La participation de Nestlé dans L'Oréal à nouveau remise en question

 |   |  315  mots
A l'approche de l'échéance du 29 avril, les bruits s'amplifient sur l'avenir de la participation de Nestlé dans L'Oréal.
A l'approche de l'échéance du 29 avril, les bruits s'amplifient sur l'avenir de la participation de Nestlé dans L'Oréal. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'actionnaire suisse du groupe français depuis 1974 réfléchirait à une réduction de sa participation dans le groupe de cosmétique français, selon Bloomberg.

Que va faire Nestlé des quelque 22 milliards d'euros de participation qu'il détient dans L'Oréal? Le groupe suisse pourrait en céder une partie, selon l'agence Bloomberg qui évoque sans les nommer des sources proches du dossier. Les deux parties auraient discuté de la questions avec leurs banques. 

Le 29 avril, le droit de préemption qui lie Nestlé à la famille Bettencourt (30,5% du capital de L'Oréal) arrive à échéance. Le groupe agroalimentaire a déjà fait savoir qu'il ne le prolongerait pas. Pour autant un retrait, même partiel, du capital de l'empire des cosmétiques créé par le père de Liliane Bettencourt n'est pas certain. 

"Un excellent actionnaire"

"La balle est dans le camp de Nestlé, qui a été un excellent actionnaire de L'Oréal pendant 40 ans", déclarait à cet égard Jean-Paul Agon, le PDG du groupe français dans une interview à La Tribune en décembre

Les conditions d'un accord d'actionnaires

Plusieurs options sont ouvertes. Nestlé pourrait ainsi soit réduire sa participation pour récupérer des liquidités et investir dans de nouvelles activités, soit décider d'un maintien tel quel de sa participation. Ou bien lancer une offre hostile pour contrôler le groupe cosmétique. Mais il faudrait alors une révision de l'accord entre actionnaires qui prévoit d'empêcher toute prise de contrôle de L'Oréal dans un délai de six mois après le décès de l'héritière du groupe. 

Nestlé et les cosmétiques

Pour mémoire, au début des années 2000, Peter Brabeck-Letmathe, le patron de Nestlé avait clairement indiqué son intention de s'impliquer davantage dans les cosmétiques, une option finalement délaissée au profit d'investissement dans la nutrition et la santé. Nestlé en dévoilera peut-être un peu plus le 13 février, lors de la publication de ses résultats financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2014 à 17:19 :
Il me semblait que la holding des Bettencourt détenait elle aussi une part non-négligeable de Nestlé ce qui d'un côté les protégeait... Qu'en est-il?
a écrit le 10/02/2014 à 12:59 :
A supposer que L'Oréal puisse racheter la participation de Nestlé dans son capital pour ensuite annuler ces actions et rendre de la valeur à ses actionnaires.
1) C'est un coup à 20 Millliards d'Euros ! Avec cette somme on peut acheter beaucoup de concurrents dans les cosmétiques ....
2) La participation de la famille Bettencourt dans l'Oréal passera de grosso modo 29,5% à 43%, mécaniquement du fait de l'annulation des actions .. Mais alors quid de la réglementation boursière, car quand on franchit le seuil des 33% d'une entreprise, on doit lancer une OPA ....
3) La famille Bettencourt, mécaniquement portée à 43% dans l'Oréal, revend 10 % de sa participation sur le marché, afin de rester sous les 33%, soit entre 10 et 15 milliards d'euros qui leur reviennent !
4) Que sont devenus les 8% du capital de Nestlé acquit par les Bettencourt en 1974 ?

3)
Réponse de le 10/02/2014 à 17:14 :
precision
4) je crois que c'est 3%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :