Un parfum contre un tweet, le marketing "participatif" version Marc Jacobs

 |   |  416  mots
Le créateur Marc Jacobs, qui a quitté son poste de directeur artistique chez Louis Vuitton en 2013, utilise de nouvelles recettes marketing pour faire la promotion de ses parfums (produits par Coty).
Le créateur Marc Jacobs, qui a quitté son poste de directeur artistique chez Louis Vuitton en 2013, utilise de nouvelles recettes marketing pour faire la promotion de ses parfums (produits par Coty). (Crédits : Reuters)
Du 15 au 17 août une boutique londonienne du créateur, dédiée à la beauté, offrira des produits en échange de tweets.

Twitter c'est payer. Du 15 au 17 août, et dès ce jeudi pour celles et ceux qui ont été invités à la soirée inaugurale, les client(e)s de la nouvelle boutique "Daisy Marc Jacob Tweet shop" située à Covent Garden, à Londres pourront repartir avec des produits acquis en échange d'une monnaie "sociale": des tweets.

Un sac pour les "meilleures" photos

L'auteur(e) de la meilleure photo publiée chaque jour sur un compte dédié se verra même offrir un sac à main. À titre indicatif, les sacs griffés Marc Jacobs sont commercialisés entre 360 et 9200 euros pour la marque haut-de-gamme et entre 60 et 550 pour la ligne Marc by Marc Jacobs.

Cette astuce marketing, qui revient donc à proposer une offre promotionnelle en échange d'une... promotion sur les réseaux sociaux, Marc Jacobs l'a déjà testée à New York pour faire la promotion du parfum Daisy. Coty, le fabricant de parfums partenaire de la griffe se vantait d'ailleurs en mai dans un communiqué d'avoir obtenu pour cette initiative le prix Clio Image récompensant la créativité dans la publicité et le marketing dans la mode et les cosmétiques.

Récompenser le bouche à oreille

L'idée pourtant n'est pas tout à fait neuve. Il existe même des sites spécialisés qui fonctionnent sur ce principe. C'est le cas par exemple de "paywithatweet", littéralement "payez avec un tweet" qui assure pouvoir rendre "viral" un produit, ou du contenu en ligne.

Pour cela, la société inscrite à Hambourg en Allemagne propose contre une commission variant en fonction du service offert, d'ajouter un bouton sur une page web qui incite à poster un message sur le site de micro-blogging en échange d'une offre promotionnelle. L'internaute qui souhaite en bénéficier est alors "repéré" pour éviter qu'un même utilisateur ne bénéficie plusieurs fois de la même promotion.

Tweets shops

Enfin, d'autres marques de distribution ont déjà pensé échanger des échantillons de produits contre des tweets. C'est le cas de Kellogg's par exemple, qui en 2012, a ouvert à Londres un "tweet shop" où une "hôtesse" remettait un petit paquet de céréales aux personnes ayant publié un message sur le réseau social.

Machine à tweets

Dans le même ordre d'idée, la marque de boisson sud-africaine Cow Africa vend-elle du thé glacé dans une machine automatique qui ne délivre les canettes qu'après la publication d'un message sur Twitter (la machine géolocalise le smartphone de l'utilisateur).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :