaient «  au courant » de tout et tout ...
pourquoi nous avons vécu
tous les drames humains mondiaux de ces 5 ou 10 dernière années ?
Ils pouvaient stopper , pourquoi ils ont laissé faire alors ?
Réponse de le 13/02/2020 à 9:39 :
Même principe que pour la découverte du système de codage allemand Enigma pendant la dernière guerre, les alliés savaient les intentions des nazis à l'avance ,mais fallait pas trop le montrer car sinon ,les allemands s'en sauraient aperçu et aurait modifier le codage.
a écrit le 12/02/2020 à 19:51 :
"Les machines vendues aux alliés des États-Unis étaient sécurisées"
Non sans blague ? et vous le croyez ? C'est sidérant la connerie des gens...

J'vais vous dire deux trois choses, les US sont à l'origine de toutes les plateformes de developpement dite platform, framework que se soit de manière évidente avec Microsoft et sa technologie .NET aujourd'hui en open source pour propager leurs end points ou points d'entrée!!

Mais aussi du monde libre (The land of the free access...) avec Node.js, javascript open source mais pas sans propriétaire... Des modules comme Angular, techno google/microsoft...

Ils appellent les accès aux Base de Données CRUD operations pour Create Read Update Delete, ils definissent toutes les normes, les bases relationnelles et le SQL standardisé par eux, comme une part colossale des langages informatiques...

Java appartient à Oracle ! créateur des bd relationnelles !

par ce que l'on trouve plus facilement quand on connait le "behavior" de 95% du code...

Crud c'est un jeu de mot avec crud oil, par ce que les données c'est l'or noir du 21 ème siècle... Soft War comme dirait breton... info war comme beuglerait l'agent Alex jones chargé de faire diversion, de représenter le free speech, ou plutot de s'y substituer pour masquer les vrais questions...
a écrit le 12/02/2020 à 19:31 :
Le téléphone portable ... c'est passoire sans nom depuis plus de 20 ans, réseaux "sociaux, caméras etc ... maintenant depuis 5 ans les mails. Je vous laisse le soin de passer sous Linux (ce n'est pas parfait, en terme de sécurité) et de ne pas avoir de machins connectés, surtout ne pas souscrire de carte fidélité... Bercy vous espionne, et pas que !
Réponse de le 12/02/2020 à 20:29 :
passer sous linux mais ne pas avoir de prestataire pour accéder à internet, travailler en cercle fermé, chez soi, sinon y a du danger.
Ma carte de fidélité Lec** ne m'a jamais vu proposer des réductions personnelles (ils ont pourtant mon mail, ai pas de smartphone), mes achats sont trop réduits en variété et seul on consomme peu. Bercy peut tirer quoi comme info de mes achats ? Pica* après 2 ans de carte pour avoir parfois une réduc (-5%, annoncée) demandait si on la présentait à chaque fois à la caisse. Pour faire quoi ? Pas de réduc, pas de présentation.
Bercy peut avoir accès à vos comptes bancaires si besoin. Y a des choses "spéciales" sur le votre ? :-) Si vide en permanence ça fait louche. :-)
a écrit le 12/02/2020 à 17:13 :
😂ce n’est pas un scoop : nous le savions tous ...
Ben du coup ? Les usa peuvent autoriser aux Allemands d’avoir le bombe atomique ?
a écrit le 12/02/2020 à 16:33 :
en 2020 y a encore mieux
en plus de toutes les donnees mail qui sont scannees par le reseau echelon, les entreprises occidentales mettent leurs donnees cruciales dans le cloud de apple, microsoft, amazon, et j'en passe...
comme ils sont independants comme la justice francaise pas du tout politisee comme chacun sait, les loueurs de cloud ne transmettent officiellement absolument aucune information si uncle sam les menace discretement
promis jure crache, ils resteront a jamais aussi independant et impartial que mediapart
Réponse de le 12/02/2020 à 17:30 :
Le tout piloté par de l'électronique chinois, coréen ou japonais passant par des câbles sous marins posées par les grands bretons ou les russes.

Bref il n'y a plus de secret, sauf pour ceux qui y croient!
Réponse de le 12/02/2020 à 18:18 :
Les imprimantes pro sont équipées de disques durs (y compris celles de supermarché)... à votre avis c'est pour faire joli ? Carte de fidélité etc ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :