La PME française CILAS a mis au point un laser tueur de drones

La filiale d'ArianeGroup a mis au point un laser HELMA-P, qui a réussi à détruire plusieurs drones en vol lors d'une campagne d'essais.
Michel Cabirol

5 mn

L'effecteur laser HELMA-P, développé par CILAS a réussi à détruire plusieurs drones en vol lors d'essais sur une semaine.
L'effecteur laser HELMA-P, développé par CILAS a réussi à détruire plusieurs drones en vol lors d'essais sur une semaine. (Crédits : CILAS)

C'est la nouvelle arme high tech, qui fait fantasmer toutes les armées du monde, le laser. Et la France a démontré qu'elle maîtrisait cette technologie, qui n'est plus aussi futuriste que cela. Loin des combats de la saga culte Star Wars, la filiale d'ArianeGroup, CILAS, a discrètement mis au point avec le soutien financier de l'Agence de l'innovation de défense (AID) et de la Région Centre-Val de Loire, un laser de moyenne puissance, HELMA-P, qui a réussi à détruire plusieurs drones en vol lors d'une campagne d'essais, qui a duré une semaine. Et cela s'est bien passé en France à la mi-octobre. Plus précisément au Centre d'Essais des Landes de la Direction générale de l'armement (DGA) à Biscarrosse où ont lieu les premiers essais concluants de l'effecteur laser HELMA-P, développé par CILAS, bien soutenu par sa maison-mère ArianeGroup.

Leader en Europe sur les lasers de moyenne puissance

La destruction d'un drone par une arme laser est une grande première en France. En Europe, MBDA Deutschland en avait déjà fait la démonstration en Allemagne en 2015. "Les résultats se sont montrés prometteurs dès la 1ère semaine, notamment en raison du temps de neutralisation qui s'est avéré très court", a de son côté souligné l'AID. Cela place la France dans le peloton de tête des nations leaders dans le monde dans le domaine des armes laser de moyenne puissance avec les Etats-Unis (High Energy Laser de Raytheon et Compact Laser Weapon System de Boeing) et Israël (Drone Dome de Rafael). Selon CILAS, il y a également des activités sur ce segment de marché en Russie, en Chine et en Australie.

"HELMA-P a, dès les premiers tirs, convaincu par sa précision, son efficacité et sa capacité à neutraliser en quelques secondes des cibles en vol situées jusqu'au kilomètre, a expliqué CILAS dans un communiqué publié mardi. Tous les tirs ont permis de détruire systématiquement les drones pouvant évoluer à des vitesses supérieures à 50 km/h et dans des conditions de poursuite de cibles difficiles".

Dans le domaine des lasers de forte puissance, CILAS, en tant que chef de file, travaille dans le cadre d'un consortium européen, baptisé TALOS (Tactical Advanced Laser Optical System). Basée à Orléans, la PME a donc pour objectif de développer une filière laser européenne dans le cadre d'un programme européen (Preparatory Action on Defence Research-PADR), en vue d'un futur programme de réalisation d'effecteur laser pour des applications de défense à l'horizon 2025. Ce segment de marché, sur lequel travaille également l'Allemagne, correspond à la neutralisation de missiles, d'obus, de drones offensifs, etc... "Le caractère éminemment stratégique de CILAS montera encore en puissance avec l'émergence des armes lasers, avait expliqué fin janvier à Orléans la ministre des Armées Florence Parly. A court terme, ces armes laser ont déjà un rôle à jouer dans le domaine de la lutte anti-drone". Ce qui est en voie d'être réalisé.

Une rupture technologique et opérationnelle

HELMA-P va apporter dès le printemps 2021 aux unités opérationnelles et aux forces de sécurité intérieures une arme nouvelle présentant une véritable rupture technologique. Ce système d'arme, qui peut être commandé dès à présent, est proposé en configuration fixe ou intégré sur véhicule ou sur un navire. Il est compatible avec un processus C2 (Command and Control) ou un système BMS (Battle Management System). Ce type d'arme peut venir en complément d'autres technologies anti-drones comme les fusils anti-drones. Outre la lutte anti-drone pour la protection de sites sensibles civils (aéroports, centrales nucléaires...) ou militaires et des convois, ce système devrait apporter un gain opérationnel considérable dans le combat aéroterrestre.

Ainsi, l'objectif avec HELMA-P est de disposer d'un système d'arme laser polyvalent, permettant la neutralisation de drone ou d'optronique, jusqu'à la neutralisation de roquette, artillerie et mortier. "L'effecteur laser est capable d'endommager le potentiel de défense et de réaction adverse avant une action", a estimé CILAS. Il peut être également utilisé contre les dispositifs explosifs improvisés en neutralisant les explosifs ou en détruisant l'électronique ou encore, dans le cadre de la préparation d'opérations, de neutralisation de capteurs de lumière, de brouillage de caméra ou encore de "dé-camouflage".

"Sa mission sera de sécuriser les opérations sur le territoire national lors d'événements et de soutenir les opérations extérieures en identifiant, poursuivant et neutralisant la menace fixe ou agile", a souligné cette PME spécialisée notamment dans les lasers et l'optronique (47 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018).

De nouveaux essais

"Ces premiers essais à Biscarrosse sont un succès et doivent se poursuivre afin de caractériser totalement les performances de l'effecteur, notamment en terme de portée et selon différents scénarios opérationnels", a précisé CILAS. Le système HELMA-P, installé sur trépied, a été expérimenté en conditions opérationnelles réelles. Après une semaine d'essais en octobre, ces derniers vont se poursuivre entre la fin 2020 et le début 2021 sur quatre semaines supplémentaires. Les prochaines semaines d'essai permettront d'évaluer l'efficacité du système sur de nouveaux modèles de drones, mais également avec la réalisation de tirs sur des drones évoluant à plusieurs centaines de mètres d'altitude.

Cette campagne d'essais permet non seulement de tester l'impact opérationnel du système mais ouvre également la voie aux procédures d'expérimentation des lasers de puissance. Ce nouveau système d'arme semble répondre efficacement à la menace que représentent les drones et plus particulièrement les mini-drones, qui posaient un vrai problème aux armées et aux forces de sécurité intérieures. Aux armées et aux forces intérieures de s'en emparer pour définir une doctrine d'emploi pour cette arme de rupture. Que la force soit avec elles...

Michel Cabirol

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 03/05/2021 à 22:24
Signaler
Bravo pour cette innovation futuriste. La bonne vieille méthode de la balle ,ne fonctionne pas sur un drone ?

à écrit le 13/11/2020 à 0:00
Signaler
Excellente nouvelle, par ailleurs à en croire le responsable de l’Onera devant les députés de la commission de Défense, la France détruisait déjà ces vieux satellites Spot au moyens d’un laser, et c’était il y a plus de trente ans. Manifestement le...

à écrit le 12/11/2020 à 18:58
Signaler
Petit bémol quand même : Cilas fait parties des actifs qualifiés de non-strategiques par sa maison mère. des rumeurs de vente ont même courues au premier semestre, jamais démenties à ma connaissance (mais à vérifier). Il convient donc de ne pas s'e...

à écrit le 12/11/2020 à 7:31
Signaler
bravo a cette innovation

à écrit le 11/11/2020 à 11:42
Signaler
Donc plus il a y des guerres plus l humain fait des progres scientifiques !! vivement les prochainnes ..

à écrit le 11/11/2020 à 10:53
Signaler
Intéressant, cependant il suffit d'équiper les drones avec des protections thermiques/réfléchissantes pour réduire l'efficacité du lazer.

le 11/11/2020 à 12:54
Signaler
Oui et vous alourdissez l'engin en réduisant l'efficacité de ses batteries. Donc vous réduisez l'utilité de l'engin. C'est l'éternelle histoire de la cuirasse et du bouclier.

le 12/11/2020 à 16:15
Signaler
Et si le laser rate le drône l'avion dan ma trajectoire est découpé ? Et pour le parachutiste ou voiture si on vise trop bas ça se passera comment?

à écrit le 11/11/2020 à 10:29
Signaler
Ce que je pensais possible il y a 25 ans à la DGA avec les satellites français contre le menace russe est possible maintenant avec les drones et les armes lasers. Oui j'avais estimé sans être spécialiste de l'armemen laser que la Russie developperai ...

à écrit le 11/11/2020 à 9:16
Signaler
C est un progrès pour l humanité? Nous sommes décidemment inconscients et nous ne recoltons que ce que nous semons

le 11/11/2020 à 19:20
Signaler
votre commentaire manque de vision stratégique...on n' est plus dans le monde des bisounours...réveillez-vous avant de devenir les marionnettes des hackeurs étatiques us-russe -chinois....si ce n'est déjà fait via les appli tiktok, les jeux en ligne ...

à écrit le 11/11/2020 à 9:15
Signaler
C est un progrès pour l humanité? Nous sommes décidemment inconscibebtq

à écrit le 11/11/2020 à 8:49
Signaler
Problème : dernièrement il était question de vendre Cilas et/ou ses filiales, parce que pas assez rentable... le néolibéralisme à la Macron, ou la novlangue ultralibérale en marche : quand ils disent souveraineté, comprendre vente à un fond améric...

le 11/11/2020 à 10:11
Signaler
réaction stupide !!

le 12/11/2020 à 9:02
Signaler
Réponse à aubin: vous n êtes pas salarié de Photonis ou Latécoère ,deux entreprises du secteur aérospatiale rachetées par des d'intérêts US récemment ...pour réagir ainsi. Le risque évoqué par Panoramix existe et il faut être v vigilant à mon sens ...

le 12/11/2020 à 17:38
Signaler
Pourquoi je m'attendais a un commentaire aussi stupide ? . MBDA, le premier missilier européen, dont le siège est en France et dont l'actionnaire principal est Airbus s'intéresse a cette PME. Ce rapprochement est une excellente nouvelle pour la F...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.