BMW, en quête désespérée de capacités de production, fabriquera des Mini aux Pays-Bas

 |   |  413  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'usine Mitsubishi de Born est cédée à une société hollandaise, VDL, qui assemblera des Mini pour le compte de BMW.

Surcapacités industrielles en Europe? Pas du tout. Contrairement à Opel (GM), Ford, Fiat, PSA ou Renault, BMW a plutôt le problème inverse. Le constructeur bavarois n'arrive pas à trouver... suffisamment de place pour fabriquer encore plus de voitures. A l'étroit sur son site britannique d'Oxford, il va donc assembler des Mini... aux Pays-Bas dans une ancienne usine, qui aura produit des Volvo suédoises, des Mitsubishi nippones et des Smart allemandes (Daimler). Les accords définitifs sur la vente du site Nedcar de Mitsubishi Motors à l'entreprise néerlandaise VDL ont été signés, a annoncé cette dernière, ce lundi.

Chute des volumes

VDL a du coup signé un autre accord, avec BMW cette fois, pour assurer à Born la fabrication de futurs véhicules Mini, qui devrait commencer lors de la deuxième moitié de l'année 2014. L'achat de l'usine, pour un euro symbolique selon Mitsubishi Motors, était soumis à la sauvegarde des 1.500 emplois existants chez Nedcar. Le groupe japonais avait annoncé fin février qu'il souhaitait arrêter sa production ultra-déficitaire aux Pays-Bas d'ici à la fin 2012. Il avait alors précisé être prêt à vendre si son repreneur s'engageait à y maintenir les emplois, avant d'annoncer un accord de principe en juillet. VDL est un groupe industriel néerlandais fabricant divers produits semi-finis et finis, ainsi que des autobus et autocars. Basé à Eindhoven, dans le sud-ouest des Pays-Bas, il emploie 7.400 personnes dans 18 pays. Nedcar avait assemblé plus de 250.000 voitures en 1999. Mais, depuis, le site a subi les avatars de Mitsubishi en Europe. Sa production a carrément chuté à quelque 40.000 voitures en 2011. Le constructeur nippon y assemblait ses petites Colt et son 4x4 Outlander.

Lourds investissements

Si Born produira des Mini anglaises additionnelles, le site britannique traditionnel d'Oxford n'en demeurera pas moins l'usine phare pour lesdites Mini. BMW a annoncé en effet en juillet dernier qu'il comptait investir 250 millions de livres (310 millions d'euros) d'ici à la fin de 2015, pour augmenter son potentiel industriel en Grande-Bretagne ! Le constructeur automobile allemand veut muscler son site d'Oxford mais aussi son usine de mécanique -les moteurs sont co-produits avec PSA- de Hams Hall. BMW avait déjà annoncé il y a un an 500 millions de livres d'investissements pour Mini (630 millions d'euros). Depuis 2000, BMW a investi au total 1,75 milliard de livres (2,1 milliards d'euros) en Grande-Bretagne. Le constructeur germanique a fabriqué 151.875 Mini au premier semestre sur son site d'outre-Manche, en hausse de 7%. Un vrai succès, qui rend malgré tout le site anglais insuffisant! Problème de riches...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2012 à 23:03 :
Je me faisais ces jours-ci la réflexion: je vois des Minis un peu partout en ce moment, à tous les carrefours et en nombre. Je n'en entends que des avis positifs. Cette voiture, en tant que petite voiture urbaine pratique pour se garer a clairement le vent en poupe.
a écrit le 01/10/2012 à 21:04 :
Elle attend quoi notre virago charentaise pour négocier Heuliez avec bmw ,personne ne s'est jamais plaint des excellents produits fabriqués la-bas.
a écrit le 01/10/2012 à 20:02 :
La question que je me pose c'est pourquoi Renault ou PSA ne choisissent t'ils pas de mettre a leurs têtes des patrons Sud Coréens, Japonnais ou Allemands lorsqu'on voit les résultats qu'ils obtiennent avec leurs groupes. Carlos ghosn qui était naguère un maitre Es Redressement a clairement perdu de sa vista.(ou il prefere Nissan a Renault!!!lol)
Lorsqu'on compare les outils de production des marques françaises aux étrangères (Usines Nissan de Sunderland/Barcelona et celles Renault en France par exemple) on comprend que la compétitivité n'est pas qu'une question de couts du travail mais surtout de choix managériaux. La France jouit d'une telle image de chic a l?étranger que je suis convaincu que de meilleurs dirigeants pourraient exploiter a merveille dans l'automobile.
Réponse de le 01/10/2012 à 21:10 :
J'appelle ça un manque de culture industrielle ,ne pas deviner que ça va se vendre ,c'est triste quand même de penser que renault est condamné à rester éternellement un 2ème couteau.
a écrit le 01/10/2012 à 19:19 :
Voilà, une bonne leçon industrielle pour Ghosn Tavarez Pelatta / Varin Peugeot Saint Geours qui n'ont pas la science dont ils s'auto-proclament.
a écrit le 01/10/2012 à 18:41 :
Cette nouvelle n'est pas fraîche. ca fait des mois que je le sais.
Réponse de le 01/10/2012 à 22:38 :
quel est l'intérêt de ton commentaire???? hormis de se faire mousser.......
dis nous plutôt ce qui se passera dans 4/5 mois alors!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :