Hybrides : BMW divorce d'avec PSA et garde la maison

 |   |  508  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le constructeur allemand reprendra la totalité des activités de BPCE, la société à 50-50 avec PSA Peugeot Citroën dans les systèmes hybrides. Le bavarois propose aux salariés de PSA travaillant dans cette entreprise de rester sous contrat BMW.

"BMW va reprendre 100% de sa co-entreprise avec PSA Peugeot Citroën dans les systèmes hybrides", affirme à latribune.fr une source industrielle proche du dossier.  "Des réunions ont lieu avec le personnel. L'annonce devrait être faite prochainement". Le constructeur bavarois est d'ailleurs prêt à garder la petite centaine de personnes d'origine PSA travaillant à ce jour à Munich au sein de cette co-entreprise à 50-50, baptisée BPCE. La firme leur a "proposé de poursuivre leur travail" en Allemagne. La production desdits systèmes sera "rapatriée chez BMW". Elle n'aura donc pas lieu en France comme prévu initialement. La Tribune avait dévoilé le 21 juin dernier que les deux constructeurs allaient divorcer..

500 personnes

BPCE a commencé ses travaux il y a plus d'un an. Plusieurs centaines de personnes (500) travaillent aux études à Munich, siège de BMW. La recherche et le développement des produits sont en cours. BPCE avait pour objectif d'organiser des achats communs, de développer et mettre sur le marché des composants pour systèmes de traction de véhicules hybrides.  La production desdits composants devait être assurée par le site de Mulhouse (Haut-Rhin) à partir de la fin 2014. 250 à 300 personnes auraient dû travailler à cette production. Les premiers véhicules étaient prévus pour 2015-2016.

Inquiétude chez BMW

Norbert Reithofer, patron du groupe munichois, s'était  récemment inquiété de l'évolution financière du groupe automobile français. On craignait ces derniers temps chez BMW que le constructeur français n'ait pas les moyens d'honorer ses engagements en matière d'investissements. Par ailleurs, l'alliance de PSA avec GM, nouée fin février, a désagréablement surpris BMW et changé la donne, selon nos informations. Côté PSA, il est clair que le rapprochement avec l'américain entraîne une mise en commun des travaux sur les hybrides avec le groupe de Detroit, qui a commercialisé récemment ses Chevrolet Volt-Opel Ampera, des véhicules hybrides rechargeables dont le succès commercial est ... pour le moment ténu!

Pas d'implication de Toyota

A ce stade, BMW va donc reprendre tous les travaux de BPCE, ce qui n'empêcherait pas PSA de devenir ponctuellement client de BMW. En tous cas, le bavarois n'a pas l'intention aujourd'hui d'associer à BPCE son nouveau partenaire japonais Toyota. BMW et Toyota ont annoncé fin juin  une alliance stratégique à long terme lors d?une conférence de presse commune, afin d?approfondir leurs coopération dans les nouvelles technologies. Ils avaient déjà signé une lettre d'intention fin 2011 à Tokyo.

La remise en cause des moteurs communs pas à l'ordre du jour

BMW et PSA affirment aujourd'hui qu'ils n'ont pas l'intention  de remettre en cause leurs autres coopérations dans les petits moteurs à essence. Les deux firmes partagent depuis 2002 les petits moteurs à essence (1,4, 1,6 et 1,6 turbo), qui équipent les Mini, la marque anglaise propriété de BMW, et les Peugeot 208, 208, 308 ou autres Citroën C3, C4,  DS3, DS4. Mais, il est a priori imaginable que les liens se distendent à terme. Car la coopération est affaire de confiance et  d'objectifs convergents...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2012 à 16:03 :
Dans un sens je suis content pour cette centaine d'employés embauchés dans une bonne boîte.
Espérons la venue de véhicules hybrides gpl électrique ,le gpl ayant un faible couple au démarrage mais une puissance agréable à partir de 4000 tours ,l'électrique l'inverse et plus besoin d'essence comme carburant auxiliaire ni de pompe d'injection .
a écrit le 10/07/2012 à 15:23 :
Les médias portent une grande responsabilité sur les infos non vérifiées ,portant atteinte à la crédibilité de l'entreprise concernée.Par les temps qui courent la confiance est un élément primordiale dans les rapprochements entre entreprise de même secteur.Lorsque l'Etat vient s'en méler cela devient le bordel
a écrit le 10/07/2012 à 8:49 :
faut arreter de faire l'autruche sur nos constructeurs ,la realité est la nous ne sommes pas des pigeons les acheteurs se tournent de plus en plus vers des marques etrangeres
a écrit le 10/07/2012 à 6:56 :
Il est bien évident que la surmédiatisation à propos de PSA, qui plus est lorsqu'elle est alimentée par de fausses informations fragilise et dessert l'image du groupe et l'avenir de ses salariés. En effet la chose à une incidence directe sur la valeur du titre et sur la capacité de PSA à se financer sur les marchés; mais aussi plus directement sur la défiance des clients qui s'interrogent sur les risques d'acquisition d'un produit PSA dans ses conditions (qualité de fabrication, SAV, valeur résiduelle). Sur ce dernier point, les professionnels (leasers) qui proposent des contrats de LLD, ont tendance à concrétiser la prise de risque par une décote sur la valeur résiduelle des produits, ce qui a pour effet de relever le TCO et en conséquence la compétitivité du loyer proposé pour un produit PSA face à la concurrence (allemande en particulier).
Mr Verdevoye, ayez conscience de votre grande responsabilité vis à vis des intérêts du groupe de ses salariés et plus généralement de la politique industrielle française.
a écrit le 09/07/2012 à 20:15 :
"Le bavarois propose aux salariés de PSA travaillant dans cette entreprise de rester sous contrat BMW"....

Vous devriez vous renseigner avant d'écrire ce genre de choses car rien à voir ! Aucun contrat BMW n'est ou ne sera proposé ! BPCE est une société à part entière (BPCE GmbH).
Réponse de le 10/07/2012 à 14:07 :
BPCE peut disparaître ou non. Cependant ses employés sont des internes BMW (qui eux rentreront gentiment à la maison BMW via un ticket retour inscrit dans leur contrat), des externes qui eux seront remis aux mains de leurs entreprises de consulting puis d'autres dont les francais expatriés qui ne seront ni repris par BMW (car pas les mêmes contrats que les internes BMW ayant rejoint l'aventure BPCE) ni par PSA car ils auront perdu la possibilité de rentrer à PSA lorsqu'ils auront fait le choix de rester à Munich chez BPCE GmbH. Bref c'est un casse-tête chinois ! Ah oui tiens la Chine....pourquoi pas :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :