Exportations d'armement : la France ne bat pas son record en 2016

 |   |  466  mots
E 2016, c'est l'Inde qui a tiré vers le haut les exportations française d'armement avec la signature du contrat portant sur la vente de 36 avions de combat Rafale fabriqués par  Dassault Aviation (7,87 milliards d'euros).
E 2016, c'est l'Inde qui a tiré vers le haut les exportations française d'armement avec la signature du contrat portant sur la vente de 36 avions de combat Rafale fabriqués par Dassault Aviation (7,87 milliards d'euros). (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
Selon le rapport au Parlement 2017 sur les exportations d'armement, la France a enregistré en 2016 pour un peu moins de 14 milliards d'euros de commandes de systèmes d'armes.

Jean-Yves Le Drian a finalement perdu son pari. Selon le rapport au Parlement 2017 sur les exportations d'armement, la France a enregistré en 2016 pour un peu moins de 14 milliards d'euros de commandes de systèmes d'armement, au lieu de plus de 20 milliards comme l'ancien ministre de la Défense l'avait imprudemment annoncé début 2017. L'entourage de Jean-Yves Le Drian avait tenu à compter une partie du méga-contrat de 12 sous-marins Shortfin Barracuda achetés par l'Australie pour un montant de 6,5 milliards d'euros environ. Or, seuls 351,9 millions d'euros ont été en réalité comptabilisé dans le rapport.

La Tribune avait pour sa part estimé en mars dernier le montant des commandes en 2016 autour de 14 milliards d'euros. L'année dernière reste toutefois une excellente année pour le bilan de Jean-Yves Le Drian et surtout pour l'industrie de l'armement française mais derrière le sommet himalayen de 2015 (16,9 milliards d'euros).

"Avec 14 milliards de prises de commande en 2016, l'équipe France confirme son efficacité pour faire rayonner à l'international l'expertise et le savoir-faire français", a d'ailleurs confirmé le ministère des Armées. "Alors que la France réalisait 4 à 7 milliards d'euros de prises de commande avant 2014, l'année 2016 confirme les succès à l'exportation, avec 14 milliards d'euros de prises de commande, qui s'inscrivent dans l'ordre de grandeur de l'année 2015", a précisé le ministère.

En parallèle, les livraisons de matériels militaires français augmentent. Elles ont atteint 7,1 milliards d'euros en 2016 (contre 6,2 milliards en 2015, 4 milliards en 2014, 3,8 milliards en 2013 et, enfin, 3,3 milliards en 2012). La France a notamment livré en 2016 des armements pour 1,3 milliard d'euros à l'Égypte et 954,3 millions d'euros à l'Inde.

Des clients fidèles à la France

L'année dernière, c'est l'Inde qui a tiré vers le haut les exportations française d'armement avec la signature du contrat portant sur la vente de 36 avions de combat Rafale fabriqués par  Dassault Aviation (7,87 milliards d'euros). Au total, New Delhi a acheté pour 7,99 milliards d'euros à la France en 2016. Derrière l'Inde, loin derrière, l'Arabie Saoudite (764,4 millions d'euros), en dépit de ses nombreuses promesses non tenues et des erreurs de la France, et Singapour (646,6 millions), qui devance d'un cheveu l'Égypte (623,9 millions d'euros), complètent le podium 2016.

Les quatre premiers pays en 2016 restent des clients réguliers et fidèles à la France. Sur la période 2007-2016, l'Inde est effectivement le premier client de l'industrie d'armement française, selon le classement du rapport au Parlement 2017 sur les exportations d'armement. Elle est suivie par l'Arabie Saoudite, le Qatar, l'Égypte et, enfin, le Brésil. Singapour se classe au huitième rang. En 2016, Singapour a notamment commandé 16 hélicoptères Caracal à Airbus pour un montant évalué à 500 millions d'euros tandis que l'Égypte s'est offert un satellite de télécoms militaires pour un montant estimé à environ 600 millions d'euros (Airbus et Thales).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2017 à 8:37 :
La question fondamentale , est de savoir sur les livraisons déjà en cours ,qui à payer ses factures...? un exemple, l' l'Egypte ,contrat Coface de 1,3 Euros avec un niveau de risques estimés, à environ 72/75%, de plus, cerise sur le faux gateau export , les caisses de ce pays sont vides... , l'économie en faillite lente , l'Egypte est "sous respiration artificielle " , grâce à un prêt de 12 milliards d'USD demandé en urgence au FMI (2016) ,et débloqué que partiellement au compte goutte.....donc , il serait intéressant , que le gouvernement confirme le /les paiement (s) effectif et intégral de tous ces Milliards .....
a écrit le 08/07/2017 à 0:10 :
On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre (les ventes d'armes et les réfugiés). Donc, cette année, on a plus de réfugiés que de ventes d'armes :-)
a écrit le 07/07/2017 à 22:16 :
C'est bon de savoir que la France sait encore se démarquer dans certains domaines.
Nous c'est les armes, grâce à nous, des soldats et autres individus meurent de plus en plus efficacement, toujours à la pointe de la technologie !
L'argent collecté suite à ces ventes a un impact significatif sur la richesse de notre pays, après tout, quel genre de personne accepterait d'être moins riche pour que des inconnus restent en vie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :