L'Inde monte à bord de son premier Rafale

 |   |  828  mots
Trois ans après la signature du contrat d'acquisition de 36 Rafale par l'Inde, l'avion de combat tricolore va enfin atterrir sur le sol indien.
Trois ans après la signature du contrat d'acquisition de 36 Rafale par l'Inde, l'avion de combat tricolore va enfin atterrir sur le sol indien. (Crédits : Reuters)
Dassault Aviation a livré le premier Rafale à l'armée de l'air indienne lors d'une cérémonie à Mérignac en présence des ministres de la Défense indien, Rajnat Singh, et des Armées, Florence Parly.

Trois ans après la signature du contrat d'acquisition de 36 Rafale par l'Inde, l'avion de combat tricolore va enfin atterrir sur le sol indien. Dassault Aviation a livré ce mardi, jour de l'anniversaire des forces de l'armée de l'air indienne, le premier Rafale à l'Inde lors d'une cérémonie à Mérignac (Gironde) en présence des ministres de la Défense indien, Rajnat Singh, et des Armées, Florence Parly. Les 36 Rafale fabriqués en France seront livrés à l'Inde jusqu'en 2022 dans le cadre de l'accord intergouvernemental signé le 23 septembre 2016 entre la France et l'Inde. Cette première livraison d'une série de 36 appareils à venir symbolise "l'excellente relation entre la France et l'Inde", a fait observer Florence Parly.

"Nous serons particulièrement attentifs au respect des échéances contractuelles, a expliqué la ministre des Armées. 36 Rafale doivent être livrés entre 2019 et 2022. Ce premier avion livré dans les temps aujourd'hui est donc le premier d'une longue série que nous avons bien l'intention de livrer dans les mêmes conditions. Nous y veillerons, car la France est déterminée à soutenir l'Indian air Force afin qu'elle puisse tirer le meilleur parti du Rafale le plus rapidement possible".

Par ailleurs, l'Inde a formulé en mai 2017 une demande officielle d'informations pour la fourniture de 57 avions de combat destinés à la marine indienne et une autre en juillet 2018 pour 110 appareils destinés à l'Indian Air Force. Dassault Aviation y a répondu dans les deux cas. Rajnat Singh a semblé y faire allusion : "des réalisations comme celle d'aujourd'hui nous encouragent à en faire plus et ce sera à mon ordre du jour".

Les entreprises françaises prêtes pour le "Make in India"

Trois Rafale sont déjà terminés, mais ils ne rejoindront l'Inde qu'en mai, une fois la formation des premiers pilotes achevée. Le ministre indien de la Défense a visité au pas de charge le hall d'assemblage où quatre Rafale destinés à New Dehli étaient en cours d'assemblage final. Ce déplacement est une étape majeure dans la relation avec l'Inde, considérée comme l'un des principaux partenaires stratégiques de la France en Indopacifique. La livraison du premier Rafale est "avant tout le reflet de l'importance capitale que revêt pour nous la relation avec l'Inde", a expliqué la ministre. Et d'envoyer un message très fort à New Delhi : "Nous avons fait le choix de l'Inde. C'est un choix de la raison, et un choix du cœur". Un message clair également au Pakistan avec qui la France avait pourtant entretenu des relations bilatérales fortes.

"Ce choix réciproque que nous avons fait, rien ne l'incarne mieux que le Rafale. Car qu'est-ce que le Rafale ? c'est le meilleur de la technologie française que mon pays met à la disposition de l'Inde", a souligné Florence Parly.

À l'issue de la cérémonie, les deux ministres ont abordé dans le cadre du second dialogue annuel de défense franco-indien, les nombreuses perspectives de la coopération de défense bilatérale ainsi que les enjeux de sécurité dans l'espace Indopacifique. Notamment une éventuelle prochaine commande de Rafale dans le cadre de la politique promue par Narendra Modi "Make in India". "Nous sommes pleinement engagés dans l'initiative 'Make in India', ainsi que dans l'intégration plus poussée des constructeurs indiens dans nos chaînes d'approvisionnement mondiales", a expliqué la ministre. Cette politique est également soutenue par les industriels de l'aéronautique français : la construction de l'usine de production de la société commune Dassault-Reliance Aerospace Ltd (DRAL) à Nagpur, l'implantation de Thales à Nagpur et la future installation de Safran à Hyderabad. En outre, une vingtaine d'entreprises françaises sont également déjà implantées en Inde.

L'Inde achète régulièrement des avions français

L'Inde a été le premier pays étranger à acheter en 1953 des avions de combat à Dassault Aviation. Elle a commandé 71 Ouragan équipés de réacteurs Rolls Royce. Ils ont été rebaptisés Toofani par l'Armée de l'air indienne. En mars 1957, l'armée de l'air française livre à l'Inde 33 exemplaires supplémentaires. Les Ouragan indiens resteront en première ligne jusqu'en 1967. Puis en 1957, New Delhi achète 110 exemplaires du Mystère IV, un programme lancé au début des années 1950. L'Inde continue ses emplettes en France avec le Jaguar, l'avion de combat franco-britannique d'attaque au sol, fabriqué par la société franco-anglaise SEPECAT créée en mai 1966 pour concevoir et construire cet appareil. Démarchée dès 1968, l'Inde signe en avril 1979 une commande pour 130 Jaguar, incluant un contrat de fabrication sous licence pour 95 exemplaires ainsi qu'un transfert de technologie.

Enfin, l'Inde a commandé 46 Mirage 2000EH et 13 Mirage 2000 TH biplaces en octobre 1982 afin de disposer d'avions de combat de supériorité aérienne capable de prendre la relève de ses MIG-21 russes. Le premier Mirage 2000 indien avait été mis en service en septembre 1984.  Le contrat de modernisation des 51 Mirage 2000 H et TH indiens avait été signé en 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :