Le numéro deux du Trésor Thomas Courbe sera-t-il le prochain DGA ?

 |   |  406  mots
Quel délégué général pour l'armement (DGA) va choisir Emmanuel Macron?
Quel délégué général pour l'armement (DGA) va choisir Emmanuel Macron? (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
La nomination du prochain délégué général pour l’armement est proche. Trois candidats semblent se détacher, Joel Barre (CNES), Thomas Courbe (Trésor) et Laurent Giovachini (Sopra-Steria).

Qui pour succéder à Laurent Collet-Billon à la tête de la direction générale de l'armement (DGA), pilotée par intérim depuis plus de 25 jours par le numéro deux de la DGA, Vincent Imbert ? Il pourrait s'agir du numéro du Trésor, Thomas Courbe même si une surprise n'est toujours pas à exclure venant de la part de Matignon et de l'Elysée. C'était la rumeur qui courait ces derniers jours. Membre du conseil général de l'armement depuis mai 2017, Thomas Courbe est surtout depuis septembre 2015 directeur général adjoint de la direction générale du Trésor. Parmi les autres favoris, Laurent Giovachini, directeur général adjoint de Sopra Steria, qui a été vu mardi à Matignon et Joël Barre, directeur général délégué du CNES, qui pourrait rencontrer le Premier ministre mercredi.

Jeune quarantenaire, Thomas Courbe a été secrétaire général du Trésor à l'administration centrale du ministère de l'Économie et des Finances (juillet 2012-septembre 2015). Il a été également directeur de cabinet du secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, Pierre Lellouche entre novembre 2010 et mai 2012). En lien avec la direction générale de l'armement, Thomas Courbe a été notamment chef du bureau des affaires aéronautiques, militaires et navales au ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi en 2007. Diplômé de l'école nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (Sup'Aéro), il a été ingénieur en chef de l'armement à la DGA.

Sept candidats auditionnés

Au moins sept candidats avaient été auditionnés par l'ancien patron d'Airbus Louis Gallois, et l'ancien président du CNES, Yannick d'Escatha, ainsi que la ministre des Armées, Florence Parly. Ils sont tous ingénieurs de l'armement, soit en fonction actuellement à la DGA, soit passés par la DGA.

Il s'agirait de Monique Legrand-Larroche, directrice des opérations de la DGA, de Caroline Laurent, directrice de la stratégie de la DGA, de Stéphane Reb, directeur du développement international de la DGA, de Laurent Giovachini, directeur général adjoint de Sopra Steria, de Bruno Sainjon, PDG de l'ONERA, de Joël Barre, directeur général délégué du CNES, et, enfin, de Philippe Logak, associé au cabinet d'avocats Gide, selon des sources concordantes. Parmi ces candidats, certains ont même été pendant un certain temps favori.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2017 à 9:08 :
Concevoir et proposer une trajectoire soutenable et convaincante d'évolution du budget de la Défense lui permettant atteindre 2% du PIB en 2025.
Cet objectif doit être rempli tout en dégageant, jusqu'à 2020, des marges de manoeuvres pour faire face aux autres contraintes -endogènes et exogènes- qui pèsent sur le budget de l'Etat.

PS. Un indice pour une ébauche de la solution : système à non minimum de phase

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :