Rafale : l'Inde passe son tour en 2018

 |   |  559  mots
Le Rafale, victime collatérale de la campagne préélectorale, ne devrait pas faire l'objet d'une nouvelle commande en 2018 en Inde.
Le Rafale, victime collatérale de la campagne préélectorale, ne devrait pas faire l'objet d'une nouvelle commande en 2018 en Inde. (Crédits : Dassault Aviation)
L'Inde ne devrait pas signer une nouvelle commande de Rafale en 2018 compte tenu d'une polémique sur la vente des 36 exemplaires vendus en 2016 dans un contexte préélectoral.

Selon des sources concordantes indiennes et françaises, l'Inde ne devrait pas signer une nouvelle commande de Rafale en 2018. A près d'un an des élections générales prévues en avril ou mai 2019, le Premier ministre Narendra Modi, leader du Bharatiya Janata Party (BJP), ne souhaite pas alimenter la polémique, qui a fait suite à la commande des 36 Rafale signée en septembre 2016. La principale force d'opposition au gouvernement Modi, le Parti du congrès, se déchaîne effectivement contre cette acquisition. "Il ne se passera rien sur ce dossier compte tenu d'une polémique très forte qui existe en ce moment dans un contexte préélectoral", explique-t-on à La Tribune.

Poursuite des négociations

En conséquence, la France en général, et Dassault Aviation, en particulier, poursuivront cette année les discussions avec New Delhi. "Ce ne sera pas inutile de ce point de vue mais il n'y aura probablement aucune annonce en 2018 sur le Rafale", précise-t-on. Ainsi, la visite d'Emmanuel Macron en Inde (9 au 12 mars) n'a pas été l'occasion pour Dassault Aviation de signer un nouveau contrat. Pourtant, depuis plusieurs mois, le constructeur du Rafale discute avec l'Inde d'une nouvelle commande d'appareils supplémentaires. Et comme toujours en Inde, les industriels français devront se montrer  très, très patients.

En tout cas, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) fait parfaitement le job pour mettre l'équipe Rafale sur les rails du succès en jouant le jeu du "Make in India". Ainsi, il va conduire du 16 au 19 avril en Inde (New-Delhi, Bangalore, Mumbai et Hyderabad) une importante délégation industrielle réunissant les six grands maîtres d'oeuvre (Airbus, ArianeGroup, Dassault Aviation, MBDA, Safran et Thales) et 54 sous-traitants, fournisseurs, PME et équipementiers.

D'autres commandes en attente

Outre le Rafale (entre 100 et 200 de plus), les industriels de l'armement français espérent des commandes pour des hélicoptères Panther d'Airbus (111 appareils) dans le cadre du programme NUH et de très nombreuses pièces d'artillerie (Nexter), ainsi qu'un nouveau contrat pour trois sous-marins Scorpène. Safran a également l'ambition de motoriser avec le  M88 (moteur du Rafale), l'avion de combat léger indien, le Tejas. La ministre des Armées Florence Parly a confirmé dans une interview accordée à La Tribune, l'intérêt des Indiens pour le M88.

Il y a également un autre sujet qui intéresse beaucoup les Indiens et qui pourrait avancer en 2018. C'est le programme Kaveri destiné à motoriser l'avion de chasse indien, le Tejas. Ce projet pourrait avancer et nous allons continuer à travailler très activement sur ce sujet avec Safran.

Nexter est également présent dans deux appels d'offres gigantesques en Inde. Le premier, qui pourrait être le contrat du siècle en matière d'artillerie porterait sur une commande de 1.400 canons de 155 millimètres tractés, pour lequel le groupe français propose le Trajan. Ce contrat s'élèverait à 1 milliard d'euros, soit un montant jamais atteint dans le domaine de l'artillerie. Le groupe français fait partie des deux derniers candidats avant la décision finale. Le Trajan est actuellement en train d'effectuer une nouvelle campagne de tests en Inde, a expliqué le PDG de Nexter. La deuxième compétition porte sur 800 canons montés sur camion, pour lequel le groupe propose le Caesar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2018 à 17:01 :
Notre Représentant de Commerce en Armement a échoué cette fois-ci; souhaitons-lui plus de chance, la prochaine fois. Peut-être aurait-il eu plus de chance en présentant des produits LVMH ou autres, puisque nous ne savons plus rien faire d'autre! Aurions-nous hérité d'un mauvais vendeur de ROTHSHILD venu se reconvertir en politique comme nombre de ses confrères de l'ENA, qui ne me semble pas avoir fourni à la France de grand homme d'Etat mais, parfois, de grands Commis de l'Etat et même d'excellents chefs d'entreprise; des accidents, sans doute!
a écrit le 09/04/2018 à 16:39 :
Visiblement la menace chinoise n'est pas encore suffisamment forte aux frontières indiennes (y compris sa façade maritime), pour que les autorités indiennes se précipitent à acheter des Rafales ...

N'oublions pas que le Mirage 2000 (ancêtre du Rafale) a magnifiquement démontré ses capacité à bombarder sur les hauteurs Himalayennes (c'est un des rares avions à pouvoir le faire) lors du dernier conflit indo-pakistanais, et que la marine indienne rêve du Rafale équipé du fameux missile anti-navire Exocet pour contrer la menace croissante de la marine chinoise ...

Bref le Rafale a un fort potentiel de vente en Inde.
Réponse de le 11/04/2018 à 23:00 :
Vu le faible nombre produit et leur prix, il acheteront americain ou russe meme si ils sont moins fiable... Avec ces deux puissance on est sur que les chaines de piece reste en production et qu'on les obtendra rapidement alors qu'avec cellle la... Regarder l'exemple des drones la france achete des reaper du a la lenteur de production des chaines de notre pays.
a écrit le 09/04/2018 à 14:15 :
Macron est hélas bien trop faible politiquement pour vendre à l'étranger, on respecte les décideurs et pas les serviteurs.

Grosse, très grosse faille stratégique de l'oligarchie qui voulait mettre sa création au pouvoir sans penser qu'un pays faible politiquement ne peut pas faire profiter pleinement ses multinationales.

Des comptables ça ne fait pas des dirigeants et une politique forte fait des affaires prospère3. L'europe a voulu tuer la politique pour laisser l'argent roi et du coup voit maintenant la pire des politiques s'installer durablement.

Vite un frexit.

"Le ministre allemand de l'Intérieur salue la victoire d'Orban" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1HG17T/le-ministre-allemand-de-l-interieur-salue-la-victoire-d-orban.html
Réponse de le 09/04/2018 à 16:15 :
Et de se demander du coup, devant la destruction de l'état français par les serviteurs de l'oligarchie européenne si ce n'était pas ça la volonté de base, tout casser, vu qu'elle ne pense qu'au fric et pas à la quête de puissance.

Serait elle tombée aussi bas cette pauvre vieille oligarchie toute flétrie ? Quand je vois un fils de multimilliardaire aller d'entreprise en entreprise pour au final es couler, se faire virer systématiquement mais avec d'énormes indemnités, porter ses deux montres Rolex au poignet "parce que je sais pas laquelle choisir", oui elle est tombée très bas mais comme elle possède tout elle nous entraine dans sa chute.

Au secours.
a écrit le 09/04/2018 à 12:53 :
les enfants dans l'himalaya n'ont pas de vêtements adaptés pas de tables dans ce qui semble à des classes et ils achètent des rafales
Réponse de le 09/04/2018 à 14:16 :
Ma question va paraître naïve mais quel est le rapport entre l'absence d'équipements scolaires et l'équipement nécessaire à la défense nationale que l'Inde envisagerait d'acheter ?

Peut-être pensez-vous qu'un pays qui n'investit pas dans sa défense investirait cet argent dans l'éducation ?

Et donc allons plus loin, supposez-vous peut-être qu'un pays qui n'investirait pas un euro dans son armée aurait réglé le problème de financement de son éducation et des vêtements des écoliers ?

Je n'ai aucun exemple qui me vient et qui me permettrait de répondre à une seule de ces question par l'affirmative...Éclairez moi !
Réponse de le 09/04/2018 à 14:21 :
@rama - le problème n'est pas la Rafale mais la répartition des richesses dans un pays qui compte une centaine de milliardaires.
a écrit le 09/04/2018 à 12:04 :
Certains media ont annoncé samedi un nouvel appel d'offres pour 110 avions de chasse.
a écrit le 09/04/2018 à 10:01 :
Il est tellement bien cet avion que le monde entier se bat pour NE PAS l'acheter
Réponse de le 09/04/2018 à 13:21 :
Tellement Francais comme réaction. Français moyen. Un pléonasme selon les belges.
Réponse de le 09/04/2018 à 14:08 :
Rassurez-vous, les français n'ont pas le monopole de la bêtise, donc sortir la fameuse réflexion "tellement français..." est du même niveau que le commentaire de PAS BON.
Réponse de le 09/04/2018 à 14:24 :
Oh un Dassault-phobe!

On achète pas un avion de combat à 80 millions pièce comme un paquet de chewing gum.
D'autre part l'Inde a lancé une nouvelle Request For Information qui est presque taillée sur mesure pour le Rafale.
L'Indian Air Force et l'Indian Navy VEULENT le Rafale. Dassault veut travailler en coopération avec les indiens de RELIANCE au sein de Dassault Reliance Aerospace Limited (DRAL), veut construire une usine en Inde (ce sont les autorités qui bloquent l'avancement des travaux), et a créé un écosystème d'entreprises indiennes pour accompagner DRAL.
Tout est là, il y a du potentiel pour au moins 150 avions en Inde construits en partie sous licence à chaque nouveau lot.
Renseignez-vous avant de dire des âneries et rendez-vous dans 1 an pour d'autres contrats Rafale qui feront encore grossir votre ulcère.
Réponse de le 09/04/2018 à 15:24 :
Beaucoup de choses ont été dites sur cet avion, mais jamais qu'il était de mauvaise qualité, bien au contraire. Pendant longtemps on a pointé le fait qu'acquérir cet appareil vient avec une facture assez salée, et l'euro à entre 2008 et 2014 se négociait entre 1,38 et 1,58 eur/usd ce qui n'atire pas les acheteurs mais seulement l'État Français....

Mais, une fois que l'Inde sera la 5è puissance économique mondiale, bien devant la France et la Grande-Bretagne, peut-être que le ''prestige'' attaché à cette 5è place aura davantage d'influence sus ses achats militaires. :-)
Réponse de le 09/04/2018 à 15:56 :
Il est quasiment ce qui se fait de mieux si l'on excepte le F22 américain qui n'est pas à vendre. Les autres, le F35 n'est pas combat proven et fleure bon l'arnaque du siècle, les engins russes (pourquoi les indiens les ont abandonné au profit du Rafale), le Saab suédois n'a pas encore volé, etc...
Tellement facile de faire du french bashing.
Comme ce n'est pas un joujou à 1M€, les indiens prennent leur temps (et ils font d'ailleurs ça pour tout)
Réponse de le 09/04/2018 à 18:14 :
@dommage. Effectivement les français n’ont pas le monopole de la bêtise, mais certains sont de sacrés compétiteurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :