CILAS (ArianeGroup, Areva) , une vente sous très, très haute surveillance

La vente de CILAS, une PME hautement stratégique pour les forces armées françaises, est sous contrôle de l’État. Le missilier MBDA fait partie des groupes intéressés par une telle acquisition mais il n'est pas le seul.
Michel Cabirol

3 mn

CILAS travaille sur le développement d'un laser depuis le sol ou d'un laser embarqué sur des capacités spatiales pour neutraliser les capacités ennemies si nécessaire.
CILAS travaille sur le développement d'un laser depuis le sol ou d'un laser embarqué sur des capacités spatiales pour neutraliser les capacités ennemies si nécessaire. (Crédits : Arianegroup)

Après Photonis, CNIM, Aubert & Duval, la vente de CILAS est le nouveau dossier hyper stratégique et sensible du ministère des Armées, selon des sources concordantes. Détenue par ArianeGroup (67%) et Areva (33%), cette société, spécialisée notamment dans les lasers et l'optronique (47 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018), fait l'objet d'une surveillance très rapprochée du ministère des Armées. "C'est une opération qu'on suit comme le lait sur le feu", explique-t-on à La Tribune. Contrairement à celle de Photonis, la cession de CILAS, dont le siège social est à Orléans, a été bien préparée en amont par le ministère des Armées dès les premières rumeurs de vente en 2019. Concrètement, elle est fléchée vers un groupe français. Selon des sources concordantes, le missilier MBDA s'est montré intéressé mais il n'est pas le seul à avoir exprimé un intérêt.

Des activités hautement stratégiques

Les activités de défense et sécurité de CILAS comprennent la désignation laser pour le guidage terrestre ou aéroterrestre de munitions de précision. Actuellement, cette PME produit la nouvelle génération de désignateurs (programme Taranis), qui vise à doter l'armée de Terre d'une nouvelle capacité de combat. Elle fournit également des télémètres pour conduites de tirs, des équipements de surveillance et de détection de snipers pour la protection d'infrastructures critiques, de grands événements ou de VIP ainsi que des équipements d'appontage d'hélicoptères pour plateformes navales.

Dans l'optique, CILAS réalise des miroirs déformables pour l'optique adaptative. Il fournit également pour le CEA des amplificateurs laser du Laser Mégajoule, qui permettent de porter l'énergie des faisceaux laser au niveau requis. Les produits CILAS équipent plus d'une trentaine de pays, notamment des forces spéciales.

CILAS, au coeur de la filière laser française et européenne

Au regard de ses compétences, CILAS est un réel atout de la France. "Le caractère éminemment stratégique de CILAS montera encore en puissance avec l'émergence des armes lasers, avait expliqué fin janvier à Orléans la ministre des Armées Florence Parly. A court terme, ces armes laser ont déjà un rôle à jouer dans le domaine de la lutte anti-drone". Dans le cadre d'un consortium emmené par CILAS, baptisé TALOS (Tactical Advanced Laser Optical System), cette PME a également pour objectif de développer une filière laser européenne dans le cadre d'un programme européen (Preparatory Action on Defence Research-PADR), en vue d'un futur programme de réalisation d'effecteur laser pour des applications de défense à l'horizon 2025. MBDA fait partie du consortium.

A moyen terme, le rôle des armes lasers sera étendu pour protéger davantage les militaires français sur les théâtres contre les menaces. Notamment en développant  des lasers de forte puissance, capables d'intercepter des missiles sur leur trajectoire. Enfin, CILAS est "amené à faire des lasers de puissance pour notre défense spatiale", explique-t-on à La Tribune. Cette PME travaille sur le développement d'un laser depuis le sol ou d'un laser embarqué sur des capacités spatiales pour neutraliser les capacités ennemies si nécessaire.

Michel Cabirol

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 05/10/2020 à 18:04
Signaler
Et pendant ce temps là, malgré tout les beaux discours macroniens, la grande braderie continue ... histoire d'être complètement soumis à nos nouveaux maîtres, les chinois.

à écrit le 05/10/2020 à 10:50
Signaler
Areva + Arianegroup constituent une majorité française MBDA est un missilier européen ou les actionnaires français n ont pas la majorité ,n est ce pas un risque de souveraineté pour la France où est ce une démarche de stratégie " européenne" chère...

le 05/10/2020 à 12:06
Signaler
Oui, la France n'est pas majoritaire sur MBDA, on peut donc penser que c'est une opération pour s'orienter vers un laser de combat européen. Mais alors, on va encore servir du foin aux fonds américains qui sont nombreux chez Léonardo et BAE.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.