Vega, retour en vol programmé début 2020 après son échec en juillet

 |   |  453  mots
Echec de Vega : l'anomalie est intervenue après 130 secondes et 850 millisecondes (ms) de vol quand un événement soudain et violent s'est produit au niveau du moteur Z23, Il a entraîné la rupture du lanceur en deux parties principales.
Echec de Vega : l'anomalie est intervenue après 130 secondes et 850 millisecondes (ms) de vol quand un événement soudain et violent s'est produit au niveau du moteur Z23, Il a entraîné la rupture du lanceur en deux parties principales. (Crédits : Arianespace)
Un plan d’action doit permettre le retour en vol de Vega au cours du premier trimestre 2020.

On en sait un peu plus sur l'échec du vol VV15 du lanceur italien Vega, qui est passé à plusieurs reprises proche d'un échec dans le passé, selon nos informations. Selon un communiqué publié jeudi par Arianespace, la Commission d'enquête indépendante a identifié une défaillance thermo-structurale dans le dôme avant du moteur Zefiro 23 (Z23) comme étant "la cause la plus probable de l'anomalie". Le communiqué n'explique pas en revanche pourquoi il y a eu cette défaillance thermo-structurale. D'autres causes possibles, comme un déclenchement intempestif de la chaîne de neutralisation du Z23, ont été jugées improbables. Enfin, après des investigations spécifiques, la Commission n'a trouvé aucune indication d'un acte de malveillance.

Sur la base de ces observations et ces analyses, la Commission a proposé un plan de vérification exhaustif de ses constats et analyses et un ensemble d'actions correctives portant sur l'ensemble des sous-systèmes, des processus et des équipements concernés. Dans ce cadre, ce plan d'action doit permettre "un retour en vol de Vega dans toutes les conditions de fiabilité requises au cours du premier trimestre 2020", selon le communiqué.

"Le travail sur l'identification des causes de l'anomalie et la précision des actions à mettre en oeuvre d'ici la fin de l'année tracent la voie à un retour en vol dans toutes les conditions de fiabilité requises au cours du premier trimestre 2020, a souligné le président exécutif d'Arianespace, Stéphane Israël. Avec notre partenaire industriel Avio, nous allons tout mettre en œuvre pour renouer avec la série des 14 succès à l'actif de notre lanceur léger".

Rupture du lanceur en deux parties

L'anomalie est intervenue après 130 secondes et 850 millisecondes (ms) de vol quand un événement soudain et violent s'est produit au niveau du moteur Z23, Il a entraîné la rupture du lanceur en deux parties principales : le moteur Z23 et un ensemble composé de la coiffe, du satellite, de l'adaptateur de vol, de l'étage supérieur AVUM, et de l'étage Zefiro 9 (Z9).

A 135 secondes, la trajectoire de l'ensemble supérieur commence à dévier par rapport à la trajectoire nominale. A 213 secondes et 660 ms, conformément aux procédures de sécurité en vigueur au Centre spatial guyanais, un ordre de neutralisation est émis par les responsables de la sauvegarde du vol, dont l'exécution est confirmée par l'analyse des données de télémesure. A 314 secondes 25ms, les données de télémesure et les signaux du lanceur ne sont plus reçus par les stations télémesure et radar au sol. La mission a pris fin prématurément sans causer aucun dommage, ni aux biens, ni aux personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2019 à 14:30 :
"qui est passé à plusieurs reprises proche d'un échec dans le passé, selon nos informations"
N'ayant jamais entendu une telle information, pouvez-vous détailler ?
a écrit le 05/09/2019 à 18:56 :
"une défaillance thermo-structurale dans le dôme avant du moteur Zefiro 23 (Z23) "
En clair cela signifie que la partie avant du propulseur a lâché, ce qui est assez rare sinon exceptionnel, en général c'est plutôt la tuyère qui cède. Cela peut venir de beaucoup de causes, mais on peut mettre légèrement en doute le contrôle qualité du fabricant.
a écrit le 05/09/2019 à 18:25 :
"après 130 secondes et 850 millisecondes (ms) de vol " voire plus court, 130,85 secondes.
Il faut trouver la cause, le(s) défaut(s), pour corriger et ne plus revoir le problème. Sinon c'est un échec stérile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :