Le prix de la guerre, le prix du sang et les petits boutiquiers de l'Europe

 |   |  499  mots
(Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Analyse. Face au terrorisme et ses conséquences, que valent les critères de Maastricht ? La guerre a un prix, le sang n'en a pas...

Comment la France peut-elle faire la guerre contre des terroristes aussi déterminés avec un boulet financier tel que les critères de Maastricht qui la contraignent sur le plan budgétaire et l'empêchent d'assurer pleinement la sécurité des Français ainsi que sa pleine souveraineté? Alors que certains grands pays européens se sont un à un défilés pour éviter d'accompagner la France sur les théâtres d'opérations comme au Mali pour lutter contre le terrorisme international de Daech, comment l'Europe peut-elle continuer à donner des leçons à la France sur le respect des critères de Maastricht après les sanglantes attaques terroristes de Paris qui ont fait près de 130 morts?

Ce débat, les Français y ont droit. Car ils viennent de payer très chèrement le prix du sang, la France ayant choisi de faire la guerre au terrorisme international au Mali, en Irak et en Syrie notamment. Contrairement à d'autres pays. Mais la guerre a un prix. Pour 2015, le surcoût des opérations extérieures (OPEX) devrait s'élever à 1,2 milliard d'euros et celui des opérations intérieures (OPINT) à 180 millions. Mais ça, c'était avant les attaques du vendredi 13 novembre.

Trois solutions : soit les pays européens acceptent de partager le prix de cette guerre avec la France, soit on retire certaines dépenses de défense du périmètre maastrichtien, soit, encore plus simple, les critères de Maastricht sont au moins gelés, sinon abolis, pour faire face à l'état d'urgence face à Daech.

Un budget de la défense étranglé

Le budget de la défense reste contraint en dépit d'un nouvel effort budgétaire au printemps dernier. Et selon le délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon, il ne reste plus grand-chose dans les caisses du programme 146 (budget d'équipement militaire). Au soir du 6 octobre, "nous avions 217 millions d'euros de crédits de paiement : nous envisageons de mettre de côté 200 millions d'euros pour payer notamment les PME ; il reste donc 17 millions utilisables pour les autres dépenses ordinaires", a-t-il précisé le 7 octobre aux députés de la commission de défense. Pour le dire crûment, que dalle...

Et pourtant, tous les responsables militaires ont très tôt - et ce, bien avant les attentats de janvier - averti que la guerre contre Daech serait longue et dure... Donc coûteuse. En novembre 2014 déjà, le chef de l'état-major de l'armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser, affirmait que "l'adversaire n'est plus seulement aux portes de l'Europe, il en a franchi le seuil". Mais, face à cette urgence maximale, certains grands pays ont continué à se voiler la face, jouant encore et toujours les gardes-chiourmes des critères de Maastricht.  Vendredi 13 novembre, la France en a payé le prix, le prix du sang. Jusqu'à quand le Traité de Maastricht prévaudra-t-il sur la sécurité des Français et des Européens?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2015 à 13:14 :
Désolé, mais je n'ai toujours pas compris ce qu'on est allé foutre la bas...
d'autant que ce sont nos "alliés" quataris et saoudiens qui finance en partie ces énergumènes. D'ailleurs pourquoi ne pas demander aux quataris et aux saoudiens de recevoir les migrants syriens. il y a une communauté de langue et de culture. De plus il y a peine 100km de territoire Jordanien à traverser pour rejoindre la frontière saoudienne. Nous n'avons rien à voir avec ces querelles tribales. Qu'ils se mettent d'accord entre eux.
Ceci étant il n'y a rien de mieux qu'une bonne vielle guerre pour faire taire tout le monde et rassembler tout le monde derrière le chef ;)
a écrit le 17/11/2015 à 18:18 :
Évidemment que le dogme imbécile des 3% ne doit pas nous empêcher de nous protéger, et si l'UE en fait une affaire de principe, l'Article 50 nous permet de leur claquer la porte au nez...
Maintenant, si notre diplomatie de caniche atlantiste n'avait pas laissé s'installer le bordel en Syrie pour déstabiliser Bachar et faire plaisir aux US, on aurait sans doute 130 morts de moins... Il suffisait de tuer le mal dans l'oeuf dès le début au lieu de souffler sur les braises.. A ce jeu la on se prend souvent un retour de flammes dans la gueule...
a écrit le 16/11/2015 à 22:45 :
D'accord mille fois sur le fond et sur la frilosité, pour ne pas dire la cécité des autres pays européens, mais sur les budgets pas d'accord : PIB 2016 France : 2230 milliards, Dépenses de l'état : 374,8 milliards, défense : 31,73 milliards, opération extérieure : 1,2 milliard......
Ce n'est pas dépasser les critères de Maastricht qui est scandaleux, c'est l'incapacité totale de l'état à réformer structurellement ses dépenses y compris les choix de défense.
a écrit le 16/11/2015 à 15:22 :
L auteur est il serieux ???

Si les autres pays europeens financent l armee francaise, ils auront aussi leur mot a dire sur son emploi. Quant on voit que LU n est pas capable de se mettre d accord sur la taille des concombres, bonjour pour decider de l envoi de troupes faire la guerre !

Quand aux contraintes budgetaires, il suffit de reduire la gabegie en france pour retrouver du mou. Plus de senat, supression du mille feuille administratif, suppression des departements, remise a plat de l organisation de l etat (a t on encore besoin d autant de chaine de TV, pourquoi Mme Saal est elle toujours au ministere de la culture ...). Pourquoi continuer a subventionner la bulle immobiliere (PTZ, APL , Pinel) ? A quoi servent tous ces plantons pour cause de vigie pirate ? les militaires n ont meme pas de munitions dans leurs famas !!!

De toute facon, la lutte contre le terrorisme ne se fait pas avec des blindes et des Rafale. donc s il y a un budget a augmenter, c est pas forcement celui ci
a écrit le 15/11/2015 à 9:51 :
Bon, très bien , la France a besoin d'accroître, par rapport à ses partenaires européens, disons de 2 points de PIB son effort de défense et de sécurité intérieure. Autorisons lui donc un déficit au sens de Maastricht de 2% du PIB. On dépense encore donc 2 points de PIB de trop. A ce propos, que coûtent les prestations sociales de tous genres (RSA, CMU, allocs, APL,...) versées à des familles de salafistes dont le nombre est estimé a minima à 12-15000 en France ?
Réponse de le 15/11/2015 à 13:58 :
Environ 40.000 salafistes en France. Environ 140 mosquées classées salafistes et 50 sur le point de tomber dans leurs mains.

Le problème n'est pas pris dans sa dimension par nos politiciens clientélistes qui ont financé localement des associations communautaristes pour acheter la paix sociale depuis 25 ans.
a écrit le 14/11/2015 à 20:49 :
Depuis l'ère Mitterand l'état Français a délibérément entraîné sur son sol des futurs éléments des frères musulmans dans le but de déstabiliser les états nationaux arabes, conjointement avec les États Unis, Israel, l'Arabie saoudite.
Les terroristes blessés de l'EI sont soignés dans des hôpitaux israéliens et turques, les bases de commandement de l'EI sont en Jordanie et en Turquie.
Des dizaines d'officiers américains ont été arrêté à la frontière avec l'Irak et devant entraîner les soirs disants rebelles syriens, ainsi que des légionnaires français.
Dans les grandes villes de Syrie l'armée régulière découvre de plus en plus des souterrains climatisés parfaitement éclairés, pouvant laissez passer un char, avec des salles d'entraînement, stock de munition, poste de commandements,...
Qui peut bien financer tout cela ? Le soit disant peuple Syrien qui se soulève devant un dictateur ? Ben voyons
Monsieur Hollande votre politique machiavélique se retourne contre le peuple Français. Vous devrez en répondre devant le peuple
Réponse de le 16/11/2015 à 22:01 :
T es sur de tes sources ?
Des couloirs climatisés qui laissent passer des chars !!!
Et pour les gaz d échappement de ceux ci ... Je suppose qu' ils sont nucléaire !!!
Avec des pistes d atterrissage pour soucoupes volantes chinoises et des restaurants russes avec des danseuses coréennes du nord ...

J adore la conspiration LoL
a écrit le 14/11/2015 à 16:58 :
l'Europe est une farce. nous sommes entourés de boulets. entre les PIIGS, les teutons et leur stratégie non coopérative, les paradis fiscaux, tous les pays en sévère déclin démo (qui vont devoir importer des moyen-orientaux en masse ?) ...
faut pas oublier le boulet anglo-saxon : invasion de l'Irak, subprimes...
Réponse de le 14/11/2015 à 17:51 :
Bon avais merci à vous
a écrit le 14/11/2015 à 16:13 :
Inévitable la querelle des petits boutiquiers de l'Europe, écrite dans le textes. Délivrée des ruines et morts de la seconde guerre mondiale, la Vieille Europe s'est retrouvée vassale irrémédiable du Vainqueur hégémonique, adversaire hostile de l'autre vainqueur russe ftalement subi à Yalta. Ce suzerain a organisé et dirigé l'organisme de défense militaire l'OTAN et à côté l'organisme de défense économique l'U.E, un peu plus décentralisée. Maastricht n'y fut que le texte régissant la gestion du foirail organisé puis étendu de maquignons invétérés. Une partie du foirail regardait vers l'est quand une autre visait vers le sud méditerranéen, territoire des cigales. Ainsi soumise dans sa vassalité, la Vieille Europe s'est enlisée dans les remugles des suites de la seconde guerre mondiale, avec son affaiblissement criant, bien que non admis des pays du foirail auparavant dominateurs mais devenus supplétifs du nouveau suzerain hégémonique gagneur de la guerre. Depuis, le coût en sang et en argent des résurgences ennemies, varie dans le temps et dans l'espace, dont au Moyen-Orient ravagé qui maintenant exporte ses ravages dans cette Europe vassale d'un Occident anglo-saxon. Alors, le prix énorme, diffus et confus fait peur ; comment faire et quoi ?
a écrit le 14/11/2015 à 15:22 :
L'ennemi n'a pas franchi les frontières, il a toujours été là. Les politiques n'ont pas voulu le voir parce qu'il y a toujours une élection "l'année prochaine" et qu'il ne faut pas froisser son électorat.
Ces politiques et leur "électorat" ont du sang plein les mains.
a écrit le 14/11/2015 à 14:20 :
Toutes les commandes de la Défense, sont ré-étalées, et reportées sur 8 ans minimum.
Et livrées, tous les équipements sont immobilisés faute de budget ( un unique exemple : la liste serait trop longue : La flotte d'Hélicoptères Tigre est immobilisée à 80% faute de budget ) L'Unique Porte-avions à Propulsion autonome ( nucléaire ) a vu sa livraison différée de 12 ans, par rapport à la commande initiale : chantier interrompu ( rabotage du budget de la défense ) il est souvent immobilisé pour entretien normal, grande révision normale pour tout P.A, durant 18 mois : pendant ce temps là les crises chez nos ennemis, s'apaisent pour attendre que l'unique P.A français soit disponible. Chirac, Sarkozy et Royal durant leur débat de deuxième tour, étaient d'accord et sur la meme ligne que les Etats-Major. Un porte-Avions compte tenu des longues révisions périodiques, çà marche par deux. Sarkozy élu, qui a diminué les effectifs des armées de 80000 militaires a de suite oublié son engagement. Jospin-Aubry durant les cinq années de son gouvernement, se fachaient lorsqu'on leur demandait un deuxième P.A avec son groupe aéronaval. Aubry intervenait constamment auprès de Jospin, qui comme elle Anti-Défense Nationale ( ancien Trotskiste ) lui accordait tout, pour lui demander toujours plus de Budget pour son grand Ministère Social. Pire, ils ont bradé le P.A Foch, au Brésil ( désormais au nom de Sao Paulo ) l'ont remis à neuf à la D.C.N.S de Brest pour seulement 400 millions d'Euros : pourquoi ne l'avoir pas remis à neuf pour La France : il était compatible avec les Super Etendard et Mirage. Il aurait été bien utile pendant la grande révision de 18 mois, du Charles de Gaulle, actuellement en Méditerranée, comme base de départ pour le avions en direction de l'espace aérien Irakien et Syrien. Le P.A est un outil, et une base moderne et surtout mobile, pour toutes les menaces éparpillées. Il en faudrait trois pour La France, pour une permanence minimum de deux en mer, lorsque l'un est en grande révision de 18 mois. Et ne parlons pas de P.A Européen : combien de mois ou d'années faudrait-il pour les 28 toujours plus divisés et divergents, pour se mettre d'accord sur sa projection. Une force d'intervention Européenne de 500 hommes, s'entraine depuis plusieurs années, et n'est jamais intervenue nulle part : faute d'accord des 28. Deux sur 28 ont une diplomatie et une armée : France et Royaume Uni ( et rien qu'à deux ils sont en désaccord sur la mutualisation de leur équipements ) l'Allemagne, n'en parlons pas : pas de diplomatie : focalisée sur l'euromark fort, et sur son commerce international. Elle annule systématiquement, toutes les commandes d'équipements militaires, ou les réduit des deux tiers. L'Europe n'avancera plus. Elle a avancé de de Gaulle-Adenauer jusqu'à Mitterand_Khol. Depuis à 28 !!!!!! addition introuvable d'intérêts divergents et égoistes, qui expédient les affaires courantes, et se réunissent pour la forme : sans aucune avancée ( à 28 c'est impossible ) Bèrou se fout du monde, quand il dit Europe Europe europe, et défense européenne : il ment par electoralisme et le sait.
a écrit le 14/11/2015 à 14:08 :
L'Armée ne sert strictement a rien contre le terrorisme sur le territoire français.C'est le travail des services d'information et des services secrets:c'est une bataille de l'ombre.Le loup il faut le combattre avec ses propres moyens.
Réponse de le 14/11/2015 à 15:36 :
Les services secrets et de renseignement sont démunis, et négligés.
Ils existent quasiment plus : les U.S.A informent autant qu'ils le peuvent les français demandeurs ou non, mais sont limités, sur un certain nombre d'aspects, qui relèvent de la France seule.
Réponse de le 14/11/2015 à 17:04 :
@Raymond:en 2014 le gouvernement a créé et financé correctement (aux dires des policiers mêmes) la DGSI.Mais il faut du temps pour que la DGSI donne son maximum d'efficacité.(toujours selon les intéressés)
Réponse de le 14/11/2015 à 17:14 :
C'est l'ensemble des dépenses de sécurité (Armée, Police, Renseignements) qui doivent être augmenté. Nous sommes en guerre! Nous visons dans un monde hostile et l'Europe désarme.
Réponse de le 15/11/2015 à 11:55 :
Les services secrets il y en a aussi dans l'armée !
a écrit le 14/11/2015 à 12:34 :
Budget de la Défense Nationale diminué de moitié depuis Mai 81, de 3% du P.I.B à 1.5% par tous les Présidents. Pas d'enjeu politique, personne ne sera battu ou élu, sur la Défense Nationale, et interdiction aux militaires de s'exprimer : "la grande muette ". Armée en ruine : pas de budget de maintenance et entretien, suppression de l'entrainement et formation et maintien à niveau, 11000 militaires en projection, épuisés ( faute de ressources humaines, pour leur relève, respiration, et remise à niveau ) 60 à 80% des équipements immobilisés faute de budget, équipement du soldat au sol obsolète et dangereux pour sa sécurité ( équipement ultra-adapté et sophistiqué, le meilleur du Monde avec U.S.A non livré ) disponible, mais livraison reportée de 2014 à 2023 faute de budget. Des militaires fatigués et dans l'ennui à etre réduits, à faire les 1000 pas incessants, pour faire illusion de sécurité : c'est ce qui coute le moins, et porte le plus politiquement.
Réponse de le 14/11/2015 à 15:30 :
le retour à 3% du P.I.B pour la Défense Nationale ( c'était 4.5% au deuxième Septennat du Président Charles De Gaulle ) est d'autant plus facile que La france est 15 points de P.I.B plus élevée en Dépenses-Gaspill, que l'Allemagne. La france est le consternant n° 1 mondial, de la Dépense-Gaspill Publique du monde entier, faute d'aucunes réformes accomplies par tous les autres (l'Allemagne les a accomplies depuis plus de15 ans : prédécesseur d'Angela Merkel) donc toutes les marges existent, en réduction des dépenses publiques : 57% de la richesse produite par tous les citoyens, est dilapidée sans respect pour eux, en Dépenses-Gaspill 15 points de P.I.B Minimum de trop.
a écrit le 14/11/2015 à 12:16 :
Un peu facile de mettre en cause les critères de Maastricht, la discipline européenne devrait plutôt commander de ne pas entreprendre seul des guerres (qui nous dépassent), de cesser d'entretenir une armée française (et une diplomatie associée) pour intégrer une défense et une diplomatie européennes
La France veut aujourd'hui encore se faire plus grosse que le boeuf, elle a en fait une puissance de feu surdimensionnée par rapport à sa vraie puissance (économique et démographique). Un pays surendendetté et incapable de faire le ménage économique et social chez lui ne devrait plus se lancer seul dans des aventures militaires en Afrique ou en Orient.
Réponse de le 14/11/2015 à 13:56 :
Votre commentaire est minable. Que penseriez-vous si un de vos proches ou vous-même étiez concerné dans sa chair ?
Vous me faites vraiment pitié ; et heureusement que tous mes concitoyens ne sont pas comme vous.
Réponse de le 14/11/2015 à 19:30 :
Cher Monsieur, la France est une grande nation, avec de grands pouvoirs (siège permanent au Conseil de Surveillance de l'ONU), il lui faut une grande armée !
Marre du French-basching...
Relevons nous !!!
Réponse de le 14/11/2015 à 20:59 :
L'armée Européenne est une utopie, car tous les états n'ont les mêmes intérêts stratégiques. Il existe une brigade franco allemande de 10.000 hommes. L'avez vous déjà entendu bouger ?
La seule Europe possible est l'Europe des nations souveraines, qui coopèrent dans différents domaines avec des intérêt communs. L'histoire est faite comme cela et rien ne sert de courir après des utopies.
Entre parenthèse, les première et deuxième guerres mondiales n'ont pas été des guerres entre nations, mais des guerres entre des empires dont les empires coloniaux français, anglais, allemand qui arrivait à maturité, empire russe et empire austro hongroie pour la première.
Dans toute l'histoire, ce sont les empires qui été les bases des conflits, et nous y sommes avec l'empire européen qui fait la guerre dans les Balkans, en Libye, en Afghanistan, qui détruit la souveraineté de l'Ukraine et veut pousser la Russie a l'affrontement.
Réponse de le 20/11/2015 à 13:54 :
Ben ouai, voila une question qu'elle est bonne. Pour quand une armée européenne ? y aurait-il quelque part des intérêts industrielles ou politiques divergeants ...
Bon d'accord, pour le mali je comprends : nous défendons nos approvisionnement en uranium mauritanien. La, du coup pour la syrie je vois moins bien ce qu'on est allé foutre la bas... Rassuré moi, le syrie n'est bien plus un protectorat francais ?
Réponse de le 27/11/2015 à 13:20 :
Que diantre, il faut une grande guerre à un aussi grand pays.
D'ailleurs il parait que la vente des drapeaux francais a explosée et que les bureaux de recrutement des armées sont débordés. ;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :