"Cartel du yaourt" : Senoble se dit menacé de faillite et fait appel

 |   |  349  mots
Sur la période incriminée (de 2006 à 2012) les industriels de l'agroalimentaire sous marques de distributeur ont été pris en étau entre les hausses des matières premières et la résistance de la grande distribution face à des hausses de prix légitimes, assure Senoble.
Sur la période incriminée (de 2006 à 2012) les industriels de l'agroalimentaire sous marques de distributeur ont été "pris en étau entre les hausses des matières premières et la résistance de la grande distribution face à des hausses de prix légitimes", assure Senoble. (Crédits : REUTERS/Eric Vidal)
L'entreprise agroalimentaire a été condamnée la semaine dernière pour entente sur les prix et les appels d'offres sur des produits laitiers frais à marques distributeur. Elle assure faire appel en raison de l'importance de l'amende infligée par l'Autorité de la concurrence.

"On me réclame une amende de 46 millions d'euros. Je ne les ai pas. Et si je dois m'acquitter de cette somme, je suis acculé à la faillite."

Ainsi, Marc Senoble, PDG du groupe éponyme s'est alarmé dans un entretien au quotidien les Echos paru jeudi 19 mars.

Le 12 mars, le gendarme de la concurrence a condamné 11 groupes laitiers, dont Senagral (Senoble), Novandis (Andros) ou Lactalis, à des amendes d'un total de 192,7 millions d'euros pour entente sur les prix et les appels d'offres sur des produits laitiers frais à marques distributeur.

Le vice-président de l'institution, Thierry Dahan a reconnu qu'il s'agissait là "de l'une des plus grosses décisions", en termes de montant d'amendes, prises par l'Autorité depuis sa création.

   >> Voir le détail des amendes infligées.

"Conséquences dramatiques pour le groupe"

Dans un communiqué, le groupe familial indique qu'"un recours va immédiatement être introduit devant la cour d'appel de Paris" et tient à alerter "sur les conséquences dramatiques qu'une décision aussi extrême aura pour le groupe et ses salariés".

Lactalis et Les Maîtres Laitiers du Cotentin avaient déjà annoncé leur intention de faire appel.

Senoble "la disproportion de l'amende"

Sur le fond, le PDG de Senoble ne conteste pas les faits mais "la disproportion de l'amende" et "les erreurs commises dans son calcul".

Sur la période incriminée (de 2006 à 2012) les industriels de l'agroalimentaire sous marques de distributeur ont été "pris en étau entre les hausses des matières premières et la résistance de la grande distribution face à des hausses de prix légitimes", élément totalement "ignoré" par l'Autorité de la concurrence, assure le groupe dans son communiqué.

Senoble, dont le siège est désormais en Belgique, indique sur son site internet avoir réalisé un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros en 2013, dont presque deux tiers réalisés à l'international. Il emploie quelque 3.200 personnes en Europe. Toutefois, il ne mentionne ni son résultat opérationnel, ni son bénéfice net. "Nous ne souhaitons pas communiquer ce type d'informations", a indiqué Senoble à La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2015 à 10:59 :
ils ont joue ils ont perdu point barre

et pourquoi le siege de senoble toujour attache soit disant a sa bourgogne natale est il implante en belgique

encore de l optimisation fiscale et monsieur senoble vous devez demissionnez de votre poste de PDG...................mais la je reve
a écrit le 20/03/2015 à 10:50 :
ce n'est pas une amande
qu'il aurais dut sanctionner
mais obliger les patrons donner leur demission pour faute grave comme pour un salarie pris en delit de vol
et sans indemnisation ni retraite
ceci mettrais fin au magouille
a écrit le 20/03/2015 à 9:57 :
Ils ont voulu jouer et ils ont perdu!!!! qu'ils s'acquitte de l'amende
Lorsque l'ont prédit que l'on va etre en faillite et que l'on ne veux pas donner son résultat opérationnnel ni son bénéfices net... C'est vraiment se moquer du monde
Il devrait payer une amende de plus si ces propos s'avèrent faux!!!!!
a écrit le 20/03/2015 à 8:57 :
Elle peut faire faillite, rien à cirer. Ils se sont assez engraissés sur notre dos.
a écrit le 20/03/2015 à 8:02 :
le pdg n'a visiblement pas compris
ce n'est pas a l'entreprise de payer
mais bien ces fond propre personnel il doit reduire au smig sa remunaration
a écrit le 20/03/2015 à 0:54 :
Super!
Ils trichent, planquent leurs bénéfices en Belgique et maintenance ils font du chantage à l'emploi.

Qu'ils publient les comptes certifiés de leurs 5 derniers exercices, on verra s'ils ne peuvent pas payer (en cash ou par endettement).
a écrit le 19/03/2015 à 21:11 :
Ben voyons !!! Comme tous pour pouvoir donner encore plus aux actionnaires, c'est encore le personnel qui va trinquer. Et pourquoi le siège social est en belgique ? Pourquoi en pas répondre aux journalistes . Y aurait-il des choses à cacher ? Bizarre ....
a écrit le 19/03/2015 à 20:42 :
Une question, Senoble est il ravitaillé en lait par la ferme des mille vaches en Picardie ? dans le cas ou c'est oui, le lait est il payé au même prix que pour les fermes de taille traditionnelle? dans le cas ou c'est non a quel prix paye t il le lait aux producteurs, qui eux se plaignent que le lait ne les fait plus vivre, la question est qui se met la différence dans la poche? Une autre question est ce une entreprise d’actionnariat ou une simple entreprise familiale sans actionnaire? Par ce que dans le cas ou il y a des actionnaires il faut les rémunérer, cela fait beaucoup de points d'interrogation.
Réponse de le 27/03/2015 à 11:01 :
bien sur le lait doit etre ecoule mais chez lidl et aldi les produit viennent en majorite d allemagne cherchez donc l erreur
a écrit le 19/03/2015 à 19:33 :
Monsieur Senoble,
licenciez les 3200 personnes que vous employez (+ les sous-traitants), fermez la boite que vous avez cree (surtout ne la vendez pas!) et partez vivre au soleil....
Ah, heureusement que quelques dizaines de nos fins limiers de fonctionnaires bruxellois veillent au prix du pot de yaourt....
Beaucoup plus important que les transferts de fonds, les frais bancaires,....
Réponse de le 20/03/2015 à 2:16 :
Les "fins limiers de Bruxelles" n'y sont pour rien dans cette histoire.
C'est Bercy qui a mené les investigations suite à une dénonciation d'un des membres du cartel du yogourt.
Et c'est l'autorité de la concurrence qui est une institution franco-française qui a infligé l'amende.
a écrit le 19/03/2015 à 19:16 :
C est plutôt au détriment des producteurs de lait que l entente s est faite, comme a chaque fois, on baisse les prix pour que nous, pauvres consommateurs soyons heureux... C est acheter la paix sociales et profiter des agriculteurs qui sont des emplois de localisables.
a écrit le 19/03/2015 à 16:43 :
fallait pas mettre le petit doigt dans le pot de confiture et prendre les clients pour des gogos
a écrit le 19/03/2015 à 16:42 :
Ils peuvent émettre de nouvelles actions et s' en servir pour payer l amende. Les actionnaires actuels payeront ainsi le coût de la fraude en étant dilués, sans mettre en péril la structure.
a écrit le 19/03/2015 à 16:20 :
Il ne communique ni son résultat opérationnel ni son bénéfice net; c'est que ses résultats sont bons voire très bons et ce grâce à l'entente sur les prix; le tout au détriment du consommateur.
Réponse de le 27/03/2015 à 11:03 :
mais les resultats de seoble sont excellents et bien sur planque en belgique
a écrit le 19/03/2015 à 16:04 :
Faudrait qu'il assume les conséquences de ses erreurs.
En plus il dit qu'il risque la faillite mais refuse de communiquer sur les bénéfices, comme par hasard.
a écrit le 19/03/2015 à 15:38 :
Quand on pratique des méthodes de voyous on assumes ses actes .
a écrit le 19/03/2015 à 13:39 :
Mr Senoble est-il conscient qu'en ne respectant pas les règles de la concurrence il a lui même poussé nombre d'entreprises concurrentes honnêtes à la faillite ?
Réponse de le 19/03/2015 à 16:03 :
Toute la concurrence est concernée par les amendes!
L'"ennemi", c'est la grande distribution qui saigne les producteurs à blanc!
Réponse de le 19/03/2015 à 16:16 :
1 - Vous avez de preuves?
2 - Vous croyez vraiment que les Grandes surfaces auraient répercutées les prix à la baisse?
3 - J'ai quand même un gros problème avec le délateur, qui a aussi profité du système mais ne doit rien. je trouve ca un peu facile
Réponse de le 19/03/2015 à 16:16 :
+1
Réponse de le 27/03/2015 à 11:05 :
marge moyenne des MDD 40pour cent cherche l erreur .............................et on saigne les producteurs laitiers ..i

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :