Le 4x4 Duster de Renault continue son tour du monde

 |   |  520  mots
4x4 Duster de Renault / DR
4x4 Duster de Renault / DR (Crédits : Dacia Renault)
Le 4x4 à bas coûts est commercialisé actuellement en Colombie, où il est fabriqué à Medellin. Il arrivera en Russie en avril, avec une production à Moscou. Et en Inde au second semestre

Après la Roumanie et le Brésil, Renault fait faire le tour du monde à son 4x4 Duster à bas coûts. « Nous venons de démarrer la production en Colombie, où le lancement commercial a lieu actuellement. L'usine de Medellin a des capacités pour ce modèle de 35.000 exemplaires annuels et elle exportera vers le Mexique, l'Amérique centrale, le Pérou, l'Equateur, le Chili et même jusqu'en Argentine », explique à latribune.fr Arnaud Debeuf, Directeur du programme « Entry » de Renault. Né Dacia, le Duster est commercialisé hors d'Europe ou d'Afrique du nord sous le label Renault.

Moscou et Chennai ensuite

Et ce n'est pas fini. « Nous avons démarré la fabrication à Moscou pour une commercialisation en avril en Russie. Le potentiel maximal installé y est de 50.000 unités par an ». Et, « dans la deuxième partie de l'année, le site indien de Chennai commencera à fabriquer le Duster avec des capacités de 40.000. L'Inde alimentera tous les marchés requérant le volant à droite, dont la Grande-Bretagne ». Et « nous réfléchissons à d'autres implantations dans le monde ».

Hausse des ventes

Le Duster avait initialement démarré, début 2010, à Pitesti, en Roumanie, où les chaînes tournent à plein régime (180.000 unités). Puis, l'usine Renault de Curitiba, au Brésil, s'y est mise à son tour, à la mi-2011, pour un lancement local en octobre dernier. Capacités à Curitiba : « 60.000 exemplaires par an ». Le potentiel maximal pour ce véhicule tous chemins, pratique, fonctionnel et économique, atteindra presque 370.000 unités à la fin de l'année. Il s'en est vendu 180.145 l'an dernier dans le monde. « Cette année, nous espérons accroître les volumes de ventes d'au moins 50% ».

Vise les classes moyennes

Positionné plutôt bas de gamme en Europe sous le label Dacia, le Duster vise « en Amérique latine et en Russie les classes moyennes, voire au-dessus en Inde », précise Arnaud Debeuf. Au Brésil ou en Colombie, « la planche de bord est différente, la présentation plus cossue, le niveau d'équipements est supérieur et l'offre comporte des moteurs plus puissants », souligne le responsable de l'entrée de gamme de Renault. Au Brésil, le Renault Duster vise d'ailleurs à détrôner un rival solidement installé, le Ford Ecosport, lequel est d'ailleurs en plein renouvellement, mais aussi des berlines compactes qui passent sur place pour des véhicules de catégorie supérieure...

Vers un million de véhicules

Le Duster est un véhicule fort rentable, alors même que la gamme « Entry » dans son ensemble génère des marges supérieures à 6% de l'aveu même du constructeur. Le groupe en a écoulé l'an passé 813.822 unités, sous les marques Dacia et Renault. Il vise le million en 2013. Il est vrai que l'actualité est fournie. Le monospace Lodgy, produit à Tanger au Maroc, sera commercialisée (en France) à partir des journées portes ouvertes prévues dans les réseau les 21 et 22 avril prochains. Un utilitaire et son dérivé « ludospace », également assemblés au Maroc, arriveront au second semestre. Et, entre la fin 2012 et le début 2013, seront renouvelées les Logan et Sandero.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :