Les armées de plus en plus mobilisées dans la guerre contre le Coronavirus

 |   |  793  mots
Le porte-hélicoptères Tonnerre appareillera très prochainement pour évacuer des patients atteints du coronavirus en réanimation de Corse vers les établissements de santé pouvant les soigner
Le porte-hélicoptères Tonnerre appareillera très prochainement pour évacuer des patients atteints du coronavirus en réanimation de Corse vers les établissements de santé pouvant les soigner (Crédits : ministère des Armées)
Évacuations de malades, hôpital de campagne... Parallèlement à ses missions essentielles, le ministère des Armées est de plus en plus mobilisé pour cette opération intérieure inédite.

Après les premières évacuations de malades de Mulhouse vers les hôpitaux du Sud via un A330 MRTT de l'armée de l'air doté du système Morphée pour soulager les structures hospitalières de Colmar et Mulhouse, la Marine nationale et l'armée de terre sont à leur tour mobilisées. Ainsi, sur décision du président de la République, le bâtiment Tonnerre, un porte-hélicoptères amphibie de la Marine nationale, appareillera très prochainement pour évacuer des patients atteints du coronavirus en réanimation de Corse vers les établissements de santé pouvant les soigner. Le Tonnerre dispose à bord d'un hôpital embarqué, avec deux salles d'opération et 69 lits médicalisés.

L'hôpital de campagne à Mulhouse

De son côté, l'armée de terre, et plus précisément le régiment du train, a convoyé vendredi à bord de 16 camions vers Mulhouse l'Élément militaire de réanimation (EMR) du service de santé des armées (SSA). Soit l'hôpital de campagne promis par Emmanuel Macron pour renforcer le service hospitalier public du grand Est, région particulièrement touchée par le Covid-19. La mise en place de cet EMR, qui est un structure médicale modulaire sous tente, consiste à la reconfigurer afin de l'adapter au besoin spécifique du COVID-19 (réanimation, ventilation). Cette structure dispose d'une capacité de 30 lits en réanimation. Elle sera "armée" par du personnel du Service de santé des armées et du régiment de l'armée de Terre, la Capacité spécifique du Régiment médical (RMED) de La Valbonne.

En coordination avec la Direction générale de la santé (DGS), la décision a été prise de déployer cet élément militaire de réanimation à Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Selon le ministère des Armées, le calendrier du déploiement de l'EMR va se dérouler en trois phase : jeudi 19 mars, reconnaissance du site de déploiement de l'EMR à proximité de l'hôpital de Mulhouse, puis vendredi 20 mars, départ du convoi logistique depuis Chanteau à destination de Mulhouse, et, enfin, samedi 21 mars, début d'installation de la structure de l'EMR. "Sa pleine capacité opérationnelle sera annoncée ultérieurement", a précisé le ministère.

Le Service de santé des armées sur le pied de guerre

Le SSA a par ailleurs activé cinq de ses huit Hôpitaux d'instruction des armées (HIA) : Bégin (qui détient une expertise dans les maladies infectieuses) et Percy en Ile-de-France, Saint-Anne et Laveran en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), et Clermont-Tonnerre en Bretagne. Ces hôpitaux disposent d'une capacité d'accueil d'une centaine de lits réservés aux patients Covid-19, dont 40 en réanimation.

En outre, le ministère des Armées a récemment mis à disposition cinq millions de masques chirurgicaux du ministère de la Santé. Ces masques du SSA sont en cours d'acheminement vers un site de stockage de Santé publique France (SPF). Trois livraisons ont été effectuées entre le 18 et 20 mars. La Direction générale de l'armement (DGA) est également mobilisée. Ainsi, son expertise dans le domaine épidémiologique est mobilisée pour tester plusieurs prototypes de masques proposés par les industriels. Les résultats des essais sont attendus dans les prochains jours. Le cas échéant, leur mise en fabrication permettra de mettre à disposition de nouveaux masques pour les personnes, qui en ont le plus besoin.

L'armée reste plus que jamais présente

Enfin, les armées restent bien évidemment concentrées sur leurs missions essentielles pour protéger les Français : la dissuasion nucléaire, la lutte contre le terrorisme en opérations extérieures et dans le cadre de l'opération Sentinelle, la protection de notre espace aérien, de nos satellites, la surveillance maritime ou encore la lutte contre les trafics. Dans le contexte actuel, des Plans de continuité d'activité (PCA) ont été déclinés dans tout le ministère, en particulier dans chaque armée et au sein de chaque unité, pour assurer l'ensemble des missions essentielles à la protection des citoyens, quelle que soit l'évolution de la situation. "Depuis plusieurs semaines, vous vous êtes préparés à affronter cette crise. Vous avez mis à jour les plans de continuité de l'activité dans ce contexte inédit", a récemment précisé la ministre des Armées dans un message adressé aux personnels civils et militaires du ministère.

"Notre promesse, c'est de maintenir les forces armées opérationnelles au service de la Nation. Notre engagement, c'est de protéger les Français. Notre devoir, face à cette crise inédite du coronavirus, c'est de maintenir ces deux raisons d'être", a expliqué Florence Parly.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2020 à 3:58 :
Qui a affaibli les Armées ?
La Réponse: Michèle Alliot Marie. Quand elle a pris les commandes du ministère, sa mission était de faire des coupes franches dans le budget de la défense nationale. A coups de dizaines de milliards d'euros.
a écrit le 22/03/2020 à 10:40 :
Bien , mais la question est de savoir pourquoi îls y a dès apparitions massifs de foyer de contamination...
Le nords de Paris ? L'est de la françe ? La corce ? La Bretagne ?
Bon imaginons que la corce viennent de la proximité de l'Italie ( tres atteinte ) ,
Mais pour l'est de la françe , l'Allemagne est peux contaminer !
Le nords de Paris , le rapatriement des francais dè Chine ? Ou des migrants venant de l'étranger ...
Pour la Bretagne , les centres de confinement des rapatriées de Chine ?
Dàns tous les ças , îls faudra bien savoir pourquoi la contamination à tellement progresser dans notre pays ...
a écrit le 21/03/2020 à 17:11 :
L'Armée Française n'a plus de moyens. Sinon, où sont les hôpitaux de campagne qu'elle pourrait proposer en complément des équipements fixes du système de santé ? Un seul hôpital de campagne ? Un seul vol d'airbus A310 avec seulement 6 malades à bord ? Qui a affaibli ainsi l'Armée Française, et donc la France ? C'est aujourd'hui que demain se décide...
a écrit le 21/03/2020 à 14:37 :
grosse pub sur la mise en place d'un hôpital de campagne par l'armée alors qu'à proximité de l'hôpital public saturé il y a des cliniques privées disposant de services de soins expérimentés et équipements facilement et rapidement ajustables qui ne sont pas sollicitées par les autorités .
de qui se moque t-on ?
Réponse de le 21/03/2020 à 19:57 :
Le problème est que ces hôpitaux n'ont quasiment pas de stock en masque, charlottes, sur blouses et lunettes de sécurité.

C'est comme si on avait des chars sans système de visée.... (en gros 25% des Leclercs français, la pénurie c'est partout).
Réponse de le 21/03/2020 à 19:58 :
Le problème est que ces hôpitaux publics n'ont quasiment pas de stock en masque, charlottes, sur blouses et lunettes de sécurité. Ils avaient des stocks, mais ça c'était avant que la Chine arrète de les approvisionner.

C'est comme si on avait des chars sans système de visée.... (en gros 25% des Leclercs français, la pénurie c'est partout).
a écrit le 21/03/2020 à 12:42 :
Ça risque de mettre en évidence, là encore, des moyens largement affaiblis. Le délai de mise en oeuvre d'un hôpital de campagne ( en fait un EMR) est parlant. En fait l'armée nationale n'a plus d’hôpital de campagne (HMC) depuis 5 ans. D’ou les délais pour le RMED (régiment médical) de reconstitué et assembler les éléments nécessaires.
La capacité totale de l'armée est de 1700 lits dont guère plus d'une centaine dédiés à la réanimation.
a écrit le 21/03/2020 à 9:35 :
Je crois que l'armée ne fera pas de miracle mais elle peut soulager, prolonger, structurer une action et assurer un soutien logistique dans une période ou pointe une désorganisation..
Réponse de le 21/03/2020 à 16:04 :
Encore faut il qu il reste des moyens disponibles...

Avec les 2 livres blanc et la rgpd les fonctions supports ont été sabrées.

Fermetures en masse de régiments et d hopitaux...

Dégraissage massifs.

En plus plusieurs opex a gérer sur le budget défense et la connerie vigipirate qui dure dure dure en empechant les repos et les entraînements.

Alors attendre des miracles quand on voit comment a été traité l ancien chef des armées....
a écrit le 21/03/2020 à 8:17 :
L'Armée dispose de moyens extraordinaires et de personnels extrêmement compétents en risque bactériologique et maladies tropicales en tous genre...Leur aide est d'un grand secours et merci à tous les personnels militaires pour leur dévouement !
a écrit le 20/03/2020 à 18:39 :
Ca y est les militaires se réveillent. Que du bonheur.. ..
Réponse de le 21/03/2020 à 5:14 :
Si ils n'avaient pas été sur tous les fronts exotiques, ils pourraient être en France pour aider un peu les forces de police.Comment peut-on garder encore un bataillon complet au Liban, et des forces au Mali alors que l'on pourrait traiter par drones la plupart des interventions au Sahel. ?
Réponse de le 21/03/2020 à 16:06 :
L armée ne doit pas jouer le rôle de la police JAMAIS

Les tribunaux d exception gardez les vous...
a écrit le 20/03/2020 à 18:37 :
Vivement la rgpd et l armee stade de france...

L armee est à l os

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :