Toyota réduit fortement sa production

Selon la presse japonaise, le constructeur devrait réduire de 10% ses capacités de production mondiales, ce qui correspond à un million de véhicules par an.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Toyota, le numéro un mondial des constructeurs automobiles, continue de se débattre face à la crise. Le groupe japonais, qui devrait afficher une nouvelle perte pour son exercice 2009-2010, va réduire de façon drastique la voilure. Selon le quotidien économique Nikkei, le constructeur devrait réduire de 10% ses capacités de production mondiales, ce qui correspond à un million de véhicules par an.

Une porte-parole de Toyota a confirmé que le groupe allait suspendre une ligne de production d'une capacité de 220.000 véhicules par an dans son usine de Takaoka (centre) d'ici 2011, et transférer ses 1.700 employés vers d'autres unités. Mais elle a assuré qu'aucune autre mesure concernant d'autres sites n'avait été décidée pour le moment.

Selon le Nikkei, Toyota devrait néanmoins également fermer sa filiale américaine New United Motor Manufacturing (Nummi) qu'elle détenait auparavant conjointement avec General Motors (GM). Ce dernier, en faillite, a annoncé son retrait fin juin. La liquidation de Nummi, créée en 1984 et qui emploie 5.500 personnes, marquerait la première fermeture d'usine jamais décidée par Toyota en 72 ans d'histoire.

Le quotidien affirme également que le groupe japonais devrait suspendre deux lignes de production d'une capacité de 200.000 véhicules dans son usine du Derbyshire (Royaume-Uni), ainsi que d'autres lignes dans ses usines de la préfecture d'Aichi, son berceau historique dans le centre du Japon. Ces lignes de production ne seraient toutefois pas démantelées, afin de pouvoir les redémarrer rapidement au cas où le marché mondial se rétablirait de façon significative.

Toyota entendrait ainsi ramener sa capacité globale de production à neuf millions de véhicules dans le but de porter le taux d'utilisation des capacités de ses usines au-dessus du point d'équilibre financier, qui se situe à 70%, et de renouer avec la rentabilité d'exploitation au cours de l'exercice 2010-2011.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.