Avtovaz, allié russe de Renault, quadruple ses profits

 |   |  403  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le premier constructeur automobile russe, dont Renault détient 25% du capital, annonce ce vendredi avoir plus que quadruplé son bénéfice net en 2012. L'Alliance Renault-NIssan va prendre progressivement le contrôle du fabricant des Lada.

Le premier constructeur automobile russe Avtovaz, dont Renault détient 25% du capital, annonce ce vendredi avoir plus que quadruplé son bénéfice net en 2012, malgré un recul de ses ventes en Russie. Le fabricant des Lada a enregistré l'an dernier un bénéfice net de 29,2 milliards de roubles (720 millions d'euros), contre seulement 6,7 milliards de roubles (165 millions d'euros) en 2011.  Son chiffre d'affaires a bondi de 8,5% à 190 milliards de roubles (4,7 milliards d'euros). Avtovaz avait enregistré une baisse de 7% de ses ventes en Russie l'an dernier, à 537.625 unités. Le constructeur écoule près de 90% de ses véhicules  dans son pays d'origine. Le marché russe, lui, a affiché une croissance de 11% l'an dernier à 2,9 millions d'unités.

Prise de contrôle

En décembre 2012, Carlos  Ghosn, PDG de Renault et de son allié japonais Nissan, Serguei Chemezov, directeur général de la société publique Russian Technologies qui détient actuellement 36% d'Avtovaz, ainsi que Igor Komarov, PDG d'Avtovaz, avaient scellé à Moscou un accord final permettant à Renault-Nissan de prendre le contrôle du russe. L'accord prévoit que l'Alliance Renault-Nissan apportera 600 millions d'euros, qui lui donneront 67,13% des parts de la co-entreprise d?ici la fin du premier semestre 2014. Cette dernière détiendra à son tour 74,5% du capital du constructeur. Renault devrait détenir 50,1% de la société-commune d?ici à juin 2014. Nissan, qui n?était pas auparavant actionnaire, vise une participation à hauteur de 17%. Renault avait déjà déboursé en février 2008 un milliard de dollars (750 millions d'euros) pour acquérir 25% plus une action du premier groupe auto russe.

Gamme renouvelée

Fleuron de l'époque soviétique, bâtie dans les années soixante avec l'aide des ingénieurs de Fiat pour produire la Fiat 124 de 1966 - dont la production a été stoppée en début d'année 2012 -, l'usine géante de Togliatti (à un millier de kilomètres au sud-est de Moscou) emploie encore quelques 70.000 personnes et vise une production de presque un million d'unités vers... 2017. Longtemps constituée de modèles archaîques et peu fiables mais pas chers, la gamme se renouvelle progressivement, avec l'aide des techniciens et ingénieurs de Renault. Grâce à une nouvelle ligne de production pour véhicules sur plate-forme de la Logan, Avotovaz fabrique aujour'hui des modèles pour Nissan et devrait bientôt en assembler pour le compte de Renault.  Avtovaz devient une pièce maîtresse dans le déploiement intercontinental de Renault.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2013 à 23:32 :
Bravo on va fabriquer des Renault en Russie. Ce PDG de Renault doit rendre des comptes mais suis-je bête à qui ? L'Etat éternue lui il se mouche. Continuons et dans peu de temps il n'y aura plus dans notre Pays aucun fabriquant de voiture mais là aussi que suis-je bête nous roulerons tous en vélo
Réponse de le 13/04/2013 à 2:41 :
je m interroge des fois sur le manque de patriotisme de nos chers lecteurs de la tribune qui critique a tort et travers renault et plus precisement le grand carlos ghos qui a redresse renault et qui l a rendu rentable ( a voir le debacle de peugoet on aura tout compris...)
juste une remarque il n y a qu en, france ou l on critique ghosn !
nul n est prophete en en son pays !!!
Réponse de le 13/04/2013 à 5:09 :
oui : les critiques à tort et travers sont légions, en général peu constructives, et souvent mal informées.
En l'occurence, Renault fabrique en Russie notamment car c'est un gros marché, en croissance, mais assez fermé (douanes). Mais Renault exporte peu depuis la Russie.
Et oui, on critique Ghosn en France, mais Renault n'est pas dans la situation de PSA, et commence à sortir de bons produits. Seulement un paquebot ça ne se change pas en 2 ans... Cela dit le vent semble commencer à tourner, mais il faut le temps que ça se sache.
Réponse de le 13/04/2013 à 9:26 :
On n'aime pas les créatifs ou encore les simplement bons gestionnaires en France. Heureusement notre pays à encore des forces vives et c'est heureux qui le font avancer.
a écrit le 12/04/2013 à 20:58 :
Et volilà que Avtovaz aspire à vil prix les technologies Renault ... financées par le CIR Crédit d'Impots Recherche des français d'en bas ... avec la bén&édiction des Enarques aveugles et ignards ...
Réponse de le 12/04/2013 à 22:44 :
Que proposes vous?
Ne pas fabriquer en russie?
Réponse de le 12/04/2013 à 23:41 :
@Aspiration: Ford est présent en Russie depuis déjà plusieurs décennies. Je ne pense donc pas que l'aspect technologique importe. Je crois au contraire que Renault est le grand gagnant dans un marché en expansion.
Réponse de le 13/04/2013 à 9:54 :
Le problème, c'est l'escroquerie organisée par Ghosn Pelatta Tavarez ... l'Etat français c'est à dire les contribuables français remboursent des crédits d'impôts recherches à Renault qui en fait cadeau ou retro cède à vil prix à Nissan Dacia Samsung et maintenant Avtovaz qui ne paient pas à Renault le juste prix des propriétés industrielles (intellectuelles) ? avec de faux prétextes .. ce qui se traduit par des abus de biens publiques et conduit à une évasion fiscale au nez et à la barbe des Parlementaires français naïfs et incompétents pour certains et purement complaisants traitres pour d?autres. GRAVISSIME cette façon de mettre la France sur la paille !!!
Réponse de le 13/04/2013 à 12:55 :
@ Aspiration, PayerLeJuste.. et felix: Je vous conseille d'étudier mieux le sujet. 1. Renault a compensé l'argent dépensé pour 25% d'Avtovaz presque de suite en lui vendant le platforme B0 (par exemple, Logan) pour une somme comparable. 2. Le platforme B0 n'est pas trop moderne, 3. Les voitures de Renault et Avtovaz sont vendues sur le marché local, 4. En Russie il faut produire localement à cause de taxes. 5. CIR ne compense pas toutes les dépenses de RetD, très loin de là.
Réponse de le 13/04/2013 à 14:07 :
De qui se moque l'Ex-Moscovite ? Il est inadmissible que les contribuables d'une France surendettée et que les français dans la misère et les ex salariés licenciés par Renault paient les frais de R&D pour produire hors de france ... cela s'appele du VOL pur et simple et les TOUS les dirigeants et cadres voyous de Renault devraient être traduits devant une Coure Martiale pour de tel faits de traitres contre les intérêts supérieurs de la Nation Française.
Réponse de le 13/04/2013 à 14:56 :
@ FrançaisDeToujours: Essayez de relire mon message, peut-être cela sera clair pour vous. Sinon, re-essayez encore. Le crédit-impot recherche compense une partie non-negligéable, mais bien minoritaire des frais R&D. En Russie il faut produire localement à cause de taxes de douane. Si Renault n'avait pas d'usine d'assemblage sur place, ses ventes seraient pas 200.000 voitures par an, mais 10.000. Et cela est bien pour Renault et pour la France parce que la plupart des pièces vient d'usines de Renault de l'Europe et de la France. Inversement, la décision de PSA ne pas produire Peugeot 301 et Citroen C-Elysée en Russie sur leur site à Kaluga et les importer de l'Espagne peut leur couter cher en terme de ventes.
Réponse de le 13/04/2013 à 15:09 :
@FrançaisDeToujours: Le crédit-impot recherche compense une partie non-negligéable, mais bien minoritaire des frais R&D. En Russie il faut produire localement à cause de taxes de douane. Si Renault n'avait pas d'usine d'assemblage sur place, ses ventes seraient pas 200.000 voitures par an, mais 10.000. Et cela est bien pour Renault et pour la France parce que la plupart des pièces vient d'usines de Renault de l'Europe et de la France. Inversement, la décision de PSA de ne pas produire Peugeot 301 et Citroen C-Elysée en Russie sur leur site à Kaluga et les importer de l'Espagne peut leur couter cher en terme de ventes.
Réponse de le 14/04/2013 à 4:42 :
laissez tomber : il y a un troll qui sévit régulièrement sur les sites, on le reconnait car il ne met pas d'espaces dans ces titres... Il dénonce mais n'argumente jamais au delà des invectives. Sans doute un aigri pour une raison ou pour une autre.
Comme si le CIR de Renault était utilisé spécifiquement pour payer des recherches pour la LOGAN faite en Russie... du Grand N'Importe Quoi. Il semble ignorer aussi que la valeur ajoutée d'une voiture n'est pas QUE dans la production mais justement dans la R&D, dont la partie la plus avancée/la plus pointue est justement faite en France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :