Les sous-traitants de PSA se préparent à une onde de choc

Un plan destiné à l'ensemble de la filière automobile sera présenté en conseil des ministres le 25 juillet. La restructuration en cours chez PSA Peugeot Citroën risque de provoquer une onde de choc encore plus violente chez les sous-traitants, souvent des petites entreprises très vulnérables. Toute suppression de poste chez un constructeur a un effet démultiplicateur chez les fournisseurs. Selon des données 2010 du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), les activités de production de véhicules en France représentent en tout près de 600.000 emplois, dont seulement 160.000 dans la construction finale.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Reprenant les termes exacts du président François Hollande la veille, le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a répété ce dimanche que le plan de 8.000 suppressions de postes de PSA Peugeot Citroën n'était "pas acceptable". Refusant de donner tout détail sur ce que pourrait comporter le plan automobile du gouvernement qui sera présenté en conseil des ministres le 25 juillet, M. Moscovici a cependant précisé que "ce ne serait pas un "plan Peugeot" mais un plan pour toute la filière", précisant dans la foulée: "en tenant compte des règles européennes". "Nous ne sommes pas démunis", a-t-il assuré. "Il faut faire en sorte d'avoir des mesures structurelles pour garantir la pérennité de la filière", a ajouté M. Moscovici, "Il y a nécessité de conforter cette filière qui fera en sorte de soutenir les constructeurs mais aussi les équipementiers et la sous-traitance". Revenant sur le plan de suppressions d'emploi chez PSA, il a assuré qu'"en aucun cas, nous ne nous attendions à ce qu'il y ait ce plan maintenant", affirmant que l'entreprise avait "choisi de différer pendant la campagne électorale". "Il a des plans sociaux qui ont été différés, c'est l'évidence. Nous avons un héritage très dur, un déficit de confiance des acteurs et aussi un déficit de compétitivité, et nous sommes en train de solder cet héritage", a-t-il souligné.  

La restructuration en cours chez PSA Peugeot Citroën risque de provoquer une onde de choc encore plus violente bien que moins visible chez les sous-traitants, souvent des petites entreprises très vulnérables face à la crise qui frappe l'industrie automobile en France. PSA Peugeot Citroën a annoncé jeudi 8.000 nouvelles suppressions d'emplois en France, une réduction de la capacité de production de son usine de Rennes (Ille-et-Vilaine) et la fermeture de son site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Chaque emploi supprimé dans l'assemblage peut entraîner la perte de trois ou quatre emplois côté fournisseur

"L'annonce de PSA fait peser un risque considérable sur l'ensemble de l'écosystème entrepreneurial qui l'entoure", a déclaré Guillaume Cairou, président du Club des entrepreneurs dans un communiqué publié après les annonces du premier constructeur automobile français. "Il y a un risque d'effondrement de l'activité impactant 25.000 emplois au moins dans l'ensemble des PME déjà fragilisées par l'instabilité fiscale." Il a lancé notamment un appel à Oseo, la banque de financement des PME, pour qu'elle mette rapidement en place des mesures de soutien de la trésorerie des entreprises comme lors du plan de relance de 2008.

Toute suppression de poste chez un constructeur a un effet démultiplicateur chez les fournisseurs. Selon des données 2010 du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), les activités de production de véhicules en France représentent en tout près de 600.000 emplois, dont seulement 160.000 dans la construction finale. Chaque emploi supprimé dans l'assemblage peut ainsi entraîner la perte de trois ou quatre emplois dans le tissu fournisseur. "PSA a une chaîne de valeur qui le dépasse, s'il réduit sa production ou ferme une usine, c'est aussi le tissu fournisseur qui s'écroule comme un château de cartes", observe Fred Dijoux, délégué syndical central de la fédération CFDT des mines et de la métallurgie.

Moins de 50 salariés dans 80% des cas

L'usine PSA de Rennes emploie ainsi 5.600 personnes, mais induit directement et indirectement quelque 17.000 emplois dans toute la région bretonne. La fermeture de l'usine d'Aulnay, qui emploie de son côté 3.000 personnes, pourrait mettre en péril indirectement plus de 7.000 emplois dans les services et le commerce dans tout le département de Seine-Saint-Denis, a estimé vendredi la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME). Les emplois menacés par ricochet sont par ailleurs souvent plus fragiles car les équipementiers -surtout ceux de rang 2 et plus, qui ne traitent pas en direct avec les constructeurs- ont rarement la taille critique pour parer à un ajustement brutal des commandes en amont.

Le Fonds de modernisation des équipementiers automobiles (FMEA), créé en 2009 pour soutenir les sous-traitants, estime qu'en 2011, 80 % des entreprises automobiles françaises étaient des PME de moins de 50 salariés. A Aulnay par exemple, si PSA compte reclasser la moitié des salariés de l'usine sur le site voisin de Poissy (Yvelines), rien ne dit qu'une proposition similaire sera faite aux employés de Magneto Automotive, le sous-traitant chargé d'emboutir les tôles sur place pour le compte du constructeur. En juin 2009, pour éviter que les sous-traitants ne deviennent une variable d'ajustement en temps de crise, l'Etat avait également créé la "Plate-forme" de la filière automobile pour améliorer le dialogue entre les constructeurs et leurs fournisseurs, très dégradé par le fonctionnement en flux tendu et la pression permanente sur les prix. Cette structure, présidée depuis mai dernier par l'ancien président de Michelin Michel Rollier, avait vu le jour dans un contexte de conflits sociaux très durs chez plusieurs sous-traitants de l'automobile: Molex, Continental ou encore New Fabris, où les salariés ont même menacé un moment de faire sauter leur usine
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 17/07/2012 à 6:42
Signaler
une usine d'assemblage de voitures avec un immense place pour le stockage, l'assemblage et la convoyage par camions et voie ferrée: CE SONT LES ECOLOS devraient être contents: on va pouvoir récupérer la place pour des écoles des squares des crèches ...

à écrit le 16/07/2012 à 18:09
Signaler
PSA est en surcapacite et perd des millions chaque jour. LE site d'aulnay a une position privilégiée entre Roissy et Paris. Au lieu de se lamenter sur la perte inéluctable d'un site automobile condamné, il est de temps de réunir nos énergies pour con...

à écrit le 16/07/2012 à 10:46
Signaler
Il faut remercier Sarkozi et Hollande d'avoir cedé à General MOTORS pour avoir boycoter économiquement Iran en refusant de lui livrer les pièces détachés des 405, 203, 406 furgués à l'IRAN. 40% du parc automobile iranien est fait de PEUGEOT ! et avec...

à écrit le 16/07/2012 à 10:43
Signaler
Et oui les syndicats ne défendent plus les ouvriers, mais le système... Les syndicats au service du pouvoir ! Rédigé par Berenice le 5 mai 2012 Nous voyons depuis quelques mois, tous les syndicats -en particulier ceux de gauche- s?agiter au grès de ...

à écrit le 16/07/2012 à 9:28
Signaler
Les banquiers ont déclarés la guerre au esclave du 3e millénaire, les ouvriers. Avec la complicité des élites en place ils sabrent les entreprises rentables pour les délocalisées sur fond de crise dans les pays à bas coût, et une fois que tout sera ...

le 16/07/2012 à 14:16
Signaler
Amen.

à écrit le 16/07/2012 à 8:51
Signaler
moins de salarié cotisant aux régimes de retraites (caisses autonomes) moins de ressources à répartir car ce ne sont pas les travailleurs produisant à l'étranger qui vont cotiser pour les nos régimes par répartitions ni les travailleurs qui vont cha...

à écrit le 16/07/2012 à 8:07
Signaler
que l'Etat rende à l'automobile ce qu'elle lui a donné: des recettes fiscales, l'automobile a été et est toujours la vache à lait de l'Etat...quadrature du cercle: vive l'auto à bas l'auto!!!!

à écrit le 16/07/2012 à 8:05
Signaler
n'oubliez pas que la surcapacité de production provient de la réunion de 3 marques dont une a disparue SIMCA CHRYSLER TALBOT et pourtant l'outil d'assemblage est resté: POISSY (cette opération à failli faire sombrer la maison PEUGEOT) . AULNAY est un...

à écrit le 16/07/2012 à 1:56
Signaler
Ne pas oublier que la révolution voiture électrique va à mon avis ammener un énorme tremblement de terre, suivant l'expression à la mode en terme de perte d'emplois chez les sous-traitants automobiles. Imaginez le nombre de pièces mécaniques (moteur ...

à écrit le 15/07/2012 à 23:26
Signaler
Il y a un important créneau avec les voitures solaires type Solarworld GT ou SCV4 Kyocera qui font largement leurs preuves avec encore des améliorations notoires à venir et qu'étudie également l'université de Stanford qui dispose d'un département spé...

le 16/07/2012 à 13:57
Signaler
Oui mais il n'y a plus de soleil en ce moment :/

à écrit le 15/07/2012 à 12:27
Signaler
La filière automobile se meurt à petit feu en France, PSA n'a pas d'autres choix que de délocaliser la prod en Europe de l'Est, comme Renault De toute manière on est partie pour une période de fermeture et de délocalisation sans précédent, la croi...

le 15/07/2012 à 22:59
Signaler
Malheureusement Vrai, vrai et vrai....

le 16/07/2012 à 8:22
Signaler
Les constructeurs allemands ont réussi à imposer à la commission européenne des normes plus favorables aux grosse limousines en terme d'émission de CO2 !!!!!

le 16/07/2012 à 14:15
Signaler
Pilou vous racontez des conneries. Les constructeurs français peuvent aussi produire des voitures à très fortes valeurs ajoutées, faire de grosses marges, et payer des primes de 7 600 euro à 8 500 euros à leurs salariés ... C'est ce que font les cons...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.