Coca-Cola reprend la main sur sa distribution en Amérique du Nord

Le géant des boissons va racheter les activités en Amérique du Nord de son principal embouteilleur, Coca-Cola Enterprises. La transaction est évaluée à 15 milliards de dollars.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

A l'image de son concurrent PepsiCo, Coca-Cola va reprendre le contrôle de la distribution de ses produits. Le producteur américain de boissons sans alcool a annoncé ce jeudi le rachat des activités en Amérique du nord de son principal embouteilleur, Coca -Cola Enterprises (CCE).

La transaction se fera par échange d'actions. "Le rachat des actifs et passifs des activités nord-américaines de CCE prend en considération la participation actuelle de 34% de Coca-Cola dans CCE, évaluée à 3,4 milliard (...)", précise Coca -Cola dans le communiqué. Il prend également en considération "les 8,88 milliards de dollars de dette de CCE", ce qui valorise la transaction à un peu plus de 15 milliards de dollars.

Dans un accord parallèle, Coca-Cola s'est engagé à vendre à CCE ses activités d'embouteillage en Europe (Norvège, Suède et Allemagne) pour quelque 800 millions de dollars. CCE obtient également le droit de racheter la part de 83% de Coca-Cola dans les opérations d'embouteillage en Allemagne.

Le rachat des activités nord-américaine de son embouteilleur va permettre à Coca-Cola de reprendre le contrôle sur environ 75% des volumes de bouteilles de boissons produites par Coca-Cola livrées aux Etats-Unis et près de 100% des bouteilles livrées au Canada. Coca-Cola contrôlera ainsi 90% des volumes totaux en Amérique du Nord.

Cette opération, à l'instar du rachat par PepsiCo en cours de ses deux principaux embouteilleurs, constitue un tournant stratégique de taille. Pendant des décennies, les deux groupes se sont dotés de grands embouteilleurs indépendants, une stratégie très efficace dans les décennies 80 et 90, où les producteurs ont connu une forte croissance de leurs volumes. Mais depuis, les intérêts des embouteilleurs et des producteurs ont commencé à diverger quand Coca-Cola et PepsiCo se sont orientés vers des produits de niches non-gazeux.

De ce rachat, Coca-Cola espère des économies de taille, évaluées à 350 millions de dollars sur quatre ans. Le groupe s'attend à ce que l'opération soit relutive dès 2012. Une nouvelle entité, qui gardera le nom de Coca-Cola Enterprises, sera créée après la scission avec les activités européennes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.