Automobile : l'UFC-Que choisir dénonce le prix élevé des pièces détachées

 |   |  417  mots
Copyright Reuters
Les prix des pièces détachées pour l'automobile ont crû de 26% en France sur cinq ans.

Alors que la France bloque la réglementation européenne libéralisant le marché des pièces détachées pour automobiles, l?UFC-Que Choisir dénonce la dérive des prix en France. Les prix des pièces détachées de carrosserie ont augmenté de 26% entre 2005 et 2010 dans l'Hexagone, alors même que les prix à la consommation n?ont varié durant cette période que de 7,63%. "Ce dérapage tarifaire est un des symptômes du monopole des constructeurs sur ce marché", affirme l'association de consommateurs.

En effet, "les constructeurs contrôlent la production et la vente de ces éléments, ce qui expose le consommateur à une double peine". D?une part, les constructeurs gonflent le prix de leurs pièces et, d?autre part, le consommateur est dans l?impossibilité d?utiliser des pièces "alternatives" généralement moins chères, souligne l'UFC-Que choisir.

L?étude quantifie les effets qu' aurait une véritable ouverture à la concurrence et permet de constater les économies réalisées par le consommateur de manière directe lorsqu?il effectue lui-même cet achat mais aussi, et surtout, de manière indirecte avec la baisse de sa prime d?assurance automobile. Les résultats de ce travail sont plus qu?éloquents. "En choisissant des pièces alternatives (de qualité équivalente) à celles proposées par les constructeurs, les consommateurs paient en moyenne 35,5% moins cher en Allemagne (par rapport aux prix catalogue des constructeurs), 33,5% en Belgique et 33,9% en Espagne".

Ces chiffres cachent d? "importantes disparités entre les constructeurs, mais aussi au sein des gammes de chacun d?entre eux". Par exemple, en faisant le choix de pièces alternatives pour un véhicule Citroën, "un consommateur espagnol fera une économie moyenne de "seulement" 27,7%, mais un consommateur allemand pour un véhicule Peugeot économisera en moyenne jusqu'à 42%".

"Il ne faut pas  négliger que les éléments de carrosserie sont majoritairement achetés et payés par les assurances, car leur remplacement intervient généralement suite à un accident de la route". Or, "en 2010, ces pièces représentent 47,3 % du coût total de la réparation automobile".

La Commission européenne avait proposé une directive (2004/0203) visant à libéraliser le marché de la pièce de carrosserie de rechange (la clause de réparation). Cependant, bien que votée par le parlement, cette directive reste bloquée en raison du refus du conseil des ministres de se prononcer sur ce texte, notamment sous la pression de la France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2012 à 18:25 :
le consommateur se fait tondre: constructeurs automobile, fournisseurs d'énergie, assureurs...vive "la concurrence libre et non faussée" , en réalité le système libéral ne fait que favoriser les monopoles et les marchés captifs au détriment des consommateurs.. lorsque l'émeute éclatera, il faudra que certains fassent gaffe à leurs fesses...
a écrit le 23/03/2011 à 11:53 :
En parlant du diktat des marques j ai fait la révision et vidange de ma c4 des 20000 km, cela m a coûte les deux bras et la tête, 250?. Une heure de travail. Précision pendant la discussion, sinon pas de garantie si je vais autre part.
Réponse de le 23/03/2011 à 12:12 :
@ Man: faut prendre l'argent là où il est :-)
Réponse de le 23/03/2011 à 13:14 :
@ Man. : C'est une légende la garantie qui saute en cas de révision hors du réseau (alimenté par les constructeurs eux-même, ça les arrange..). Il est illégal de la part des constructeurs d'obliger le client à réviser sa voiture dans leurs ateliers. Renseignez vous sur le site d'associations de consommateurs (genre UFC-Que Choisir) par exemple.
a écrit le 23/03/2011 à 10:43 :
On prend l'argent là où il est...quand vous avec un coup sur votre portière,fut un temps le carrossier la débosselait....maintenant,il faut tout changer,d'autant que ce sont les assurances qui paient! Et au bout du compte les assurés voient leur cotisation augmenter....
a écrit le 23/03/2011 à 3:07 :
Etant propriétaire d'une carrosserie , je vous confirme cette explosion (scandaleuse) des prix .Il faut savoir qu'en plus la plupart des concessionnaires de marque augmente en plus leur tarif de pièces de 8 à 12 % sur le prix normal (les prix sont libres!).La remise professionnelle est au maximum de 15% .Il nous arrive de payer plus chère la pièce que le prix barème normal public. Ce surplus de marge ne tombe absolument pas dans la poche du garagiste mais dans celle du vendeur de pièces.A cause de cela , nous mettons souvent des voitures en épave qui aurait pu être réparé.
Nous perdons donc des clients qui se retrouve (obligés) à acheter des voitures neuves ou récentes qui vont se retrouver dans le circuit de réparation et d'entretien du concessionnaire !Les assurances sont complices car ainsi elles vont pouvoir augmenter leurs primes (nouvelles voitures plus récentes ...) .Les pouvoirs publics aussi qui se retrouve avec un parc automobile plus récents et une TVA à récupérer plus importante (voiture neuve)
Le dindon de la farce est le client et le carrossier réparateur (qui perd du travail )
Pour info , les experts automobiles sont autant furieux que nous car ils sont obligés de modifier sans cesse leurs rapports originaux à cause des modifications de prix...
a écrit le 22/03/2011 à 20:11 :
tout cela c'est un peu comme les imprimantes,pas trop cher a l'achat mais bingo sur les consommables!!!
Réponse de le 22/03/2011 à 21:44 :
@ la fouine: tout est à peu près comme cela. Les logiciels MS par exemple, me dis pas que tu dois changer aussi souvent ...surtout quand c'est pour acheter un nanard comme Vista à prix d'or !!!
a écrit le 22/03/2011 à 17:41 :
pourtant les constructeurs ne se gênent pas pour produire leurs voitures ou des parties de voitures à l'étranger. Pour eux c'est l'entretien et les pièces détachées qui les intéressent le plus, c'est de l'or pour eux. Alors que les lobbyistes des constructeurs font leurs boulots auprès de nos députés, voilà pourquoi nous payons les pièces en plastique au prix de l'or. Tant que le consommateur ne réagit pas, l'état ne fera rien du tout.Moi, j'en connais beaucoup qui vont faire faire les réparations en Allemagne ( même sur les marques française) le déplacement vaut largement le coup. Mais j'habite à 6 km de la frontière, et je profite aussi des prix bas dans d'autres produits de grandes consommations, ou les prix varient aussi de 15 à 50% pour les mêmes marques qu'en France. Demandez donc au gouvernement ce qu'il pense de nos distributeurs et des manières des centrales d'achats etc..... Nous sommes des proies pour eux......avec l'aval du gouvernement.
Réponse de le 23/03/2011 à 10:12 :
Ah c'est tout a fait vrai, et pourtant les directives ouvrant a la concurrence ont ete vote...Mais voila elle ne sont pas appliquee... donc on enrichit encore et tooujours les meme....
a écrit le 22/03/2011 à 15:58 :
Oui OK c'est cher, mais n'est ce pas plus sécurisant de rouler avec des pièces faites selon le cahier des charges d'un constructeur français que par un concurrent chinois qui les vends surement la moitié du prix mais n'a pas les mêmes exigences de construction ?
Comment réagiront les assurances dans les cas de dommages avec pièces de marque concurrente ? Serons nous toujours couverts pareillement ou y aura t il des clauses de non prise en charge, voire des augmentations de cotisations pour couvrir ces nouveaux risques ?
Je ne vois absolument pas l'intéret de libéraliser ce secteur quand il touche à la sécurité des passagers, car il n'y a pas de secret dans l'économie de marché, pour vendre moins cher il faut fabriquer moins cher, c'est à dire pas en France. Donc cette mesure n'aura aucune répercussion sur l'emploi national, et même pire, pour concurrencer ces nouveaux entrants, nos constructeurs nationaux délocaliseront également leurs usines pour produire moins cher sans diminuer leurs marges.
Il n'y a donc là que du mauvais pour le consommateur final qui est perdant sur tous les fronts en croyant gagner quelques euros sur son phare...
Réponse de le 22/03/2011 à 19:38 :
@ Oui, mais...: quelle naïveté ! On croirait que les constructeurs vont à l'étranger pour produire bio :-)
a écrit le 22/03/2011 à 13:53 :
Le prix exorbitant des pièces détachées n'est jamais qu'une subvention déguisée versée aux constructeurs.
a écrit le 22/03/2011 à 13:42 :
Je suis un ancien responsable de magasin pièces de rechange dans une grande marque française.Je crois que vous vous trompez de bataille ,une aile avd d'un modele qui se vend a plusieurs milliers d'exemplaire par mois paye le stockage de certaines pieces qui elles plombes les stocks Demandez donc aux fournisseurs exterieurs de fournir l'integralitée des pieces .
Réponse de le 22/03/2011 à 19:40 :
@ heliaux: c'était en effet le cas dans la gestion à papa. Actuellemet, on demande au client d'attendre que sa pièce arrive de je ne sais où pour effectuer la réparation....donc pas de frais de stockage, et si tu peux pas attendre, ben tu peux rien si ce n'est attendre :-)
a écrit le 22/03/2011 à 13:41 :
Il ne faut pas beaucoup d'éléments de véhicules pour atteidre un prix exhorbitant, une piéce détachée est trés onéreuse et le prix est gonglé par le garagiste sur laquelle il ajoute une main d'oeuvre, ont atteint bientot le prix de la voiture neuve en remplacement du dixiéme des piéces du véhicule, les constructeurs français peuvent baisser le prix de leurs voitures et les rendent plus compléte en supprimant les dizaines d'option a l'achat
Réponse de le 23/03/2011 à 3:16 :
Le prix est "gonflé" par le vendeur de la pièce (concessionnaire ou grossiste).Le garagiste (lui) suit le rapport de l'expert .90% des chocs sont sous assurance.
Le carrossier est autant la victime que le client car souvent il ne réparera pas le véhicule (dépassement de la valeur) et perdra le temps (et l'argent) du travail passé sur le véhicule (expertise , gardiennage , accueil du client, ...)
a écrit le 22/03/2011 à 13:16 :
Pour une fois qu'une directive européenne aidait les consommateurs, c'est ballot.
a écrit le 22/03/2011 à 12:53 :
Vivant en Martinique, je vous confirme qu'ici que les piéces automobilles sont hors de prix, bien plus chéres encore qu'en métropole.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :