Les intempéries font souffrir la production française de vin

 |   |  341  mots
Des chiffres pas très rassurants, alors que la France peine à garder son hégémonie historique sur le secteur
Des chiffres pas très rassurants, alors que la France peine à garder son hégémonie historique sur le secteur (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Selon une estimation communiquée ce jeudi par le ministère de l'Agriculture, la production française de vin devrait baisser de 10 % en 2016.

Après la filière laitière, en pleine crise, un autre pan de l'agriculture française accuse le coup. Et pas des moindres : selon une estimation du ministère de l'Agriculture, la production hexagonale de vin devrait baisser de 10 % par rapport à l'an dernier.

Ainsi, la production atteindrait 42,9 millions d'hectolitres contre 47,8 millions en 2015, et serait inférieure de 7% à la moyenne quinquennale, selon Agreste, le service statistique du ministère. La raison d'un tel recul ? Les intempéries, et notamment les divers épisodes de gel et de grêle qui ont particulièrement affecté le vignoble depuis le mois d'avril.

Certains vignobles particulièrement sinistrés

Certaines régions sont particulièrement touchées par cette diminution. Ainsi, en Champagne, zone frappée par plusieurs jours de gel au printemps, la baisse de production tournerait autour d'un tiers. Le vignoble y est en retard d'une semaine par rapport à la moyenne sur dix ans.

En Bourgogne et Beaujolais, le recul atteindrait 21%, avec une dizaine de jours de retard pour la vendange. Dans les Charentes, où 3.600 hectares de vignes ont été détruits par la grêle et le gel, la production baisserait de 16%. En Languedoc-Roussillon, le recul prévu est de 9%.

Une estimation provisoire et susceptible d'être révisée en fonction des incidents climatiques et problèmes sanitaires qui pourraient survenir pendant les vendanges. Car la baisse de production pourrait s'accentuer, compte tenu des récents épisodes de grêle et de sécheresse.

Une France fragile face à la concurrence mondiale

Des chiffres pas vraiment rassurants, alors que la France peine à conserver son hégémonie sur le secteur. Plus important pays producteur de vin en 2011 et 2014, la France a dû se contenter en 2015 d'une deuxième place, s'inclinant face à l'Italie.

La production hexagonale doit également composer avec la montée en puissance d'un petit nouveau sur le marché. En 2011, la surface totale des vignobles de Chine a cru de 26%, ce qui a permis à l'Empire du Milieu de surpasser la France dans le classement mondial des surfaces de vignoble.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2016 à 15:14 :
nos vignerons vont demandés des subventions, aides en tous genre, malgré leur fortune, après les CEREALIERS..................................

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :