Equipement auto : Plastic Omnium à l'assaut de la Chine

 |   |  517  mots
Laurent Burelle, PDG de Platsic Omnium Copyright
Le spécialiste de l'équipement automobile va ouvrir six usines en Chine cette année. Il y démarrera un tiers des 107 nouveaux programmes de véhicules prévus cette année.

Renault et PSA souffrent, mais les équipementiers automobiles français sont, eux, partout, à l'offensive. C'est notamment le cas du plasturgiste Plastic Omnium, qui a ainsi annoncé ce jeudi l'ouverture de sept nouvelles usines cette année, dont six en Chine. Le spécialiste des pièces de carrosserie et systèmes à carburant annonce 800 millions d'euros d'investissements industriels sur la période 2013-2016 pour parachever son implantation intercontinentale.  Le groupe familial - qui a accru son chiffre d'affaires de 14% l'an dernier à 4,8 milliards d'euros avec une marge opérationnelle en progression de 13% à 335 millions, soit 7% du volume de ventes - disposera fin 2013 de plus de cent usines dans le monde (pour la seule activité automobile).  Il démarrera "107 nouveaux programmes de véhicules en 2013, dont le tiers en Chine".

31% des ventes avec les Allemands

"Les deux-tiers du tissu industriel sont situés d'ores et déjà hors d'Europe de l'ouest", précise Laurent Burelle, PDG du groupe. Avec les commandes en cours, le dirigeant prévoit que, dans trois ans, l'Europe occidentale "représentera un tiers du chiffre d'affaires" seulement, contre 37% l'an dernier et 44% en 2010. Le groupe vise 13% du marché des faces avant de véhicules dans le monde en 2016, contre 10% aujourd'hui, et 26% de celui des réservoirs de carburant (21% en 2012).  Les constructeurs allemands absorbent déjà 31% de ses ventes, contre 25% pour les Américains, 22% pour les Français et 15% pour les Asiatiques.  Volkswagen est son premier client (15% du chiffre d'affaires), devant PSA (14%), GM (13%), BMW (10%), Renault (8%), Ford (7%), Hyundai-Kia (5%). "Nous fournissons ainsi 100% des pare-chocs de 4x4 BMW X produits aux Etats-Unis", précise Laurent Burelle. Une belle carte de visite. 

Année 2013 meilleure

Après une bonne anénée 2012, avec un profit net en hausse de 6% à 181 millions d'euros malgré 42 millions de dépréciation d'actifs et de coûts de restructuration notamment en Allemagne, Plastic Omnium table sur une "année 2013 meilleure en termes de chiffre d'affaires et de résultat". Et ce, malgré un début d'année médiocre à cause d'une "chute de 16% de la production automobile en France, qui du coup ne représentait plus que 10% de notre chiffre d'affaires". Le dirigeant reconnaît d'ailleurs que "nous sommes de nouveau en surcapacités en France. J'espère ne pas avoir à faire de plan de réduction des capacités, souligne-t-il. Le groupe emploie 5.000 personnes dans l'Hexagone, "le même nombre qu'il y a dix ans". Soit 25% des effectifs mondiaux.. "En France, 20% de nos salariés sont dans la recherche et le développement".  Le groupe construit notamment un nouveau centre technique à Compiègne (Oise) pour les systèmes à carburant.... mais aussi un centre de développement en Chine  pour les pièces de carrosserie.

Dette en baisse

La firme, dont les investissements industriels étaient en hausse de 14% l'an dernier à 261 millions, a réduit son endettement net de 81 millions à 390 millions l'an dernier. Celui-ci représente 41% des fonds propres, contre 64% en 2011. "Nous avons la même dette qu'en 2000, mais le chiffre d'affaires a été multiplié par trois dans le même temps". Il y a donc des groupes industriels français qui fonctionnent avec une technologie du meilleur niveau...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2013 à 11:05 :
Alors que dire encore? Rien, écrire peut-être, à l'heure ou l'on licencie par tombereaux, ce brillant groupe industriel ré-investit massivement en Chine. C'est super pour les chinois, super pour les profits de PO, beaucoup moins bien pour notre pays. Pourtant de la plasturgie à la fabrication du pneu des compétences connexes permettent de former et rendre rapidement opérationnels des agents de production. Cela pourrait faire l'objet de passerelles d'embauche qui utiliseraient ainsi au profit de tous, l'argent des ASSEDIC en vue de retrouver un travail en se formant. Combien coûte à la France, et à la solidarité nationale cette opération de PO? Voici s'il en était encore besoin, l'illustration de la privatisation ( certains diraient confiscation) des profits et de la collectivisation des pertes. Ne cherchez pas plus loin les causes de la dette souveraine, c'est la principale et ce n'est plus une dette, c'est de la spoliation
a écrit le 01/03/2013 à 6:54 :
jacky
petite méconnaissance de la situation , PO est dejà en Chine comme beaucoup d'autres équipementtier Français d'ailleurs , comme Valeo par exemple
mais il est vrai que nous Français avons tendance à minimiser et à ne pas reconnaitre no réussite
Réponse de le 01/03/2013 à 12:50 :
Rassurez-vous, je connais très bien la situation mais c'est une chose que d?être présent sur un marche et une autre que de se donner les moyens de le conquérir. PSA Peugeot Citroen est en Chine depuis 1984 et c'est seulement maintenant (après un échec certes) qu'il se donne les moyens de repartir a l'assaut du marche chinois. C'est ce manque de réactivité et d?agressivité commerciale, perceptible dans les BRICS notamment, que je dénonce et cela ne minimise en rien nos réussites.
a écrit le 01/03/2013 à 0:01 :
C'est excellent pour leur croissance future mais la question que je me pose est comment se fait-il que les groupes français "partent a l'assaut" de la Chine seulement maintenant alors que les allemands y battent de records a l'export depuis un moment??? C'est dommage qu'on soit toujours entrain de rattraper nos retards dans la plupart des marches émergents. Mais bon, better late than never, good luck guys!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :