Le "cartel du yaourt" condamné à plus de 192 millions d'euros d'amende pour entente

 |  | 420 mots
Lecture 2 min.
Yoplait, à l'origine du déclenchement de l'enquête, ne paiera pas d'amende.
Yoplait, à l'origine du déclenchement de l'enquête, ne paiera pas d'amende. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
L'Autorité de la concurrence condamne au total onze fabricants de produits laitiers frais pour s'être entendus sur des prix

Yoplait s'est mis à table. Grâce à la procédure de clémence permettant à une entreprise qui dénonce un délit d'être épargnée, l'Autorité de la concurrence a pu enquêter sur le  "cartel des yaourts". Ce jeudi, elle condamne ledit cartel à 192,7 millions d'euros d'amende.

L'Américain General Mills, actionnaire majoritaire de Yoplait s'en tire donc avec 0 euro d'amende. Mais la co-entreprise de Lactalis et Nestlé qui commercialise des produits sous les marque Nestlé, Bridélice, La Laitière ou encore Sveltesse, se voit infliger la plus lourde sanction, soit 56,2 millions d'euros. La filiale Beurre et Crèmes de Lactalis est par ailleurs condamnée à 4 millions d'euros d'amende.

L'Autorité " n'a pas fait une juste appréciation du contexte économique"

Le groupe de Laval, sans contester le fond, a annoncé son intention de faire appel de cette décision. Dans un communiqué, sa direction indique regretter

"que l'analyse de l'Autorité de la Concurrence l'ait amenée, par décision de ce jour, à prononcer des sanctions dont l'extrême sévérité témoigne de ce qu'elle n'a pas fait une juste appréciation du contexte économique et a surévalué de façon manifeste la gravité des faits et leur impact sur l'économie."

Fausser les appels d'offres, se répartir les volumes, etc.

Ont également été condamnés Senagral (Senoble), Novandie (groupe Andros), Les Maîtres Laitiers du Cotentin, Laïta, Alsace Lait, Laiterie de Saint-Malo, Yeo Frais (groupe 3A) ainsi que Laiteries H. Triballat (Rians).

L'entente porte sur la période allant de 2007 à 2011. Des représentants de ces entreprises se sont retrouvés à plusieurs reprises notamment dans des hôtels, afin de s'entendre sur les hausses de prix de vente aux distributeurs, d'après l'enquête de l'Autorité de la concurrence.

>> Lire aussi : Cartel du yaourt : l'Autorité de la concurrence s'apprête à sanctionner une dizaine de fabricants

Cette enquête indique, en outre, que:

Les entreprises ont également conclu des pactes de non-agression, consistant à se répartir les volumes et à geler les positions des uns et des autres, notamment en faussant les appels d'offres, lancés par les enseignes de la grande distribution, auxquels ils répondaient.

Cette fois, l'Autorité s'est montrée relativement plus indulgente que pour le "cartel du shampoing". En effet, en décembre 2014, douze industriels producteurs de produits d'hygiène et d'entretien ont été condamnés à plus de... 950 millions d'euros d'amende.

>> Lire: 951 millions d'euros d'amende pour le cartel des produits d'entretien et d'hygiène

( Article créé le 12/03/2015 à 10:15 mis à jour à 12:03)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2015 à 18:38 :
bravo pour Yoplait ...le dénonciateur sort blanchi ....ou est la morale ??
a écrit le 12/03/2015 à 16:58 :
General Mills est majoritaire dans la société d'exploitation des produits qui porte la marque Yoplait avec son savoir-faire et vise à diffuser ce type de consommation sur le marché américain. Ce marché est jusqu'à présent moins amateur de ce type de produits que ne peut être notre zone géographique. La marque Yoplait par contre reste à son ancien propriétaire Sodiaal. General Mills qui vend aussi des pizzas et des soupes stagne sur ses marchés pour cause de concurrence et de mauvaise gestion. Le groupe pourrait être repris en totalité ou revendre ses activités Yoplait.
a écrit le 12/03/2015 à 15:29 :
Eh oui ! Le cartel du yaourt a imité l'état français, qui essaie que tout un groupe d'états concurrents s'alignent sur le moins efficace d'entre eux (le nôtre). Hélas pour les yaourtiers, il y a deux poids, deux mesures...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :