L'accord pour la prise de contrôle par Renault-Nissan du russe Avtovaz scellé mercredi

 |   |  530  mots
Copyright Avtpvaz
Copyright Avtpvaz
Mercredi 12 décembre au matin, Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan, doit sceller à Moscou la nouvelle alliance avec le premier constructeur auto russe Avtovaz. L'accord final permettra à Renault-Nissan de prendre le contrôle du fabricant des Lada.

C'est mercredi 12 décembre au matin que Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan, Serguei Chemezov, directeur général de Russian Technologies et Igor Komarov, PDG d'Avtovaz, doivent sceller à Moscou la nouvelle alliance avec le premier constructeur auto russe. L'accord final permettra à Renault-Nissan de prendre le contrôle du russe Avtovaz (Lada). Le français et son partenaire japonais avaient signé début mai un protocole d'accord pour la création d'une coentreprise avec la société publique russe Russian Technologies, qui détient actuellement 36% d'Avtovaz. Ce protocole prévoit que Renault et Nissan investissent par étapes 750 millions de dollars (600 millions d'euros) pour obtenir 67,13% de cette coentreprise, laquelle détiendra à son tour 74,5% d'Avtovaz. Le constructeur français avait déboursé en février 2008 un milliard de dollars (750 millions d'euros) pour acquérir 25% plus une action du premier groupe auto russe. Renault apportera 300 millions de dollars supplémentaires, tandis que Nissan, qui n'était pas actionnaire jusqu'ici, paiera 450 millions.

Ventes en croissance

Si ses ventes n'arrêtent pas de dégringoler en Europe et notamment en France, Renault progresse fortement... en Russie ces derniers temps, avec une hausse de 17% en novembre. C'est la plus forte progression des ventes de tous les grands constructeurs présents sur place. Sur onze mois, Renault a même crû de 23% à 172.601 unités, alors que le marché progressait dans le même temps de 12%. Renault double ainsi le... coréen Kia d'une trentaine de véhicules. C'est donc la première marque étrangère en Russie. Renault produit des Duster, Logan et Sandero à Moscou où il vient d'accroître les capacités.

Usine géante de Togliatti

Mais cette croissance par lui-même ne suffisait pas au groupe tricolore. A travers notamment le nouvel accord signé mercredi, Avtovaz ( Lada) sera intégré à l'ensemble Renault-Nissan. Avtovaz, dont les ventes ont crû en Russie de 7% en novembre mais baissé de 8% sur onze mois à 494.271 unités, a déjà inauguré en début d'année une nouvelle ligne de production sur son site de Togliatti (à un millier de kilomètres au sud-est de Moscou, le long de la Volga) pour produire des véhicules sur base de Logan. Cette ligne fabriquera des modèles pour Avtovaz mais démarre aussi actuellement la fabrication d'un véhicule sur cette même plate-forme de Logan pour Nissan. L'an prochain, elle doit aussi fabriquer un modèle pour Renault.

Gamme renouvelée

Fleuron de l'époque soviétique, bâtie dans les années soixante avec l'aide des ingénieurs de Fiat pour produire la Fiat 124 de 1966 -dont la production a été stoppée en début d'année 2012!-, l'usine géante de Togliatti emploie encore quelques 70.000 personnes et vise une production de presque un million d'unités vers... 2017. Longtemps constituée de modèles archaîques et peu fiables mais pas chers, la gamme se renouvelle progressivement, avec l'aide des techniciens et ingénieurs de Renault. La firme va même exporter vers l'Europe de l'ouest l'an prochain son dernier-né, la berline Granta. Avotovaz devient une pièce maîtresse dans le déploiement intercontinental de Renault, qui inclut le roumain Dacia et le coréen Renault Samsung Motors.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2012 à 16:13 :
Ce sera la fin du monde !
a écrit le 11/12/2012 à 16:10 :
espérons que ce château de cartes ne va pas s'écrouler. Et que Poutine va laisser Renault en paix. Il y a malheureusement des précédents inquiétants sur le comportement des administrations russes qui n'aiment guère les sociétés étrangères...
Réponse de le 11/12/2012 à 16:54 :
L'article précise que Fiat a été présent de 1966 à 2012 et d'autres constructeurs sont également présents sur place.
Réponse de le 11/12/2012 à 19:29 :
@Devin: la France aurait donc le droit de préserver son marché, mais pas la Russie :-)
Réponse de le 11/12/2012 à 23:18 :
@ Devin. Soyez tranquille pour le Renault. Les rares conflits du pouvoir russe avec les sociétés étrangères sont bien plus complexes qu'il peut vous sembler. La majorité de grandes boites étrangères n'ont pas de problème avec les autorités en Russie.
a écrit le 11/12/2012 à 16:10 :
Quel dommage que la famille Peugeot n'est pas compris l'intérêt de se marier avec un gros, quitte à perdre le contrôle ... les voitures Peugeot et Citroën donnent de mon point de vue tellement plus envie qu'une Renault .... Mais ils ont choisi d'être des nains et je crains que PSA (et la famille Peugeot) ai à payer une très lourde facture à la fin de la partie .......
Réponse de le 12/12/2012 à 0:40 :
Une twingo n'a rien à envier à une 107/c1 une clio rien à une c3/208 une mégane rien à une 308 un scenic rien à une 5008 ou picasso... Les coupé megane et laguna sont très réussis et franchement je pense que ce sui arrive va remettre les pendule à l'heure pour le reste... Quant à la stratégie renault est conqu"rant PSA se fait racheter... Tout est dit comme vous dites !... Hélas pour PSA qui traverse une mauvaise passe actuellement. Renault par le biais de Nissan vend 1.2 million de véhicules en Chine/an et 1 million aux USA.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :