GM et Ford perdent toujours de l'argent en Europe

 |   |  613  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
General Motors a perdu 200 millions de dollars (150 millions d'euros) en Europe au premier trimestre. Il est déficitaire depuis plus de dix ans sur le Vieux continent. Et ses parts de marché continuent de s'éroder.

General Motors a encore perdu 200 millions de dollars (150 millions d'euros) en Europe au premier trimestre. Soit une marge négative de 3,6% du chiffre d'affaires. Le groupe de Detroit s'enorgueillit certes d'avoit réduit  d'un tiers en un an son déficit  opérationnel sur le Vieux continent. Il n'empêche. Son compatriote Ford y a perdu pour sa part 462 millions de dollars (350 millions d'euros), un déficit  plus que triplé en un an. 

Désormais allié au français PSA, General Motors avait déjà  enregistré l'an dernier un déficit d'exploitation de 1,8 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) en Europe, après 747 millions en 2011. Le groupe y perd de l'argent depuis plus de dix ans. Et le consortium américain ne vise pas l'équibre... avant  2015. GM avait passé pour 5,2 milliards de dollars (4 milliards d'euros) de dépréciations d'actifs en Europe dans ses comptes l'an passé. Ford ne s'attend pas non plus à l'équilibre avant le milieu de la décennie. Et, pour cette année, il a annoncé qu'il prévoyait un déficit de 2 milliards de dollars environ en Europe.

Parts de marché en chute

GM a vu ses ventes reculer de 6,5% sur le trimestre en Europe à 249.000 unités. Opel, filiale allemande de GM, a annoncé dernièrement  l'arrêt de la production automobile sur le site de Bochum outre-Rhin dès la fin 2014. La marque avait déjà fermé le site belge d'Anvers récemment. Opel est engagé depuis une douzaine d'années dans des plans de restructuration à répétition. Les réductions progressives de capacités ne suffisent pas à suivre  l'érosion des parts de marché d'Opel et de sa marque soeur britannique Vauxhall.

La déprime des marchés européens n'arrange rien, car Opel vend aujourd'hui quasi-exclusivement sur le Vieux continent. En France, GM a vu ses immatriculations de voitures neuves chuter de 18,8% en avril et de 22%,7 sur quatre mois. Sur l'ensemble de l'Union européenne, le groupe a reculé de 12,6% en mars, de 12,8% au cumul sur le trois premiers mois de l'année. Sa part de marché n'était plus, au premier trimestre, que de 7,9%. en Europe (8,2% il y a un an). Ford a également plongé.

Un outil en Allemagne

Alors, pourquoi outre le marasme général du marché européen ces difficultés particulières, alors même que GM ou Ford sont de très anciens acteurs sur le Vieux continent ? Tout d'abord, les deux groupes ont  historiquement une grande partie de leur outil de production concentrée en Alllemagne, où le coût du travail est élevé. Or, ne jouissant pas de l'image de qualité allemande, ils ne peuvent répercuter ces surcoûts sur leurs tarifs comme Volkswagen ou les constructeurs germaniques de haut de gamme. Leurs usines sont également anciennes, avec du personnel âgé.

Et, paradoxalement, les deux sont assez peu présents industriellement en Europe de l'est. Ford s'est toutefois récemment implanté en Roumanie. GM et Ford souffrent d'une image floue, et Opel d'un manque d'attractivité de nombreux produits avec des diesels souvent techniquement dépassés. Ford, en revanche, dispose de bons produits. Mais... le résulat est le même au niveau des immatriculations!

Recul du bénéfice net

General Motors (GM) a annoncé ce jeudi un bénéfice net mondiel  en baisse de 14% à 865 millions de dollars (660 millions d'euros) sur le trimestre , notamment à cause de sa restructuration en Europe. Le chiffre d'affaires a reculé de 2% à 36,9 milliards de dollars (28,5 milliards d'euros). Ford a affiché de son côté un bénéfice net trimestriel global en hausse de  15% à 1,61 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros), grâce à de bonnes performances en Amérique du nord.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2013 à 10:11 :
Si le marché européen est si désavantageux pour ces constructeurs, pourquoi ne le quittent ils pas?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :