Volkswagen pourrait investir chez GAZ, le deuxième constructeur russe

 |   |  332  mots
Martin Winterkorn, le patron du constructeur allemand, a exposé les ambitions de son groupe en Russie lors d'une rencontre ce jeudi avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine.

Non content d?investir massivement en Chine et aux Etats-Unis, Volkswagen vise la Russie. Le premier groupe automobile européen envisage la construction d'une nouvelle ligne d'assemblage chez GAZ , le deuxième constructeur russe, selon l?agence Reuters. Après avoir rencontré le Premier ministre russe Vladimir Poutine, le Président du directoire du consortium allemand, Martin Winterkorn, a affirmé ce jeudi qu?il envisageait de vendre 360.000 voitures par an en Russie à l'horizon 2017-2018. Il prévoit à terme d'agrandir sa propre usine, dans la région de Kalouga.

Mais ce n?est pas suffisant. L'usine de Kalouga peut produire seulement 150.000 voitures par an. GAZ, qui fabrique l?ancienne berline soviétique Volga, un utilitaire techniquement obsolète, la Gazelle, et un modèle d?origine Chrysler qui rencontre peu de succès, est en pleine tourmente. Créé avec l?aide de Ford pour fabriquer des camions américains sous licence avant la guerre, GAZ affronte de fortes surcapacités. A la recherche d?un second souffle, il a essayé de s?associer au canadien Magna dans sa tentative de reprise de l?allemand Opel, l?an dernier. Mais, in fine, GM a décidé de ne pas vendre Opel et de conserver ses activités européennes. Dans le passé, GAZ avait aussi envisagé une alliance avec Fiat.

Une croissance de 15% attendue en 2010

La Russie devait devenir le premier marché automobile européen devant l'Allemagne avant que son marché ne s'effondre en 2009, suite à la crise économique. Mais un rebond se fait jour. Sur la période de janvier à juillet, les ventes de voitures en Russie sont en hausse de 9% à 964.000 unités. Le gouvernement anticipe une hausse de 15% sur l'année à 1,7 million. Le marché russe est potentiellement très porteur.

Volkswagen n?a vendu que 27.600 voitures sur la période janvier-août 2010 en Russie, en hausse de 12%. L?allemand est moins avancé sur place que Renault, qui produit ses Logan à Moscou mais a surtout pris 25% du numéro un automobile local, Avtovaz (Lada).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :