La Thaïlande s'offre un nouveau satellite d'observation français (Airbus)

 |   |  278  mots
THEOS 2 aidera à fournir des informations sur les ressources en eau, la météo et l'utilisation des terres pour la planification et la gestion de l'eau
THEOS 2 aidera à fournir des informations sur les ressources en eau, la météo et l'utilisation des terres pour la planification et la gestion de l'eau (Crédits : Airbus Defence & Space)
Airbus Space Systems va construire le nouveau satellite d'observation de la Terre. Il est évalué à 185 millions d'euros.

Champagne et petits fours lundi à l'Elysée pour l'acquisition par la Thaïlande du satellite d'observation de la Terre THEOS 2 (Thai Earth Observation System) fabriqué par Airbus Space Systems. La signature du contrat du satellite, qui est évalué à 185 millions d'euros selon la presse, se fera en présence du Premier ministre thaïlandais, le général Prayut Chan-o-cha en visite en France. Cette information avait été dévoilée il y a une dizaine de jours par le magazine aérospatial, Aerospatium. Il doit prendre la relève de THEOS 1, commandé en 2004 à Airbus DS (Astrium à l'époque) et lancé le 1er octobre 2008 par Dnepr.

Pour la première fois un satellite sera construit en Thaïlande, avec un mélange de pièces et de main-d'œuvre importées et locales. Environ 30% des matériaux devraient provenir de Thaïlande, selon la presse thaïlandaise. Le satellite sera livré à l'Agence spatiale du ministère thaïlandais des Sciences et Technologies GISTDA (Geo-Informatics and Space Technology Development Agency).

Au service de la politique agricole

THEOS 2 aidera à fournir des informations sur les ressources en eau, la météo et l'utilisation des terres pour la planification et la gestion de l'eau. Ce satellite servira au ministère de l'Agriculture, par le biais de son centre de recherche rizicole implanté à Phitsanulok, pour surveiller les champs de riz à l'échelon régional, prévoir les volumes d'eau nécessaires à l'irrigation, et émettre des recommandations aux exploitants agricoles pour optimiser les rendements et, par conséquent, leurs revenus. Il permettra de contrôler la politique nationale de préservation des forêts. Enfin, il servira à la surveillance de l'élevage de crevettes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2018 à 8:59 :
Qui le mettra sur orbite? J'espère que la Thaïlande ne fera pas appel aux brillants fabricants de missiles qui équipent notre "Royale"? Au fait, les cibles syriennes visées pourraient-elles nous faire savoir si elles ont été ratées?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :