Le patron de l'international de la DGA, Stéphane Reb va rejoindre MBDA

 |   |  434  mots
Stéphane Reb avait été nommé directeur du développement international de la DGA en conseil des ministres du 12 septembre 2012
Stéphane Reb avait été nommé directeur du développement international de la DGA en conseil des ministres du 12 septembre 2012 (Crédits : Ministère des armées)
Le directeur du développement international de la Direction générale de l'armement, Stéphane Reb serait sur le point de rejoindre MBDA.

Selon des sources concordantes, le directeur du développement international de la Direction générale de l'armement (DGA), Stéphane Reb serait sur le point de rejoindre  le missilier européen MBDA. Il aurait déjà le feu vert de la commission de déontologie de la fonction publique, qui a pour rôle de contrôler le départ des agents publics envisageant d'exercer une activité dans le secteur privé. Elle examine notamment si les activités privées qu'ils envisagent d'exercer ne sont pas incompatibles avec leurs précédentes fonctions.

Stéphane Reb (Polytechnicien, diplômé de l'école nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace) doit remplacer Patrick Tramier (X 1975 ENSAE), l'actuel directeur exécutif des programmes de MBDA. A terme, il pourrait même succéder à Antoine Bouvier, qui a beaucoup œuvré à sa venue. Stéphane Reb avait été candidat à la succession de Laurent Collet-Billon, mais Emmanuel Macron avait finalement sélectionné Joël Barre pour prendre la tête de la DGA.

Un grand service export au sein de la DGA

Stéphane Reb souhaitait créer un grand service au sein de la DGA, qui aurait été dédié aux programmes export en vue de soutenir les clients de l'industrie de l'armement française. Il n'a pas été entendu ou très peu.

La DGA consomme de plus en plus de moyens à l'export. Au total, 600 personnes seront nécessaires, au vu des contrats et prospects actuels, pour tenir compte de l'évolution de l'implication de l'État dans les contrats d'ici à 2025, dont 300 d'ici à la fin de la loi de programmation en 2019, avait estimé l'ancien DGA, Laurent Collet-Billon. Une dizaine de personnes était venue rejoindre les équipes de Stéphane Reb.

Directeur du programme Rafale

Ingénieur général de l'armement, Stéphane Reb avait été nommé directeur du développement international de la DGA en conseil des ministres du 12 septembre 2012. Il a démarré sa carrière à la DGA en 1991 comme responsable des études amont pour les missiles tactiques. Il a ensuite occupé différentes responsabilités dans les domaines des missiles et de l'aéronautique, dont celle de manager des Mirage 2000N et D. Il rejoint en 2001 l'Occar (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) à Bonn où il exerce notamment la fonction de directeur du programme Tigre.

En 2007, il revient à la DGA comme directeur du programme Rafale. En février 2009, il prend la direction de l'unité de management Rafale, qui comprend l'ensemble des avions de combat (Mirage 2000, Super Etendard, Mirage F1) ainsi que les démonstrateurs de drones de combat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2017 à 0:36 :
En France, il n'y a qu'un véritable missilier, c'est MBDA. Il est impossible pour une défense comme la notre d'avoir deux missiliers vu la taille du marché français. Il n'y a donc aucune possibilité de concurrence en France. MBDA fabrique les missiles que l'armée lui demande. Si MBDA veut faire plus, c'est sur ses propres fonds. Ce Monsieur, a priori, est là pour aider à l'export des missiles français. Alors au lieu de pousser des cris d'orfraie, il vaudrait mieux lui souhaiter bonne chance. Mais comme d'habitude en France, les pires ennemis de l'industrie française, ce sont les français. Et si changeait un peu nos habitudes de gaulois !!
a écrit le 27/11/2017 à 23:35 :
Bien entendu on va nous expliquer qu'il n'y a pas de conflit d'intérêt, ni de confusion des genres, ben voyons, on va y croire, mais qui s'en soucie dans ce monde de gens si honnêtes ?
a écrit le 27/11/2017 à 12:08 :
Je n’ai rien contre ce monsieur, mais voilà encore un bel exemple de « pantouflage ». Et pour terminer sa carrière Stéphane Reb, sera peut-être un jour, ministre de la défense. Va savoir !!!!
a écrit le 27/11/2017 à 10:52 :
Absolument scandaleux!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :