Raids aériens contre Daech : "On leur a fait mal" (chef d'état-major des armées)

Cinq jours après les attaques terroristes simultanées à Paris, le chef d'état-major des armées a fait un point sur les frappes aériennes françaises. Elles ont "obtenu des résultats probants".
Michel Cabirol
Les six raids massifs de l'armée de l'air française, ont donné lieu à des frappes robustes - entre 15 et 20 bombes chaque soir - et ont obtenu des résultats probants, a estimé le chef d'éta-tmajor des armées, le général Pierre de Villiers
Les six raids "massifs" de l'armée de l'air française, ont donné lieu à des frappes robustes - entre 15 et 20 bombes chaque soir - et ont obtenu des résultats probants", a estimé le chef d'éta-tmajor des armées, le général Pierre de Villiers (Crédits : © Reuters TV / Reuters)

"On leur a fait mal".  Les six raids "massifs" de l'armée de l'air française, "dont les deux derniers hier soir (mardi 17 novembre, ndlr), ont donné lieu à des frappes robustes - entre 15 et 20 bombes chaque soir - et ont obtenu des résultats probants", a expliqué le chef d'état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, qui s'est exprimé le 18 novembre  devant les sénateurs de la commission des affaires étrangères et de la défense. Soit cinq jours après les attaques terroristes simultanées, qui ont endeuillé la France (130 morts).

"Je vous garantis que l'intensité de la frappe a eu des résultats sévères et certains" dans le cadre de l'opération Chammal, a assuré le CEMA.

Selon le général Pierre de Villiers, "notre aviation de combat a détruit, depuis la nuit du dimanche 15 novembre, six objectifs importants de Daech : pour l'essentiel des centres de commandement et des centres d'entraînement terroristes situés à Raqqah en Syrie". Pourquoi Raqqah? Parce que "des actions terroristes étaient planifiées et préparées à partir de chacun de ces centres", a assuré le chef d'état-major des armées. Il a également rappelé que l'envoi du porte-avions va procurer en Méditerranée orientale, puis dans le golfe arabo-persique, "une capacité supplémentaire de frappe et une plateforme de renseignement totalement interopérable avec nos alliés américains".

Comment sont identifiées les cibles?

La France a décidé d'intensifier les frappes aériennes sur Daech en Syrie, "non par vengeance mais par détermination", a fait observer le CEMA. Et de noter que la stratégie de l'armée de l'air "d'abord concentrée sur l'Irak, a été réorientée en septembre et s'étend désormais en Syrie". Pour identifier les cibles en Syrie, les vols de reconnaissance de l'aviation française ont permis d'avoir "une fine connaissance des cibles avant de frapper". Ces vols ont "d'abord permis trois frappes, aujourd'hui suivies de frappes massives et efficaces, sur la base des renseignements que les premiers vols nous ont permis d'acquérir puis de confirmer", a précisé le général Pierre de Villiers.

Pour autant, intensification des frappes aériennes ne signifie pas pour l'armée de l'air de faire n'importe quoi. "Nous conservons notre éthique militaire : nos frappes sont ciblées pour réduire au maximum les risques de dégâts collatéraux, a affirmé le CEMA. C'est d'abord une question d'éthique, mais aussi d'efficacité. Car le doute n'est pas tolérable en la matière". Dans ce cadre, "le bombardement intensif et par surprise d'un centre d'entraînement satisfait ces conditions".

Pas question d'une intervention au sol des Occidentaux

Le général Pierre de Villiers défend "ardemment la stratégie basée sur un bombardement aérien par la coalition, relayé par une action au sol menée par les troupes locales". Tout en admettant que "les bombardements ne suffisent pas à gagner une guerre", il se dit également "certain qu'une action au sol des troupes alliées occidentales serait une très mauvaise idée". Car selon lui, "Daech espère nous entraîner sur cette voie pour frapper les opinions publiques en tuant nos troupes au sol".

Pour le CEMA, la solution passe par l'aide et la formation "de forces modérées" en Irak et en Syrie "luttant contre les fanatiques". Mais, a-t-il averti, "on ne forme pas des soldats comme ça, surtout face à Daech", qui dispose de "gens complètement fanatisés, capables d'actes d'une barbarie inconcevable et qui cherchent à inspirer la peur". Et de rappeler qu' "il ne peut s'agir que d'une opération de longue haleine. Il faut presque 15 ans pour sortir de ce type de conflit. C'est une durée qu'il est difficile de rendre acceptable dans la société de l'instantané qui est la nôtre". Il ne voit donc "pas de solution militaire à court terme".

"Les frappes sont indispensables et efficientes, mais la solution, au final, ne peut être que diplomatique et politique. Et je me réjouis de l'évolution de la situation en Syrie qui voit l'émergence d'une opposition coalisée. La situation reste complexe. Quoi qu'il en soit, la situation est grave. Il faut trouver des solutions politiques et diplomatiques et donner à l'architecture de sécurité locale le temps de se mettre en place, un temps nécessairement long", a-t-il expliqué.

En Irak, l'action diplomatique et politique a permis de rassembler tous les acteurs autour de la table, selon le CEMA. "Ça se fait plus ou moins bien" car "un nombre croissant de milices sunnites se joignent aux chiites pour combattre aux côtés de l'armée irakienne. Mais ce n'est pas très facile".

La France est-elle en guerre?

Interrogé par le président de la commission, Jean-Pierre Raffarin, pour savoir si la France était en guerre ("Faut-il employer le mot guerre?"), voici la réponse du général Pierre de Villiers :

"Je réfléchis beaucoup à ces questions. La sémantique est importante. Nous avons en face de nous des gens qui s'identifient comme des adversaires, comme nos ennemis. En ce sens, nous pouvons parler de « guerre ». Toutefois, nous demandons aux Français de faire comme s'il n'y avait pas de guerre pour ne pas céder à la panique, pour résister. Il me semble juste de dire que nos adversaires - l'islamisme radical - pratiquent des actes de guerre et que nous, nous sommes dans une lutte contre des terroristes. Toutefois, dans mon quotidien de militaire, dans le cadre de nos opérations extérieures, nous sommes en guerre. On parle de Daech, mais nous affrontons d'autres groupes de fanatiques islamistes pratiquant des actes de guerre et des actes terroristes : Mujao, Ansar Dine, Al-Morabitoune, le front de libération du Macina..."

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 10/12/2015 à 18:17
Signaler
Des centres de commandement bombardé la nuit,sont' ils assez bêtes pour dormir la bas certainement pas,alors pourquoi gaspiller des bombes? Par contre une raffinerie ,un puits de pétrole,une centrale électrique c'est facile, le résultat est vérifia...

à écrit le 02/12/2015 à 15:33
Signaler
faire mal ! tuer serait mieux .

à écrit le 28/11/2015 à 3:35
Signaler
La convoitise de l'Or Noir (pétrole) a permis tous les crimes, que de morts ! que de pollutions (mers et océans) que d'intérêts économiques pour les états, que d'appêtits et de désirs effrénés en sont les conséquences "business is business", obser...

à écrit le 26/11/2015 à 21:43
Signaler
Daech en va gagné sur un canapé ?

à écrit le 26/11/2015 à 20:28
Signaler
espérons qu'au delà des résultats probant sur le terrain ces frappes neutralisent un maximun de fanatiques succeptibles de revenir sur notre territoire ; c'est là ou le renseignement prend toute sa dimension

à écrit le 26/11/2015 à 16:58
Signaler
oh la la fais moi mal et couvre moi de baisers en sachant qu'une bombe à guidage laser vaut àu bas mot 300.000 euros. Faites le compte! Et tout cà pour les larguer sur des fermes au désert. Bravo pour le retour sur l'investissement. Clap clap

à écrit le 26/11/2015 à 13:29
Signaler
I je crois que pour avoir des bonnes résultats contre (DICH.ISIS) il faut contrôler leurs contacts avec ces familles et leur amies en Europe et leur pays d'origine. t

à écrit le 26/11/2015 à 12:05
Signaler
Le militaire dans cet article nous dit qu'il va falloir 15 ans pour éradiquer Daech et qu'il faudra de toute façon disposer des troupes au sol. Il prétend que nos frappes ont fait mal au terroriste. Un peu contradictoire ce propos. Hollande va t-il ...

à écrit le 26/11/2015 à 11:23
Signaler
Quand les puits de pétrole et les citernes ?

à écrit le 26/11/2015 à 11:15
Signaler
Ce que les américains n'ont pas voulu faire, sera fait!

à écrit le 26/11/2015 à 11:14
Signaler
Cette sur enchère dans la communication va nous mener jusqu'où. Pourquoi en est-on arrivé à tout médiatiser, alors que l'on devrait agir dans la discrétion !

à écrit le 26/11/2015 à 10:59
Signaler
Ca fait cher le djihadiste à 9000/10000 EUR l'heure de Rafale 95 000/125000 EUR le missile , surtout que l'ennemi potentiel est ici ...!

à écrit le 26/11/2015 à 9:50
Signaler
Bien et maintenant, ne reste plus qu'à appuyer là où ça leur fait mal sur le terrain et couper le pipeline à pognon Plus simple sur notre territoire, fermer les mosquées radicales, arrêter les imams radicaux, renvoyer dans leur pays les imams ne parl...

à écrit le 26/11/2015 à 9:32
Signaler
Ça fait 35 ans que c'est le bazar en Afghanistan, 30 ans en Irak et qu'on nous dit on va gagner soyez patients... Maintenant y a la Syrie, le Mali la Centre Afrique, la Côte d'ivoire, la Lybie... y en aura d'autres prochainement ?

à écrit le 26/11/2015 à 9:30
Signaler
Leur avoir "fait mal"..... !!! Daech est un cancer... la tumeur fait des métastases. Il faudra tenir compte de cela à l'avenir proche. Actuellement, nous pouvons constater que ces islamises fous sont déjà dispersés sur la planète. Il y a 20 ans, ...

à écrit le 26/11/2015 à 9:16
Signaler
Messieurs les journalistes, merci de nous rappeler quel président n’a pas voulu vendre deux frégates Mistral à la Russie, et ne pas respecter en cela un contrat commercial. Et aujourd’hui le 1er ministre souhaite la levée des sanctions contre le m...

à écrit le 26/11/2015 à 9:12
Signaler
c'est un peu comme demander au poissonnier si son poisson est frais.....

à écrit le 26/11/2015 à 9:11
Signaler
"On leur a fait mal" dit ce général. Pensez donc, avec 15 ou 20 bombes il dit avoir tué 130 personnes, c'est à dire autant que que les 3 terroristes du Bataclan avec leurs Kalachs. Bravo l'armée Française, avec ça on y est au moins pour 50 ans et au ...

à écrit le 26/11/2015 à 8:18
Signaler
Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Parce que des élections approchent ?

à écrit le 26/11/2015 à 7:34
Signaler
Si le chef de l'état major dit "On leur a fait mal" cela veut dire: On a besoin de renfort. Il faut juste se rappeler que les américains les bombardent depuis deux ans bientôt avec beaucoup plus d'avion, et le EI est toujours là. Les français ont ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.