Renault-PSA : la compétitivité des usines... ou la mort

Les usines françaises de Renault et PSA sont en danger. Spécialistes des véhicules petits ou compacts, les constructeurs français affrontent des coûts élevés, et l'argument du "made in France" ne suffit souvent pas à convaincre les clients. D'où la chute progressive des ventes en Europe et de la production dans l'Hexagone. Une dégringolade inexorable?

5 mn

Renault Clio IV à Flins. Copyright Renault
Renault Clio IV à Flins. Copyright Renault

Sur fond de tensions et de débrayages, Renault et PSA Peugeot Citroën ont un rendez-vous crucial, qui s'annonce houleux avec les syndicats ce mardi. Renault veut négocier un accord de compétitivité à l'image de celui qu'il a signé en Espagne en fin d'année dernière. PSA discute d'un plan de sauvegarde de l'emploi et de la fermeture du site d'Aulnay, avant d'entamer également, mais plus tard, des négociations pour une meilleure compétitivité. Ces accords, notamment de flexibilité, que Volkswagen ou Daimler ont passés naguère avec les syndicats en contrepartie de la sauvegarde des emplois outre-Rhin, les constructeurs français en pleine crise ne peuvent y échapper. N'en déplaise à certains syndicats, il ne s'agit pas du dernier "diktat" patronal, mais d'une condition sine qua non de la survie d'une industrie automobile française en crise profonde...

Prix, facteur-clé pour les modèles petits et compacts

Les très faibles marges opérationnelles réalisées par Renault et PSA les années où ils gagnent de l'argent (5,2% pour Renault en 2004), par rapport à celles des constructeurs allemands (11,5% pour BMW ou Audi), japonais ou coréens, prouvent la faiblesse intrinsèque de la structure de coûts des constructeurs français. Leur paradoxe est connu: Renault comme PSA se sont spécialisés progressivement, de facto, dans les voitures petites ou compactes. Une spécialisation dictée notamment par la discrimination fiscale à l'encontre du haut de gamme pratiquée traditionnellement par les pouvoirs publics français, qui a tué en partie les "gros" modèles des deux groupes tricolores. Or, dans les petites voitures et les compactes, un créneau archi-concurrentiel, le facteur prix est déterminant dans l'acte d'achat.

Le hic: selon le directeur général délégué de Renault Carlos Tavares, il y a une différence de 1.300 euros entre une Clio IV produite en Turquie et son homologue assemblée à Flins! Même si certains experts jugent ce chiffre un peu exagéré, l'écart n'en existe pas moins. Chez PSA, sans avancer de chiffre, on affirme également qu'une voiture fabriquée à Trnava en Slovaquie est nettement mois chère à assembler que son homologue "made in France". Philippe Varin, président de PSA, affirmait récemment que le coût salarial horaire, s'il atteint 35 euros en France ou en Allemagne, ne dépasse pas 22 euros en Espagne, voire 10 euros en Slovaquie ou République tchèque.

Nissan fabrique autant en une seule usine que Renault en France

Les usines françaises, comme la production italienne de Fiat d'ailleurs, se retrouvent confrontées au dilemme de devoir produire cher des véhicules qui doivent être vendus (relativement) bon marché, l'image et la structuration des gammes de PSA mais surtout de Renault ne permettant pas de faire accepter par le client le moindre surcoût pour cause de "made in France", surtout hors de l'Hexagone... mais aussi à l'intérieur. Une Peugeot 308 tricolore doit par exemple affronter en Europe des Hyundai produites en République tchèque ou des Kia montées en Slovaquie avec des composants coréens... Marché ouvert oblige. Certes, Citroën tente de monter en gamme avec sa ligne DS pour pouvoir vendre plus cher. Mais, l'opération n'est pas encore vraiment rentable selon les observateurs. Certes, les prix de vente des DS sont plus élevés, mais la diversification des modèles a aussi un coût industriel!

II s'agit pour Renault et PSA, non évidemment de baisser les coûts salariaux horaires, mais d'améliorer le temps d'utilisation de l'outil industriel. La direction de Renault propose notamment  la refonte des comptes épargne-temps. En cas d'accord, il n'y aura ni fermeture de site ni licenciement, assure l'ex-Régie, qui promet la mise en fabrication dans l'Hexagone de modèles de ses partanaires, en l'occurrence Nissan, trop à l'étroit dans son usine britannique de Sunderland, considérée comme la plus compétitive d'Europe. Sunderland produit annuellement plus de 500.000 véhicules avec 6.000 salariés, soit autant que toute la production des usines de Renault en France!

Baisse de la production dans l'Hexagone

La question des coûts est lancinante. N'oublions pas que la situation financière périlleuse d'un PSA est due... en partie à sa trop grande localisation en France, où sont encore assemblés 35% de ses modèles, contre 17,5% pour Renault, selon les chiffres du troisième trimestre 2012 du CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles). La très grande majorité des organes mécaniques de PSA est en outre fabriquée dans l'Hexagone. Certes, on arguera que Toyota produit bien des petites Yaris en France, mais les moteurs diesel et boîtes de vitesses de la citadine nippone viennent de Pologne, les moteurs à essence de Grande-Bretagne. Et le site de Valenciennes lui-même est une usine moderne avec du personnel jeune. D'où une prime à la compétitivité, par rapport aux vieux sites historiques de PSA ou de Renault. L'usine Renault de Flins est ainsi née en... 1952. Après avoir connu un pic dans les années 1970-1980, elle gère depuis sa lente décroissance, employant aujourd'hui 3.000 salariés pour un potentiel de 125.000 véhicules par an (en une équipe et demie), contre 22.000 pour 400.000 unités annuelles à la fin des années 1970.

Dans ce contexte, la production de Renault et PSA en France aura dégringolé, sur les neuf premiers mois de 2012, de 18,2% chez Renault, de 11% chez PSA. La production auto en France de Renault et PSA pris ensemble a globalement été divisée par deux... par rapport à 2005! Ces chiffres sont d'autant plus mauvais que les constructeurs allemands, qui jouissent d'une meilleure flexibilité dans les usines mais aussi et surtout d'une image leur permettant de faire absorber le surcoût du "made in Germany" par le client, ont diminué de 2,8% seulement leur production outre-Rhin (voitures particulières seule,  sur onze mois). L'Allemagne produit aujourd'hui presque 3,5 fois plus de véhicules que la France. Du coup, entre mai 2012 et mi-2014, 11.214 suppressions de postes sont envisagées chez PSA, dont les près de 3.000 salariés de l'usine d'Aulnay et 1.400 personnes à Rennes. La direction du groupe au losange veut, elle, 8.260 suppressions de postes d'ici à 2016, essentiellement via des départs naturels non remplacés. Triste bilan.

 

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 62
à écrit le 30/01/2013 à 11:35
Signaler
Tout le monde le sait: la croissance ne reviendra pas. En conséquence les dividendes et les créances obligataires doivent être garantis ( accord compétitivité, MES, LTRO, OMT etc) le reste ( salaires, retraites, budgets sociaux) deviennent des varia...

à écrit le 29/01/2013 à 22:46
Signaler
Mieux vaut quelques emplois sacrifiés que la disparition totale de l'entreprise. Voila encore une vision bien française de l'économie. L'impact serait bien plus grands en mettant en faillite des groupes que de licencier quelques milliers de personnes...

à écrit le 29/01/2013 à 21:22
Signaler
L'accord général sur l'emploi vient d'être signé par les partenaires sociaux avec la bénédiction du gouvernement. L'accord est mis en pratique chez Peugeot et Renault. Et voilà, la CGT ne veut rien entendre. Q'attend le gouvernement pour légiférer su...

à écrit le 29/01/2013 à 17:13
Signaler
Ouaich... Je ne résiste néanmoins pas à faire remarquer que les constructeurs français, devenus assembleurs, ONT fait de TRES bons produits il n'y a encore pas si longtemps. Et notamment une voiture que j'ai gardé 20 ans par nostalgie de son accéléra...

à écrit le 29/01/2013 à 16:44
Signaler
La chute des ventes montre aussi notre problème de société : faiblesse du niveau de vie et fort chômage. TVA et taxes tous azimuts? Le droit au travail n?est pas appliqué et toujours les jeunes comme victime d?un système qui rejette le progrès. C?est...

à écrit le 29/01/2013 à 15:54
Signaler
Ce qui est extraordinaire, c'est la passivité des concessionnaires béni oui oui ... ils vendent moins, ils sont certainement très riches puisqu'ils auraient le pouvoir de réclammer lé démission de Ghosn avec ses équipes de bons à rien et idem pour Pe...

le 29/01/2013 à 20:08
Signaler
renault comme peugeot sont des sociétés privées avec un conseil d'aministration. si vous voulez la démission de ghosn, c'est simple, devenez actionnaire et vous aurez le droit de vote

à écrit le 29/01/2013 à 14:55
Signaler
Où va nous mener le dumping social? Réponse dans les livres d'histoire sur l'entre-deux guerres....

à écrit le 29/01/2013 à 14:30
Signaler
Pour les allemands leur hégémonie risque de très rapidement s'effondrer .Pourquoi? parce que les japonais durant les 10 dernières années ont vu leur yen considérablement surévalué et de ce fait leur compétitivité réduite.Depuis 1 mois cela vient de c...

le 30/01/2013 à 0:59
Signaler
La baisse du yen au niveau actuel ne le remet pas au niveau de l'avant crise 2008-2009. Commentaire errone. Il est revenu juste au niveau de debut 2011. Par ailleurs la devaluation a ses limites car le Japon enchaine sa deuxieme annee de deficit comm...

à écrit le 29/01/2013 à 13:48
Signaler
juste le nom fait réfléchir . mercedes audi et porsche symboles de la stature du patron au top qui a réussi , se vérifie toujours car le fossé est énorme chez ces fabricants . prix ! design ! options ! showroom ! etc tout est fait pour mettre une ba...

le 10/02/2013 à 15:32
Signaler
votre commentaire est d'autre temps, mon vieux ! L'appellation gtl n'existe plus chez Renault depuis la fin des années 80 ! Renseignez-vous avant de raconter n'importe quoi ! Renault est au même niveau de qualité, voire meilleur, que les allemandes ...

à écrit le 29/01/2013 à 13:17
Signaler
- Les clients veulent avant tout des voitures pas chères et se plaignent des conséquences que cela engendre sur les délocalisations et lieux de fabrication. - Les constructeurs veulent mois de taxes, moins d'état et réclament des aides en permanence....

le 29/01/2013 à 13:38
Signaler
Grossière erreur ! L automobile reste pour beaucoup autre chose qu un prix, sauf pour quelques fonctionnaires sans moyens, d ou le message de JPG. C est le marketing de RENAULT et PSA qui s est planté

le 29/01/2013 à 14:04
Signaler
Pour le prémium, les véhicules de luxe ou certaines sportives je ne dis pas, mais pour le milieu de gamme et surtout les citadines le prix est l'élément déterminant (sinon pourquoi les constructeurs généralistes se livreraient une guerre des prix qua...

le 29/01/2013 à 14:05
Signaler
leseul remède pour PSA et RENAULT, c'est de foutre hors de nuire tous les cadres dirigeants de ces 2 groupes ... les équipes des frêres Peugeot et de Goshn sont des incapables patents, c'est d'une telle éVIDENCE ! comment l'Etat qui soutient ces 2 gr...

le 29/01/2013 à 20:10
Signaler
c'est très simple, devenez actionnaire et voter. et si vous n'êtes pas actionnaire renault ou peugeot, vous n'avez rien à dire

à écrit le 29/01/2013 à 12:38
Signaler
On a cru tuer le rêve à coups de radars de délires écologiques et d hystérie de sécurité routière et voila où nous en sommes. On rêve en allemand

le 29/01/2013 à 17:20
Signaler
Cela va vous paraître bizarre, mais le respect des limites de vitesse n'empêche absolument pas la conduite sportive qui procure un énorme plaisir. Sauf à être Parisien, peut-être... Quittez Paris, dans ce cas.

à écrit le 29/01/2013 à 12:28
Signaler
les constructeur francais ont des problèmes qui n'ont rien a voir avec la compétivité, les causes sont technique comme la voiture electrique ( sa ne marchera jamais), elle sont aussi sur les gammes il n'y a pas par exemple de vrai 4x4 Francais, ceux ...

le 29/01/2013 à 12:56
Signaler
une 508 est invendable alors que l'Audi A4 est vendue demain. et les débordements chez PSA ne délivre pas une image géniale.

le 29/01/2013 à 16:55
Signaler
Ah non pas le lendemain, la 508 a fait un bond en avant énorme par rapport à l'A4 qui reste basique. Il ne faut pas oublié qu'une A4 est une plate forme de jetta, une passat une A5. La 508 elle aurait le meilleur train de la catégorie. Franchouill...

le 29/01/2013 à 17:17
Signaler
"julien" vous êtes mal informé ou vous est un vendeur de bistrot, OU sont les boites double embrayage et les systèmes quattro chez peugeot 508 ou pas ? pour les moteurs 4 cylindres les moteurs 5 cylindres, les moteurs V6 et les moteurs V8 avec des cy...

le 29/01/2013 à 17:58
Signaler
A Bertrand

le 29/01/2013 à 20:11
Signaler
8 ans de retard ??? je vous conseille de regarder les derniers DCI de chez renault. Daimler va même s'en équiper

le 30/01/2013 à 9:37
Signaler
Mais vous m'avez pas répondu sur le train roulant, et la plate forme. On va reprendre, sur les moteurs la mini de base est équipé du 1.6 HDI, la classe A de base du 1.5 DCI. Il faut sans rappeler à bistrotier que les petites françaises on de très bo...

à écrit le 29/01/2013 à 12:21
Signaler
Je suis surpris que les coûts de main-d??uvre restent l'argument principal du manque de compétitivité. Le temps d'assemblage d'un véhicule est d'environ 12h soit un surcout de MO de 300 VS la Slovaquie, je doute que le montage des sous-ensembles génè...

le 29/01/2013 à 12:58
Signaler
parce que les voitures françaises ne valent rien en terme de qualité et je le vois tous les jours

le 29/01/2013 à 14:55
Signaler
Le coût de la main-d'oeuvre, ce n'est pas que l'assemblage... C'est aussi la main-d'oeuvre de la bureaucratie d'entreprise et celle des fournisseurs. Mais une des causes des pertes actuelles, c'est la faiblesse des volumes par rapport aux coûts fixes...

le 29/01/2013 à 14:59
Signaler
vous voyez mal, regarder les dernières enquêtes sur la fiabilité, renault est dans le top 3

le 29/01/2013 à 16:43
Signaler
@FatCat : un assemblage en France fait généralement / normalement appel à plus de sous-traitants également implantés en France, donc ça renchérit également le coût des pièces provenant des fournisseurs. Après comme le dit Didier, j'imagine que l'écar...

le 29/01/2013 à 17:28
Signaler
En effet, FatCat, l'argument est fallacieux. Concernant la qualité, les Françaises ne sont pas mauvaises. En gros. Juste pour vous signaler que j'ai la routière la plus haut de gamme de chez Renault et ... que la sellerie n'est franchement pas au top...

le 29/01/2013 à 20:06
Signaler
alors c'est simple, différence entre une clio fabriquée en france et une clio fabriquée en turquie: surcoût de 1500 euros pour la france avec inclu dans les 1500 euros: 400 euros de mains d'oeuvres et 1100 euros de taxe et impots.

à écrit le 29/01/2013 à 12:19
Signaler
voilà où on en arrive avec les 35h ( et même moins ...) payées 39,et des années de "coup de pouce" du smic au dessus de l'inflation . Et un de nos grands énarques à qui , à plus de 80 ans , on demande d'analyser le futur, préconise de baisser la sem...

le 29/01/2013 à 12:29
Signaler
En ce moment, il y a pas grand intéret a travailler 39h au lieu de 35h, puisqu'il n'y a pas de commandes, et les salaires ne bougent plus depuis des années. Le coup de pouce au smic ne suit que l'inflation, pas plus. Le probleme n'est plus de faire 3...

le 29/01/2013 à 12:32
Signaler
Ce n'est pas de productivité dont ont besoin nos usines mais de compétitivité. La productivité dans un marché saturé n'a aucun sens, produire plus pour ne pas vendre??Waouh bonjour le BFR vous allez crouler sous votre stock de produits finis qui fini...

le 29/01/2013 à 13:20
Signaler
@ tous: la productivité n'est qu'une des très nombreuses composantes plus ou moins importante de la compétitivité. La question fondamentale de la compétitivité, c'est de savoir QUOI faire dans l'avenir - actions efficaces- et secondairement (mais imp...

le 29/01/2013 à 15:00
Signaler
Je suis pour une fois d'accord avec vous. La question est de ce savoir comment on se positionne, entre innovation, haut de gamme ou moyenne gamme, etc etc. On sait que sur le cout du travail, on ne peut rivaliser avec les pays moins développés, on sa...

le 29/01/2013 à 16:45
Signaler
pas d'accord les 35 heures ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Le BFR comme vous dites certes tient compte des stocks mais également des Frs donc si on produit en 39 heures plus qu'en 35 heures, il y a évidemment un gain non de produ...

à écrit le 29/01/2013 à 12:14
Signaler
Les syndicats politiques, auront tués l' industrie automobile française par leurs rigidités,et leur idéologie d' un autre âge avec l' appui de gouvernements incultes aux lois du commerce. Trop de taxes ont portés le coup de grâce. Il y aura 60 000 l...

à écrit le 29/01/2013 à 12:09
Signaler
Et l'Euro dans tout ça ? Depuis dix ans, la monnaie allemande aurait du se renforcer face à la nôtre, puisque leurs performances étaient meilleures que les nôtres. C'est logique en économie ouverte, puisque les fluctuations monétaires sont la respira...

le 29/01/2013 à 13:18
Signaler
Merci à Eurk pour cette pertinente analyse qui remonte un peu le niveau du débat. Le problème c'est clairement l'euro (et l'UE). Une même monnaie pour des pays à la compétivité différente ne peut qu'éclater (comme toutes les monnaies supranationales ...

le 29/01/2013 à 15:02
Signaler
je suis prêt à vous croire mais pourquoi de grands économiste nous ont forcé à passer à l'euros ??? il y avait bien un intêret pour certains ??

le 29/01/2013 à 15:32
Signaler
Les grands économistes ? Regardez bien, ce sont toujours les mêmes (une trentaine)qu'on présente dans les émissions TV sous leur "étiquette" d'expert ou d'universitaire mais jamais sous leur étiquette d'administrateur de telle ou telle grande société...

le 29/01/2013 à 16:09
Signaler
A eurk , très bien la comparaison avec le pantalon. Concernant l avis des soit disant grand economiste , je vous signale que les très grands économistes ont signales que la zone euro, n était pas une zone monetaire optimale car trop divergeant. On a...

le 29/01/2013 à 16:35
Signaler
Je ne partage que partiellement votre point de vue. Les grands économistes qui dès le départ disaient que ca ne marcherait pas n'avaient pas droit aux médias. Les "pseudo" grands économistes (cohen, attali, tavares, , st etienne, dessertine...) à la ...

à écrit le 29/01/2013 à 11:58
Signaler
Renault, Peugeot, mais aussi la majorité des industries en France souffrent d'une productivité qui n'a pas pas suffisamment progressé pour absorber les différences de coût de main d'oeuvre vis à vis d'autres pays producteurs. Si la productivité ne s'...

le 29/01/2013 à 12:17
Signaler
la CGT , les juges il faut pas s'inquieter ils finirront par avoir la peau des usines de Renault et PSA tout le monde a compris la lutte des classes on en est la ..................... le desastre pointe a l'horizon ...............attendons quelques ...

à écrit le 29/01/2013 à 11:50
Signaler
Que Renault et PSA garantissent leurs véhicules 5/7 ans, et le 'surcoût' des voitures Made in France sera accepté par le consommateur. Etonnant qu'une offre pareille, si simple à appliquer, ne soit pas mise en oeuvre pour un décollage immédiat des ve...

le 29/01/2013 à 12:21
Signaler
+1 ! Cela fait des mois que je dis que la garantie de 7 ans c'est la solution pour vendre des voitures !

le 29/01/2013 à 13:08
Signaler
C'est déjà fait. La dernière Clio est garantie 5 ans. Les autres produits de la marque devraient suivre très rapidement.

le 29/01/2013 à 13:34
Signaler
@ Frederico2: Renault fait payer très cher sa garantie de 5 ans au client: 1000 euros de plus pour la Clio 4 entrée de gamme par rapport à la concurrence (Peugeot, Ford) ! Ce n'est pas le cas de KIA avec sa garantie de 7 ans qui n'a aucun surcoût pou...

le 29/01/2013 à 14:48
Signaler
vous rigolé, Kia avout lui même que la garantie 7 ans lui coute très cher. elle est impactée sur le prix du produit mais elle n'est pas dite aux clients, c'est tout. et en plus comme ils sont très mal placé dans l'enquête ADAC, ca doit leur coute...

le 29/01/2013 à 14:58
Signaler
Je possède une Ceed SW CRDI 115 Exécutive acheté neuf en Mai 2009. Jusqu'à présent moyennement content du véhicule, les révisions sont plutôt onéreuses. Je me disais qu'il fallait compenser la garantie de 7 ans ou 150000km. Or il a été décelé à ...

le 29/01/2013 à 16:18
Signaler
La Clio est garantie 5 ans sans aucun surcoût. Je vous invite à aller voir le site de Renault.

à écrit le 29/01/2013 à 11:47
Signaler
"Une Peugeot 308 tricolore doit par exemple affronter en Europe des Hyundai produites en République tchèque ou des Kia montées en Slovaquie avec des composants coréens..." et "les constructeurs allemands, qui jouissent d'une meilleure flexibilité dan...

le 29/01/2013 à 16:29
Signaler
Pourquoi toujours parler d'image ? Je roule dans une voiture française très correcte, pas dans une image.

à écrit le 29/01/2013 à 11:29
Signaler
" la cour d'appel de Paris aurait suspendu le plan de restructuration chez PSA, qui prévoit 8000 suppressions de postes ". c'est ce qui s?appelle le coup de grâce, c'est a dire le dernier coup pour s'assurer que le mort est bien mort. merci la cgt, ...

à écrit le 29/01/2013 à 11:26
Signaler
C'est indéniable, un des plus grands soucis de PSA, c'est qu'il assemble encore 35 % des voitures en France. Renault a sagement (en partie fortement subit sous la contrainte du marché) réduit ce taux à 17.5%. Mais, en réalité, le groupe Renault en en...

le 29/01/2013 à 11:47
Signaler
C'est Schweitzer, le prédécesseur de Ghosn qui a scellé l'alliance avec Nissan.

le 29/01/2013 à 12:04
Signaler
Bon,ok alors bravo à Louis Schweitzer

le 23/03/2013 à 18:24
Signaler
ce type etait un genie ou un sacre veinard ou un visionnaire en tous les cas exeptionnel

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.