Covid-19 : premières évacuations de malades par le service de santé des armées en A330 MRTT

 |   |  527  mots
L'A330 MRTT Phénix est équipé du module Morphée, qui permet l'évacuation de blessés de guerre nécessitant une réanimation
L'A330 MRTT "Phénix" est équipé du module "Morphée", qui permet l'évacuation de blessés de guerre nécessitant une réanimation (Crédits : ministère des Armées)
L'armée au secours du service hospitalier français. Le service de santé des armées a réalisé ses premières évacuations ce mercredi.

L'armée mobilisée contre la lutte pour enrayer la propagation du Coronavirus. En écho aux propos du président Emmanuel Macron qui a parlé de "guerre" contre le coronavirus lundi soir dans son allocution aux Français, l'armée de l'air a évacué mercredi un premier groupe de malades de Mulhouse pour soulager les hôpitaux surchargés de la région, ont annoncé les autorités. Objectif, gagner du temps et des lits dans le grand Est. Un Airbus A330 médicalisé de l'armée de l'air en provenance de la base d'Istres a atterri mercredi matin sur l'aéroport de Mulhouse-Bâle pour évacuer six malades, a déclaré à Reuters le porte-parole de l'état-major des armées. C'est la première fois qu'il est utilisé pour des patients civils. Les six malades sont arrivés en fin d'après-midi dans les hôpitaux militaires Laveran à Marseille et Sainte-Anne à Toulon.

"Conformément aux décisions du président de la République, la situation l'exigeant : un A330 Phénix de l'armée de l'air décolle ce matin d'Istres pour Mulhouse, afin d'évacuer 6 patients atteints du Covid-19 vers les hôpitaux des armées Laveran et Saint-Anne", a twitté mercredi matin la ministre des Armées, Florence Parly.

L'A330 MRTT "Phénix" est équipé du module "Morphée" (Module de réanimation pour patient à haute élongation d'évacuation), qui permet l'évacuation de blessés de guerre nécessitant une réanimation. Ce système a été mis en place pour doter les armées d'une capacité d'évacuation sanitaire longue distance adaptée aux transports de plusieurs blessés graves afin de contribuer au soutien médical des forces déployées en opération extérieure. Initialement installé sur C-135, ce kit a été installé par le centre d'expertise aérienne militaire (CEAM) et le service de santé des armées (SSA) sur A330 Phénix. Il permet d'évacuer de jusqu'à 10 blessés graves sur une distance de 12.000 km. L'état-major de l'armée de l'air a autorisé l'emploi de ce kit sur l'A330 Phénix. L'évacuation médicale par voie aérienne concourt à la rapidité de la prise en charge du blessé ou du malade dans les structures médicales de terrain, puis à celle de son admission en France.

L'armée offre 5 millions de masques au ministère de la Santé

Par ailleurs, l'armée française a fourni au ministère de la Santé cinq millions de masques pour contribuer à la lutte contre l'épidémie de coronavirus, a annoncé la ministre des Armées dans une interview publiée mercredi soir sur le site du journal Le Parisien. "Nous avons identifié dans nos stocks 5 millions de masques, qui ont été mis à la disposition du ministère de la Santé", a précisé Florence Parly.

Les professionnels de la santé se plaignent depuis des semaines de la pénurie de masques de protection qui les expose à un risque élevé de contamination. Des membres des forces de l'ordre chargés de faire respecter le confinement ordonné par le président Emmanuel Macron ont émis la même critique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2020 à 14:49 :
Selon Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), les cliniques sont dotées de 4.000 lits de réanimation pour accueillir les malades du Covid-19. "On a déprogrammé 100.000 patients", a-t-il détaillé mercredi après-midi sur LCI. Sans vouloir polémiquer en ces temps de mobilisation générale, Lamine Gharbi s’étonne que six patients de Mulhouse aient été évacués aujourd’hui en avion par l’armée de l’air vers Marseille et Toulon alors même que "70 lits de réanimations sont mobilisables à Strasbourg, Metz et Nancy."

sans commentaire...Puisque on est en guerre il va falloir passer quelques responsables en conseil de guerre.
a écrit le 19/03/2020 à 10:25 :
Réponse @ " A ne surtout pas recommencer..."
Il me semble normal que nos Armées participent à cet effort national et qu'elles mettent des moyens au service des citoyens en temps de crise. Le budget dégagé pour ces opérations seront pris sur les budgets d'entrainement, puisqu'il s'agit exercices en conditions réelles...
Votre commentaire est ridicule.
Réponse de le 19/03/2020 à 12:06 :
La meilleure contribution que l'armée ait faite à la lutte contre le covid19 c'est d'avoir débloqué hier 5 millions de masques de son stock stratégique.
Sauf que 5 millions, c'est à peine 5 jours de consommation de nos hôpitaux.

L'armée a déjà prévenu. Il n'y aura pas d'autre hôpital de campagne mis à disposition du civil parce que les 4 autres sont utilisés sur nos Opex.

Et pour ce qui est du transport aérien par avion, c'est la direction de l’hôpital qui n'en veut plus. L'opération médiatique a mobilisé trop de personnel de l'hôpital, pendant trop de temps à un moment de crise aîgue.
Réponse de le 19/03/2020 à 15:57 :
Réponse @ " Les armées sont exsangues..."
Et vous préférez que nos personnels militaires médicaux jouent aux babyfoot en ce moment ou fassent des "exercices de simulation de catastrophes naturelles" et que nos avions volent " à vide " pour s'entrainer ?
Marre de l'opinion de sous-offs ou d'offs de base avec des casquettes sur les yeux, qui critiquent tout, et qui comprennent pas ce qu'est " l’Intérêt Général ".

C’était un excellent entrainement. Point.
a écrit le 19/03/2020 à 10:17 :
On n'est pas prêt de désengorger les hôpitaux du Grand Est s'il faut un airbus A330 pour seulement 6 malades par voyage... C'est du bricolage
a écrit le 19/03/2020 à 9:02 :
Bon, deux questions:
-Si l'avion peux prendre 10 malades par voyage , pourquoi én charger 6 ...
-Nos A400 M , ne sont îls pas prévu pour le transport ( des blessés ) ?
Ensuites , pour l'hôpital de campagne , 30 lits , j'espère que çela devrais être plus efficace , pour la mise en œuvre et pour les extenrions á terme... ( personne ne peux dire , où nous aurons museler la bête )
N'importe comment notre armee fait se quel peux et les moyens dàns elle disposent sont assez faible ... ( un serviçe de santee et deja àu travail dàns les hôpitaux et un seul régiment de defense arme spéciale "NBCR le 2 RD" ) . Et la réserve ne fonctionne pas correctement, nous somme loins des effectifs et dè l'entraînement minimum de se type de forçe ....
Mais , ils nous tarde de voir sur les statistiques de l'épidémie si le confinement de notre pays aura etait efficace ... D'ailleurs , nous ne somme pas ou peux informer sur le devellopement du nombre de ças ...
a écrit le 18/03/2020 à 20:21 :
L'opération a mobilisé 30 personnes pendant 5 heures, rien que pour le médical à terre. En ajoutant l'avion, le personnel naviguant et l'équipage médical militaire, ça a couté une fortune pour évacuer seulement 6 personnes.

Opération de communication purement médiatique. Macron a des guerres hors de prix.

Pour ce qui est de l’hôpital militaire de campagne il ne sera pas opérationnel avant la fin du mois.A comparer avec les chinois qui ont eux, monté un hôpital en dur de 2500 places en 10 jours.
Ca serait bien d'aller prendre quelques leçon d’efficacité chez eux.
Réponse de le 18/03/2020 à 21:18 :
ben, bosser jour et nuit en étant payé 3 bols de riz par jour et avec un ptit coup de fouet dans les gencives de temps en temps, la voila l'efficacité a la chinoise... vous êtes volontaire ?
Réponse de le 18/03/2020 à 23:42 :
".... bosser jour et nuit en étant payé 3 bols de riz par jour et ..."

C'est pour cela qu'ils vont gagner la guerre.

Pendant qu'on laisse notre économie mourir pour une fausse compassion, eux sont en train de faire repartie la leur. Et avec un brut à moins de 30 €, ils sont encore plus compétitif qu'avant la crise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :