Fiat, seul rival européen du constructeur français dans les voitures à bas prix

 |   |  539  mots
Copyright Reuters
Les projets de PSA pour une entrée de gamme avec le chinois Changan ne sont plus prioritaires. Et la Volkswagen-Suzuki a peu de chances de voir le jour.

Une fois de plus, Renault devrait défricher seul un tout nouveau segment de marché. Alors que la plupart des concurrents n'ont même pas encore de quoi concurrencer les Dacia Logan ou Sandero !

Son rival français PSA prépare bien un modèle essentiellement destiné aux marchés émergents, basé sur la plate-forme des petits modèles du groupe mais doté d'une carrosserie de compacte. S'il permettra « de très considérables réductions de coûts », selon PSA, ce véhicule sera... toutefois nettement plus cher qu'une Logan. Il devrait être fabriqué à Vigo, en Espagne, au printemps 2013, avant d'être produit également en Chine, en Amérique du Sud, en Inde. Celui-ci se présentera sous des formes diverses (berline à quatre puis à cinq portes, break, tout-chemin surélevé). PSA nourrit certes par ailleurs des projets de petite voiture à bas coûts d'entrée de gamme avec son partenaire chinois Changan. Dans des zones tarifaires proches d'une Logan. Une commercialisation en Europe était même envisagée au printemps.

Mais, l'enthousiasme de certains au sein du constructeur hexagonal semble un peu retombé. Et, pour l'instant, ce programme paraît au point mort. En tout cas, il n'est guère prioritaire.

Volkswagen nourrissait aussi de sérieuses ambitions qu'il espérait concrétiser grâce à son alliance avec le japonais Suzuki, grand spécialiste des petits véhicules pas chers. Mais, las, l'alliance germano-nippone est en pleine crise et les projets de coopération sont stoppés. Peu probable qu'une Volkswagen-Suzuki à bas coûts voie le jour ! Le seul vrai concurrent européen de Renault et sa filiale roumaine Dacia est finalement... Fiat.

Avec son programme Palio (et dérivés Siena, Albea), lancé au milieu des années 1990, qui a fortement aidé l'italien à devenir le numéro un au Brésil et de demeurer un acteur clé en Turquie. Fiat a par ailleurs lancé en 2010, en Amérique du Sud, une « mini » Uno pas chère qui remporte un grand succès. Mais, il s'agit quand même d'un véhicule autour de 10.000 euros (avec des taxes locales, il est vrai, élevées).

Des japonaises plus chères

Les constructeurs japonais ont également développé une offre à bas coûts, notamment le pionnier Suzuki en Inde avec sa marque Maruti. Toyota a créé l'Etios, adaptée aux pays émergents. Même stratégie pour Honda. Mais les Maruti 800 et Alto sont plus petites qu'une Dacia. Les Toyota et Honda sont plus onéreuses que les Logan-Sandero. Nissan a, de son côté, lancé des petits véhicules sur sa plate-forme V en Inde, en Chine, en Thaïlande et au Mexique. Et Mitsubishi s'apprête à produire sa « Global Small ». Mais ces produits simplifiés paraissent également un peu plus coûteux que les Logan-Sandero.

En fait, les produits les moins chers sur les différents marchés émergents sont aujourd'hui, hormis la Tata Nano, de vieux véhicules obsolètes, telle la Lada 2107 vendue en Russie autour de 4.000 euros. Issue de la Fiat 124 des années 1960, peu fiable mais facile à réparer, elle devrait être... bientôt arrêtée. En Chine, les modèles pas chers sont des copies locales d'antiques modèles occidentaux ou asiatiques. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2011 à 10:20 :
Je persiste à penser que le choix "low cost" de Renault préfigure ce que sera l'automobile dans dix ou quinze ans.
Réponse de le 01/05/2012 à 15:01 :
ça ne préfigure pas l' automobile, mais le monde , et dans moins de dix ans !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :