Renault et PSA : pour les négociations sociales, repassez demain !

L'usine PSA d'Aulnay a été rouverte ce lundi, mais la CGT reprend la grève. Des discussions cruciales avec les syndicats ont lieu mardi. Renault négocie pour sa part un plan de compétitivité.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

PSA Peugeot Citroën et Renault reprennent mardi les négociations avec les syndicats. PSA négocie un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) ainsi que la fermeture d'Aulnay-sous-Bois, où, après 10 jours d'arrêt et une grève violente et minoritaire sur fond de dégradations, les ateliers ont rouvert lundi dans la crispation, la direction ayant appelé plus de 200 cadres d'autres sites en renfort... Mais la production, sitôt relancée, a de nouveau été bloquée. A l'initiative de la grève, qui a paralysé l'usine du 16 au 18 janvier avant la décision de la direction de suspendre la production la semaine dernière, la CGT a appelé à une reconduction du mouvement. La direction décompte du coup ce lundi 180 grévistes et la CGT 400, sur les 2.800 salariés de l'usine qui doit fermer en 2014.

11.214 postes à supprimer

Entre mai 2012 et mi-2014, 11.214 suppressions de postes sont envisagées chez le constructeur français, dont les salariés de l'usine d'Aulnay et 1.400 personnes à Rennes. Pour ces deux sites, un PSE est prévu, avec une phase de volontariat pour les départs ouverte jusqu'au 31 décembre. Le plan de restructuration a déjà reçu un avis défavorable de quatre organisations syndicales, dont la signature pour le volet social est loin d'être acquise.

Plan de compétitivité chez Renault

De son côté, Renault reprend ses discussions avec les syndicats sur un plan de compétitivité. Un appel à des débrayages sur les sites de production a été lancé pour mardi, en marge des négociations, pour dénoncer les propositions de la direction et son "chantage" aux fermetures de sites. La direction du groupe au losange propose le gel des salaires en 2013, la refonte des comptes épargne-temps, 8.260 suppressions de postes d'ici à 2016, essentiellement via des départs naturels non remplacés. En cas d'accord, il n'y aura ni fermeture de site ni licenciement, assure la direction, qui promet la mise en fabrication de modèles de ses partanaires dans l'Hexagone, en l'occurrence Nissan.

Accord en Espagne

Jusqu'à présent, le gouvernement s'était montré plutôt bien disposé avec Renault, dont l'Etat est actionnaire à hauteur de 15%. Le gouvernement est toutefois monté au créneau en fin de semaine dernière pour réaffirmer son opposition à tout "chantage" chez Renault. Les syndicats affirment en effet que la direction du groupe automobile menace de fermer deux usines en cas d'échec, ce que le groupe a démenti. Renault avait signé, à l'automne dernier, un accord de compétitivité en Espagne, avec à la clé des hausses de production et la mise en fabrication du nouveau (faux) 4x4 Captur.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 29/01/2013 à 11:13
Signaler
Là où la cgt passe, les entreprises trépassent !

à écrit le 29/01/2013 à 9:45
Signaler
Très bonne émission C dans l'air hier soir sur les constructeurs automobiles français ! Le reportage sur les grévistes d'Aulnay faisait peur à voir: locaux taggés, équipements détruits, voitures défoncées, grévistes qui se baladent dans l'usine en me...

le 29/01/2013 à 10:05
Signaler
est ce que dans le reportage ils parlaient de la position désastreuse de Kia dans l'enquête ADAC. je ne pense pas. et aussi de la baisse du chiffre d'affaire de kia au dernier trimestre 2012, encore moins.

le 29/01/2013 à 10:12
Signaler
vous avez vraiment la mémoire sélective http://m.lesechos.fr/automobile/hyundai-et-kia-en-greve-pour-la-premiere-fois-depuis-trois-ans-0202171577816.htm 31 000 employé ont voté pour l'arrêt du travail. et aprés le lou_patate viendra faire d...

le 29/01/2013 à 10:32
Signaler
monsieur lou_papet oubli de nous parler de la grêve qui touche kia, 36000 ouvriers ont voté OUI pour cesser le travail. Ils réclament des hausses de salaires et de meilleurs conditions de travail. A savoir, ils sont actuellement à 10h00 de travail ...

à écrit le 29/01/2013 à 9:18
Signaler
fermeture d usines ineluctable ouvrez les yeux et vos oreilles salariés de renault ,rappeller vous les arguments d un dirigeant de renault qui disait faire 1300e de benefice sur une clio4 fabriqué en turquie par rapport a celle fabriquer a flins (yve...

à écrit le 29/01/2013 à 8:51
Signaler
Les plus grands fautifs dans la situation actuel de l'automobile Francaise c'est la direction et surtout dans le cas de psa qui depuis des années est complétement autiste replié sur elle même étant sur de faire les meilleurs voitures du monde mais n'...

à écrit le 29/01/2013 à 8:44
Signaler
Les salariés de Renault n'ont aucun soucis à se faire car renault va assurer une partie de la production de nissan si si c'est montebourg qui l'a dit, il avait aussi dit que pétroplus serait sauvé par des fonds lybiens, c'est le même qui ne sait pas ...

à écrit le 28/01/2013 à 17:38
Signaler
Ce n'est pas dans les 2 ans qui viennent qu'il sera bon d'acheter Peugeot Citroen ou Renault avec les grèves et blocage à répetition !!!! Les constructeurs étranger vont se frotter les mains une fois de plus . Merci au syndicats Français et au gouver...

à écrit le 28/01/2013 à 15:31
Signaler
dans toutes les usines en difficulté où la CGT se retrouve impliquée , celà se termine généralement par une fermeture , les usines finissent par fermer tôt ou tard, les négociations entre ce syndicat et les entrepeneurs allant généralement au clash ...

le 28/01/2013 à 15:53
Signaler
+1

à écrit le 28/01/2013 à 14:17
Signaler
pourquoi imposer des négociations avec un syndicats qui ne représente que 2 ou 3 % des salariés de l'industrie ??????

à écrit le 28/01/2013 à 13:29
Signaler
Les syndicats sont exemplaires dans la gestion des comptes des CE ! N'en déplaisent aux comptables n'est ce pas !!!! (des coups de pompes se perdent dans la gestion des CE... fraudes incroyables )

à écrit le 28/01/2013 à 13:29
Signaler
In Amenas, Aulnay...Les terroristes d'Al Qaïda et de la CGT prennent en otage des ouvriers des usines BP et PSA. L'armée algérienne a réagi et mis fin à la prise d'otages; que fait l'armée française?

à écrit le 28/01/2013 à 13:24
Signaler
Les gentils syndicats ... et les méchants patrons ! Bref comme d'hab !

à écrit le 28/01/2013 à 13:13
Signaler
Le premier travail dans ce pays est de liquider les syndicats saboteurs qui sont de véritables entraves à la compétitivité des entreprises Françaises. Ce n'est pas un hasard si la direction PSA veut fermer le site d'Aulnays figure du haut lieu de la ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.