"France, veux-tu encore de tes paysans ? " Les agriculteurs fustigent l'agribashing et interpellent Macron

 |   |  750  mots
(Crédits : Reuters)
"Marre de l'agribashing": d'Arles à Épinal, de la Haute-Savoie à la Gironde, les paysans se sont rassemblés devant les préfectures de "85% des départements de France" selon les JA, pour interpeller, à travers elles, le chef de l'État, opérations de bâchage à l'appui, le hashtag #SauveTonPaysan en bandoulière.

« Macron, réponds-nous !» Les paysans ont fait entendre leur détresse mardi devant les préfectures, exprimant leur ras-le-bol de l'"agribashing" et demandant au chef de l'État de les défendre contre les maux qui affectent un secteur en crise d'identité et en crise économique, à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs (JA).

D'Arles à Epinal, de la Haute-Savoie à la Gironde, les paysans se sont rassemblés devant les préfectures de "85% des départements de France" selon les JA, pour interpeller, à travers elles, le chef de l'État, opérations de bâchage à l'appui, le hashtag #SauveTonPaysan en bandoulière.

Le chef de l'État leur a répondu mardi soir depuis Mayotte en déclarant qu'il jugeait "inacceptables" les attaques contre les agriculteurs.

"Notre pays s'est emparé d'une drôle de mode, en tous cas d'un drôle d'état d'esprit qui a consisté à pointer du doigt, voire à stigmatiser nos agriculteurs en disant qu'ils étaient les ennemis du bien-être animal, les ennemis de la bonne alimentation", alors même que "nous avons l'une des agricultures les plus exigeantes."

« On a besoin que les gens écoutent les agriculteurs, reprennent confiance en leurs agriculteurs et ça, ça passe par le chef de l'État qui doit dire "Stop, maintenant on arrête, on revient à l'apaisement"», avait déclaré plus tôt dans la journée Arnaud Gaillot, secrétaire général des JA, lors d'un point presse.

Revenus en berne: la faute aux écolos ou à la grande distribution ?

Outre les intrusions dans les élevages des militants antispécistes ou les pressions sur l'utilisation de produits phytosanitaires, avec la mise en place de zones de non-traitement (ZNT) de pesticides, les agriculteurs déplorent, pour beaucoup, des revenus en berne, en partie à cause de la guerre des prix des acteurs de la grande distribution.

Une situation que devait régler au moins partiellement la Loi Alimentation mise en place en début d'année, censée ramener du revenu dans les cours de fermes en rééquilibrant les relations commerciales entre paysans, industriels et distributeurs.

"Souffrance économique et morale": Macron articule compassion...

« Nous demandons au ministre de l'Agriculture de réunir les acteurs, notamment les 4 centrales de distribution pour leur dire: "Cette année, vous ne pouvez pas passer à côté, et contourner les outils de la loi alimentation"», a déclaré Christiane Lambert lors d'un point presse de la FNSEA.

"Nos agriculteurs, je sais l'état de souffrance économique, et parfois morale, dans laquelle ils sont. Trop d'entre eux n'arrivent pas à vivre de leur travail, et du prix payé (...) alors même qu'on leur demande d'investir", a assuré M. Macron depuis Mayotte.

...et discours de maître d'école

Mais le président a aussi rappelé que "les choses ne se font pas en un claquement de doigt (...) il faut que toutes les filières l'appliquent", et s'il y a des filières où "ça bouge", dit-il en citant le porc, il pointe au contraire la filière de la viande bovine "pas organisée".

Cette loi "ne porte pas assez ses fruits", avait pour sa part reconnu le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, sur LCI, ajoutant que "si ça ne fonctionne pas, il faudra prendre des décisions". Il s'est dit toutefois "choqué" par le slogan des agriculteurs: «On ne s'adresse pas au président de la République en disant "Macron, réponds-nous".»

La colère du monde agricole se répand dans toute l'Europe

"La FNSEA et les Jeunes agriculteurs canalisent le mécontentement, s'il n'y a pas cette canalisation, ce sera je pense beaucoup plus difficile et plus violent", a averti Mme Lambert, qui a demandé aux agriculteurs de "s'impliquer d'avantage dans les conseils municipaux", avec les prochaines élections en ligne de mire.

Cette colère du monde agricole n'est pas circonscrite à la France: en Allemagne, des milliers d'agriculteurs ont également manifesté mardi à travers le pays contre les réglementations du gouvernement en matière de climat et de réforme agricole, qui menacent selon eux l'existence de leur activité.

Aux Pays-Bas, une mobilisation avait causé le 1er octobre le plus gros embouteillage de l'histoire du pays avec 1.000 kilomètres de bouchon.

En France, la mobilisation est loin d'être terminée: dès la semaine prochaine, des actions en grandes surfaces et dans les restaurants sur l'étiquetage des produits sont prévues, avant une action au niveau européen le 15 novembre prochain.

(Nicolas Gubert, avec les bureaux régionaux de l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2019 à 17:18 :
nos enarques de la politique sont dans un théatre ! sans grand résultat mais soutiennent une agriculture industrielle et les lobby de l agroalimentaire en sacrifiant nos paysans (ceta/ et mercosur ) la population est indignée
a écrit le 23/10/2019 à 17:17 :
nos enarques de la politique sont dans un théatre ! sans grand résultat mais soutiennent une agriculture industrielle et les lobby de l agroalimentaire en sacrifiant nos paysans (cet mer/ et mercosur ) la population est indignée
a écrit le 23/10/2019 à 17:16 :
nos enarques de la politique sont dans un théatre ! sans grand résultat mais soutiennent une agriculture industrielle et les lobby de l agroalimentaire en sacrifiant nos paysans (cet mer/ et mercosur ) la population est indignée
a écrit le 23/10/2019 à 16:16 :
La lecture du bouquin d'Arthur Young (agronome Anglais) "mes voyages en France" dans les années 1787 montre l'état catastrophique de l'agriculture à cette époque et j'ai la faiblesse de penser que tous les magnifiques champs de nos jours résultent du patient travail des paysans depuis cette époque. Alors ne les abimons pas avec tous ces produits chimiques, la terre ce n'est pas un vulgaire substrat mais quelque chose de vivant.
a écrit le 23/10/2019 à 15:51 :
Les Agriculteurs ont rien compris , ils sont entrés dans une phase de mutation de l'agriculture du Futur et refuse les novations . S'ils ne changent pas , ils seront balayés à jamais par les enteprises techniques qui seront le futur proche prenant en compte l'environnement le climat et la santé des habitants .Il ne faut oublier qu'ils travaillent que six mois de l'année entre les labours, et les récoltes. Je sais vivre !!! à la maison c'est intéressant, mais beaucoup d'agriculteurs étrangers on emploi et font les travaux de la ferme dans leur temps libre , il est pas souhaitable aujourd'hui de glander - mois de l'année alors que l'on demande aux autres métiers de payer leurs retraites .
a écrit le 23/10/2019 à 15:30 :
"France, veux-tu encore de tes paysans ? "

A la FNSEA ,euh,non.
a écrit le 23/10/2019 à 15:18 :
Je souhaite la disparition de toutes les exploitations dirigées par des destructeurs de l'environnement, de la ruralité et de la paysannerie...

En gros tous ceux qui manifestent actuellement et qui adhèrent à la FNSEA, FDSEA...

Par contre vive l'agriculture de proximité, raisonnée ou bio, et je souhaite beaucoup de courage à ceux qui souffrent de la prédations des gros de la FNSEA, c'est à dire nos paysans!

Ceux que la FNSEA, et autres lobbys ont fait disparaitre avec la complicité des gouvernements et de Bruxelles, au nom de la productivité!
a écrit le 23/10/2019 à 13:41 :
Il y a les vrais paysans, respectueux de l'environnement, qui offrent par leurs pratiques vertueuses depuis des millénaires ses lettres de noblesse à la terre....Et puis il y a le gros des troupes représenté par la FNSEA, ses coopératives vassalisées, et ses suppôts du productivisme destructeur incapables de de remettre en cause.
a écrit le 23/10/2019 à 13:28 :
Issu du monde rural dans les Landes, autour de moi j'entends souvent les mêmes remarques:
Oui on veut des agriculteurs mais du modef ou de la confederation paysanne mais surtout pas ceux de l'agro-chimie FNSEA qui tuent les plus petits pour faire grossir ses adhérents.
Arrêtons de distribuer les aides européennes aux moins méritant de la FNSEA pour les données à ceux qui bossent bien.
Les adhérents de la FNSEA sont responsables des pollutions des sols , des nappes phréatiques et de l'épuisement des ressources d'eaux en drainant les champs et en les arrosant en plain été.
Changez d'agriculture messieurs les JA de la FNSEA et on vous acclamera.
Continuez à tuer les sols et on vous bannira.
Choisissez au lieu de pleurer
a écrit le 23/10/2019 à 12:56 :
"nous avons l'une des agricultures les plus exigeantes."

Avec l'Allemagne et les Pays-Bas,donc.
a écrit le 23/10/2019 à 12:27 :
Des réalités très diverses, rien en commun entre l'agriculteur exploitant plusieurs centaines ou milliers d'hectares, de celui qui a hérité de ses parents l'exploitation et ceux qui partent de zéro avec tous les crédits sur le dos... Très difficile de faire une généralité.
a écrit le 23/10/2019 à 12:08 :
En s'attaquant aux consommateurs et à leurs voisins, les agriculteurs se trompent encore une fois de combat. Mais ils recrachent bien les argumentaires de l'industrie et de la grande distribution : "ce n'est pas de notre faute, c'est la faute des consommateurs".
Bizarrement, les agriculteurs à qui j'achète ne souffrent pas de l'agribashing. Ce serait bien que les media leur donnent la parole, plutôt qu'aux jusqu'au-boutistes qui manifestent actuellement.
a écrit le 23/10/2019 à 11:40 :
Les agriculteurs doivent revenir aux fondamentaux de l'agriculture ;

Ils sont victimes consentantes et complices des politiques agricoles de Bruxelles qui ont établit cette monumentale connerie des jachères pour réduire les surproductions dues aux sur performances de l'agriculture chimique véritables poisons à retardement ...

il serait si simple de supprimer toutes les jachères pour cultiver plus de surfaces SANS PESTICIDES chimiques et obtenir les mêmes volumes de production agricole ;

L'agribashing n'existe pas,

ce qui révoltant, c'est que des agriculteurs soient les épandeurs des poisons chimiques et qu'ils OSENT épandre près des écoles et des résidences ...

S'ils continuent à empoisonner délibérément, ils doivent s'attendre à se voir poursuivis pour MISE EN DANGER des citoyens, TOT ou TARD, et ca va leur faire très mal ... les peines de prison ferme pourraient PLEUVOIR !!!
Réponse de le 24/10/2019 à 7:45 :
Exact et tout à fait bien dit.
a écrit le 23/10/2019 à 11:29 :
On veut de vous bien entendu, on a besoin de vous et urgemment mais on aimerait que vous arrêtiez de prononcer les mots de l'agro-industrie, on aimerait que vous vous exprimiez par vous-mêmes on en a tous besoin c'est vital mais au travers de vous c'est le vocabulaire des banques, des industriel de l'empoisonnement, de la finance spéculative et de la FNSEA qui parlent et tant que l'on confondra les deux vous paierez ce que leur obscurantisme nous impose c'est logique.

Vous avez internet les gars maintenant, de grâce consultez le, allez chercher la bonne information et revenez mais cette fois pour nous sauver la peau et non pour engraisser tout ces gens qui vous méprisent tellement, qui vous manipulent autant qui n'ont rien à faire de vous la preuve c'est que vous en mourrez carrément de cette instrumentalisation morbide de votre profession par les puissances de l'argent.

3 milliardaires dans la société lactalis et vous allez brûler des centres d’impôts et des préfectures parce que le prix du lait ne fait que baisser, parce que vous n'arrivez pas à vivre avec. N'avez vous pas l'impression d'être les dindons de la farce ? Si bien entendu et quand vous aurez compris cela vous aurez enfin acquis une puissance qui pourra faire de nouveaux de vous des hommes et non des pions manipulables à merci, manipulés jusqu'à la mort.

Vous avez le plus beau et le plus important des métiers du monde, de grâce, assumez le !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :