La voiture "verte" avance... mais au ralenti

 |   |  1976  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les véhicules « verts ? Tout le monde en parle. Mais ce n'est pas si simple. La confusion est d'ailleurs telle entre rejets de gaz à effets de serre et polluants que les diesels, accusés de nuire à la santé publique et menacés d'un alourdissement des taxes sur le gazole, sont en même temps encouragés depuis des années par... le système de bonus-malus, au nom de la lutte contre l'effet de serre ! Electriques et hybrides (notamment rechanrgeables) sont parés de toutes les vertus. Mais ils ne pèsent que 2,6% du marché auto français. A l'horizon 2020, les modèles thermiques diesel et essence traditionnels, certes améliorés, devraient encore représenter largement plus de 80% des ventes totales de véhicules.

Les véhicules « verts ? Tout le monde en parle à tort et à travers : politiques, associations, consultants, médias, experts autoproclamés en tous genres, houspillant les constructeurs qui ne vont pas assez vite et loin. Seulement voilà, si chacun réclame la voiture propre, personne n'est forcément d'accord pour définir ce qu'est réellement un modèle « écologique ». Chacun fourbit sa solution mirifique... sur le papier. La confusion est telle que les diesels, accusés de nuire à la santé publique et menacés d'un alourdissement des taxes sur le gazole, sont en même temps encouragés depuis des années par le système de bonus-malus, au nom de la lutte contre l'effet de serre !

Tous se réconcilient, certes, sur les mirifiques avantages de l'électrique et des hybrides. Mais nul ne peut nier que le modèle « zéro émission » à l'autonomie ultra-limitée et rechargeable pendant une dizaine d'heures n'a qu'une vocation ultra-limitée excluant tout trajet de plus de cent kilomètres. Quant aux hybrides (moteurs thermique et électrique), ils sont très sophistiqués et donc pour la plupart archi-élitistes, en raison de leur tarif. En outre, ces hybrides fonctionnent en fait très peu en mode électrique pur : deux kilomètres au plus. Reste l'hybride rechargeable, mais pour l'heure balbutiant et encore plus dispendieux que l'hybride !

Comment s'y retrouver dans ces débats contradictoires, alors que la réalité technique est complexe et forcément nuancée ? En l'espèce, la panacée n'existe pas mais seulement des solutions partielles, dont aucune n'est satisfaisante à 100 %. Au-delà des débats passionnels, comment expliquer les contradictions de la voiture dite « verte ? Un quasi consensus s'impose d'emblée : ce sont les progrès de la voiture classique (essence et diesel) qui amélioreront, pour l'essentiel, le bilan écologique de l'automobile dans les dix ans à venir. Ces véhicules thermiques, qui représentaient en avril dernier encore 97,4% des ventes en France,  devraient encore s'octroyer, à l'horizon 2020, plus de 80 %, voire 90 %, des ventes totales de voitures dans le monde...

La voiture diesel, populaire et haïe

Le diesel, objet de tant de polémiques récurrentes, a été traditionnellement privilégié par les pouvoirs publics avec une moindre taxation sur le gazole par rapport au sans-plomb. Même si, aujourd'hui, le gouvernement socialiste, en mal de taxes fraîches, multiplie les études "économico-écologiques" pour justifier une hausse des taxes. 60 % du parc français est donc constitué aujourd'hui de voitures diesel. Le système de bonus-malus « vert » accorde, en outre, une prime aux véhicules à gazole. Logique : la priorité étant à la réduction des gaz à effet de serre, le diesel est imbattable ! Les moteurs à gazole consomment intrinsèquement 15 % de moins que ceux à essence et rejettent donc d'autant moins de CO2, les deux étant strictement corrélés. Rien n'y fait. Une Citroën C4 compacte rejette ainsi 143g de CO2 au kilomètre avec un moteur à essence de 120CV et 119 g avec un diesel de 115 CV. Un monospace Renault Scénic de 130 CV rejette 140 g en essence, 114 g en diesel.

Seulement voilà. S'il est champion pour le CO2, le diesel est plus polluant que l'essence. Eh oui, le CO2 est un gaz à effet de serre, mais non un polluant ! En juin 2012, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait classé les émissions des moteurs à gazole parmi les cancérigènes pour l'homme. Une étude qui a fait grand bruit. Les particules émises par les moteurs diesel seraient même à l'origine de 42 000 morts prématurées par an, selon le ministère de l'Écologie. Mais « ces études portent sur les moteurs des années 1960 à 1990, avant les premières normes etles filtres à particules », précise un expert.

Rendu obligatoire dans l'Union européenne depuis janvier 2011 avec la norme Euro 5, le filtre à particules permet en effet de réduire les rejets de particules dans l'air par centimètre cube de 3-4 millions à moins de 3 500, soit globalement le même niveau que... celui de l'air dans une pièce d'habitation. Car, contrairement aux idées reçues, les particules existent partout. On estime que, dans un centimètre cube d'air pur de montagne, il y a un peu moins de 1 500 particules ! Ce qu'il reste de particules, très fines, pénètre-t-il dans les poumons ? Les spécialistes que nous avons consultés divergent sur ce point.

Autre problème, qui reste à régler : les émissions de NOx (oxydes d'azote). Le NOx est un polluant dangereux qui, avec les particules, constituait jusqu'ici l'un des défauts majeurs du diesel en termes d'écologie. Mais en 2014, la nouvelle norme Euro 6 va encore durcir les obligations environnementales, alignant quasiment les normes applicables au NOx des diesels sur les modèles à essence. Sans être catégoriques, certains experts estiment que le diesel devrait devenir quasiment propre avec Euro 6. Tout en conservant son avantage en matière de consommation-rejet de CO2, même si les émissions pourraient augmenter légèrement avec les dispositifs anti-pollution (car on ne peut pas gagner sur tous les tableaux!) Cependant, devenu archi-sophistiqué, le diesel n'est plus... si économique à l'usage, et donc attractif pour le client. Car l'entretien est bien plus cher sur les modèles à gazole que sur des véhicules à essence, avec des problèmes de fiabilité à la clé. Or, Euro 6 va encore renchérir ces moteurs à gazole. La baisse des consommations coûte très cher... à l'automobiliste.
 




L'hybride essence, une invention nippone

Commercialisés pour la première fois en série à la fin des années 1990, les véhicules hybrides combinent motorisation à essence et (petit) moteur électrique d'appoint. Le véhicule hybride permet donc de combiner les deux en abaissant sensiblement consommation et émissions de gaz à effet de serre. La pionnière Toyota Prius compacte rejette ainsi moins de 90 g de CO2 au kilomètre. La petite Toyota Yaris hybride, produite en France, moins de 80 g. À l'autre extrémité de la gamme, une très luxueuse et puissante limousine Lexus GS 450h n'émet que 137 g... pour 345 CV ! Et ce, alors qu'une BMW 5.35i classique à essence (moins puissante) en rejette près de 190. Très fort. Mais il faut nuancer : les cycles d'homologation européens tendent à minorer les rejets des véhicules hybrides. Du coup, on ne retrouve pas exactement ces bons chiffres dans la vie quotidienne.

Il n'empêche. Certains modèles, comme ceux de Toyota, peuvent même rouler en mode électrique pur (en centre-ville, par exemple) sur une courte distance (1,5 km environ). Enfin, la motorisation thermique étant à essence, on ne retombe pas dans le problème des NOx et des particules des diesels. Formidable ? Oui, sauf qu'il s'agit d'une technologie complexe et onéreuse, avec des consommations et rejets de CO2 qui ne sont pas si éloignés, in fine, de ceux d'un diesel. En fait, les moteurs hybrides à essence ont surtout été développés pour les marchés où le diesel est proscrit, comme aux États-Unis ou au Japon. L'hybridation y est le seul moyen de faire baisser consommations et rejets de CO2. En Europe, l'avantage est bien moindre.

PSA, le pionnier de l'hybride diesel

PSA s'est fait le chantre de l'hybride diesel, avant que Mercedes n'y vienne plus récemment. L'hybride diesel combine les points forts des moteurs à gazole, plus performants en matière de CO2, aux avantages de l'électricité. Résultat : les rejets de CO2 sont encore inférieurs (à puissance égale) à ceux de l'hybride à essence. En revanche, la technologie est encore plus sophistiquée et onéreuse, le coût du moteur diesel étant supérieur à celui fonctionnant au sans-plomb.

Le modèle PSA le plus vendu est la Peugeot 3008 Hybrid4 (8 000 ventes en 2012), émettant à peine 91 g de CO2 (en version de base) pour 200 CV et avec une transmission 4x4. Soit presque 50 g de moins qu'une 3008 classique à gazole de 150 CV. Elle est disponible à partir de 35.750 euros (prix catalogue). Cher pour une 3008. Et encore, à ce tarif, Peugeot ne rentre pas dans ses frais...

L'hybride rechargeable, la combinaison idéale ?

Encore plus séduisant : il existe un véhicule hybride qui peut se recharger sur une prise de courant. On accroît ainsi l'autonomie en mode électrique. Parmi les quelques rares véhicules commercialisés, la Toyota Prius Plug-in (essence). Les rejets de CO2 deviennent quasiment inférieurs de... moitié (49 g/km, au lieu de 89) ! L'autonomie en électrique pur atteint les 25 km (en théorie).

Mieux, le suédois Volvo vient de commercialiser la première hybride diesel rechargeable : la V60 Plug-in Hybrid. La technologie, très intéressante, inclut un moteur à gazole cinq cylindres de 215CV et un moteur électrique de 70 CV. La batterie de ce break de gamme moyenne supérieure offre une autonomie en alimentation électrique pure jusqu'à... 50 km, d'après l'homologation. Le véhicule conserve par ailleurs toute son autonomie en mode diesel. Le modèle ne rejette pas plus de 48 g de CO2 au kilomètre. Comme la Toyota, mais avec une puissance et un agrément de conduite autrement supérieurs.

Le hic de ces joujoux technologiques si complexes : leur prix. La Toyota rechargeable coûte 9 000 euros de plus qu'une Prius simplement hybride. Grâce à une fiscalité très favorable dans l'Hexagone, la différence n'est que de 6 800euros une fois les superbonus déduits, la Prius Plug-in étant alors affichée à 32 000 euros. Mais la différence n'en reste pas moins importante. Pour la Volvo, comptez un prix supérieur à 60 000 euros, rien de moins !

Pollution nulle, pas de rejets de CO2 c'est l'objectif absolu atteint par le véhicule électrique. Et Renault fait un effort sur les prix. Ainsi, la nouvelle petite Zoé 100 % de 88 CV - produite à Flins - est vendue à partir de 13700 euros (en France, incitation fiscale déduite, mais location des batteries en plus à partir de 79 euros par mois pour 12500 km annuels, sur trois ans).

Electrique, vertueuse mais pas pratique

Cette s?ur de la Renault Clio IV est garantie cinq ans ou 100000 km, les batteries l'étant à vie. Silencieuse, spacieuse, agréable à conduire, la Zoé a tout pour elle. Alors, aucune réserve ? Hélas si, elle traîne un défaut congénital : son autonomie réduite et un temps de recharge inacceptable.

À l'homologation, la Zoé est donnée pour plus de 200 km, mais le constructeur français évoque une autonomie réelle de 100 à 150 km seulement. Et encore est-on plus près de 100 que de 150. C'est faible. Un bon diesel a, lui, une autonomie de 700 km... Quant à la recharge, il faut neuf heures sur une simple borne... qu'il faut encore trouver ! Sinon ? Pas de voiture ! Du coup, les automobilistes ne se précipitent pas. Pour les flottes autos des entreprises ou des administrations, ça peut aller. Mais, peut-on se demander, pourquoi ne pas ajouter des batteries pour accroître l'autonomie ? Réponse : parce qu'elles sont horriblement lourdes. « Le véhicule électrique mettra plus de dix ans à s'imposer en ville. Et, même dans dix ans, on continuera d'y utiliser plutôt les véhicules conventionnels et les hybrides », expliquait à La Tribune Masahisa Nagata, directeur de la R&D de Toyota Europe.

« Nous allons commercialiser en Europe une Focus électrique à la mi-2013. Mais, jusqu'à présent, les véhicules électriques ne constituent un succès nulle part. Le marché total des voitures électriques représente à peine 13000 ventes annuelles en Europe. Nous attendons peu de progression des véhicules électriques », précise de son côté Wolfgang Schneider, vice-président de Ford Europe en charge de l'environnement.

Enfin, font remarquer certains experts, le bilan CO2 global des véhicules électriques n'est pas vraiment égal à zéro, même si les études divergent. Car l'électricité, il faut la produire. Et dans des pays comme la Chine ou même l'Allemagne, où l'électricité est fabriquée souvent à partir de charbon, le bilan n'est pas meilleur qu'avec un hybride. Et puis, s'interrogent certains écologistes, que fait-on des batteries usagées, hautement toxiques ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2013 à 16:20 :
Sidérant : le journaliste écrit « Pollution nulle, pas de rejets de CO2 c'est l'objectif absolu atteint par le véhicule électrique. » Tout juste s'interroge-t-il sur les émissions de co2 lors de la production d'électricité "dans certains pays"...

Pour lui, l'électricité nucléaire est donc propre : il n'a pas entendu parler des catastrophes (Fukushima connait pas), des déchets radioactifs, des mines d'uranium, etc. On ne sait pas s'il faut en rire ou en pleurer...
a écrit le 20/06/2013 à 1:21 :
Les voitures vertes c'est bien beau mais c'est aussi très cher. Les particules du diesel sont dangereuses, l'essence est cancérigène, bref c'est la catastrophe... enfin il y a cent ans pas de voitures et les gens mouraient à cinquante ans, maintenant avec toutes nos voitures qui polluent on meure à quatre-vingt. Comme beaucoup je roule en voiture, je ne suis pas écolo, mais comme beaucoup j?essaie d'être économe.
Réponse de le 20/06/2013 à 16:15 :
Très cher ? Le PRK de la Yaris par exemple en Hybride est identique à celui d'une Clio 1,5 dci, soit 0,25 Euros/km si on la garde 4 ans pour 20 000 km par an.
Bref, c'est plus un choix individuel qu'une question d'argent car on peut faire des économies tout en étant plus respectueux
des autres et de l'environnement.
Quant à l'espérance de vie, aucun lien avec l'automobile car son évolution est due essentiellement aux progrès de la médecine et à la quasi-disparition de la mortalité infantile.
a écrit le 13/06/2013 à 2:09 :
Bonjour, votre article est intéressant parce qu'il est assez étoffé et pédagogique. Par contre le fait qu'il soit clairement orienté lui enlève une part de crédibilité. Je salue l'effort parce qu'à l'heure du tweet, un long texte permettant de développer et exposer ses connaissances et analyses est assez rare. Cependant, alors que vous soulignez qu'il n'y a pas de solution miracle en matière d'impacts automobile, pourquoi tuez-vous avant l'heure les constructeurs qui tentent d'une part de répondre à des problématiques environnementale et de santé publique et d'autre part, nous incitent à réfléchir à une mobilité différente (par le fait des contraintes technologiques) ?Aujourd'hui, c'est grace à ces contraintes et notamment celle de l'autonomie des véhicules électriques, que nous debattons de la mobilité, de multimodalité. L'usage du véhicule est repensé et en soit c'est une excellente nouvelle ! Le tout automobile est de l'histoire ancienne. L'ère du service et de la communication versus l'ère industriel : pas facile pour tout le monde d'appréhender cette transition.
a écrit le 12/06/2013 à 23:41 :
Je vous invite à mieux vous documenter, pour bien distinguer les différentes solutions mises en ?uvre par les constructeurs et ne pas les mettre tous dans le même sac.
Sur ce lien, différents liens et vidéos relativisant les propos colportés sur le diesel, en démontrant l'efficacité des solutions de PSA.
http://note.io/ZYjuro
a écrit le 12/06/2013 à 22:59 :
INTERRESSANT de voir que quand l'article de base est de bon niveau ,les commentaires restent de bon niveau et non polémiques!
Réponse de le 12/06/2013 à 23:56 :
+1 ! Les trolls germanophiles sont muets sur ce sujet, les constructeurs de panzers étant absents de ces technologies vertes (hybrides et électriques).
Réponse de le 15/06/2013 à 17:26 :
Le systeme diesel hybride de PSA a ete mis eu point par Bosch
a écrit le 12/06/2013 à 21:24 :
Le maire de Bogota aurait dit un jour: "une ville riche n'est pas une ville où les pauvres utilisent chacun des voitures individuelles, c'est une ville où les riches utilisent les transports en commun".... mais se pose alors la question en France de leur ponctualité, de leur réseau, de leur propreté et de leur sécurité. Pour info, les transports en commun sont gratuits à Tallinn depuis l'an dernier pour les résidents de la capitale estonienne.
a écrit le 12/06/2013 à 21:19 :
Il y a beaucoup de flottes d'entreprises qui ne sont censées faire que de la ville et des courtes distances travail-maison matin et soir (moins de 50km) et pour lesquelles les 100% électriques seraient parfaitement adaptées.
a écrit le 12/06/2013 à 17:15 :
Voiture verte est une grande hypocrisie pour ceux qui pensent faire encore vroum vroum dans 20 ans...
Ce double mot vert pour le coté écolo est révoltant . On appelle cela la nov langue !! mais vu les commentaires ..il y a encore la passion vroum vroum ..et de la novlangue pour aider
a écrit le 12/06/2013 à 16:59 :
Pour le moment les voitures "vertes" ne le sont que de nom (il suffit de se renseigner sur les conditions de récupération du lithium utilisé pour les batteries). Les voitures hybrides et électriques ne sont que voitures de "bobos" soucieux de leur image.
a écrit le 12/06/2013 à 16:01 :
sur le fonds il faut constater que selon les intérêts des industriels on nous fait avaler n'importe quoi au nom de la sauvegarde de la planète ou du "Dev Dur" les Ecolos n'ont pas plus de démarche cohérente que le citoyen de base. ils sont manipulés par les lobbys industriels de Bruxelles et si cela contrarie la pussante industrie allemande eh bien on fait des dérogations!. un jour le diesel c'est la panacée pour le C02 le lendemain c'est le poison et le top c'est l'hybride puis pour faire plaisir aux céréaliers on invente l'abarration du prétendu bio carburants pour se rendre compte qu'il est couteux et n'apporte rien en treme de bialn carbone etc.Quid des préoccupations des citoyens dans leur dépalcement et du sort des salariés de l'automobile? et pendant ce temps là les camions avions et les bateaux continuent de polluer mais là les verts ne voient rien et n'entendent rien!
Réponse de le 12/06/2013 à 16:51 :
Soyons objectifs, les Verts n'ont jamais gouverné en France et ne sont qu'en faible minorité au gouvernement sans même avoir le poste de l'écologie ! Ils n'ont de plus jamais préconisé les agrocarburants qui sont le fait de la droite. Les politiques qui ont été menées jusqu'à présent l'on été par des gens autres que Verts, de droite plus récemment et de gauche antérieurement et à présent. De plus les connaissances évoluent, tout comme les situations économiques, c'est ce qui influence aussi les décisions et pas seulement les lobbies. De même qui vote en fonction souvent de ses intérêts ? Il y a certes les salariés de l'automobile mais beaucoup de pme licencient et personne n'en parle et ils ne polluent pas en masse forcément comme dans l'automobile et ne sont pas toujours restés 30 ans dans une même entreprise, loin s'en faut. Bref un peu d'objectivité plutôt que de viser tel ou tel bouc émissaire facile un peu rapidement.
a écrit le 12/06/2013 à 15:23 :
Il y a des pistes d'innovations qui répondent à de nombreux déplacements avec des impacts minimaux comme l'Elf d'Organic Transit qui est sans permis, sans assurance, motorisation humaine + électrique + solaire, autonomie élevée, vitesse légale de 50 km/h car sans permis mais va au delà sur d'autres modèles de ce style, consommation hyper basse, poids plume, prix très bas, divers modèles en cours chez cette société comme dans le monde et çà se vend bien actuellement. Cà répond à une majorité de déplacements et prend très peu de place ni ne consomme de matières premières et encore moins d'énergie. Une bonne idée parmi d'autres comme la Solarworld GT qui a plus de 100.000 km à son actif avec succès à travers le monde.
Réponse de le 12/06/2013 à 16:00 :
Bonnes voies d'innovations en effet et ces types de solutions de mobilité urbaine et plus, couplée à des transports notamment par rail pour les longues distances est hyper performant en terme d'optimisation énergétique au total. A Portland ils adorent et les ventes d'Elf décollent, les délais de livraison sont déjà de 6 mois aux Etats-Unis ! Il y a d'autres modèles dans le monde plus axés électrique et les designers s'en donnent à coeur joie mais difficile encore de savoir lequel va s'imposer le plus vite et changer vraiment les habitudes. C'est intéressant comme mouvement, Citroen et Peugeot ont aussi des modèles qui ne sortiront sans doute pas, très jolis d'ailleurs, mais ils y ont passé du temps malgré tout.
Réponse de le 12/06/2013 à 16:00 :
Bonnes voies d'innovations en effet et ces types de solutions de mobilité urbaine et plus, couplée à des transports notamment par rail pour les longues distances est hyper performant en terme d'optimisation énergétique au total. A Portland ils adorent et les ventes d'Elf décollent, les délais de livraison sont déjà de 6 mois aux Etats-Unis ! Il y a d'autres modèles dans le monde plus axés électrique et les designers s'en donnent à coeur joie mais difficile encore de savoir lequel va s'imposer le plus vite et changer vraiment les habitudes. C'est intéressant comme mouvement, Citroen et Peugeot ont aussi des modèles qui ne sortiront sans doute pas, très jolis d'ailleurs, mais ils y ont passé du temps malgré tout.
a écrit le 12/06/2013 à 15:23 :
Il y a des pistes d'innovations qui répondent à de nombreux déplacements avec des impacts minimaux comme l'Elf d'Organic Transit qui est sans permis, sans assurance, motorisation humaine + électrique + solaire, autonomie élevée, vitesse légale de 50 km/h car sans permis mais va au delà sur d'autres modèles de ce style, consommation hyper basse, poids plume, prix très bas, divers modèles en cours chez cette société comme dans le monde et çà se vend bien actuellement. Cà répond à une majorité de déplacements et prend très peu de place ni ne consomme de matières premières et encore moins d'énergie. Une bonne idée parmi d'autres comme la Solarworld GT qui a plus de 100.000 km à son actif avec succès à travers le monde.
a écrit le 12/06/2013 à 15:04 :
Vous ne parlez pas des moteurs à hydrogène ou je crois, Air Liquide effectue des recherches. Y a-t-il un avenir pour eux ? De même silence sur les modèles électriques de chez PSA où je n'ai jamais entendu dire qu'il fallait louer les batteries.
Réponse de le 12/06/2013 à 15:37 :
Le moteur a hydrogéné n'est pas près de sortir. La pile a combustible est plus rentable. un moteur essence de 400CV ne développe que 240CV. test BMW en Allemagne...
Réponse de le 12/06/2013 à 16:08 :
Le problème c'est que les véhicules thermiques demandent beaucoup plus d'entretien que les électriques donc il est nettement plus rentable pour les réseaux de vendre des véhicules thermiques et à la marge de l'électrique. C'est la longue histoire de la voiture électrique qui est détaillée sur le net. Tout comme les producteurs d'énergies, de téléphonie ou les fournisseurs d'eau ne sont pas pressés de vous faire faire des économies. L'hydrogène et les pac ont de l'avenir c'est une des voies avec l'électrique (où les batteries vont en effet encore évoluer). Allemagne et Japon entre autres y sont très impliqués et Air Liquide participe beaucoup.
a écrit le 12/06/2013 à 15:02 :
je ne vois que ce ne sera pas pour tout suite et que s il y en a qui en achete il faudra éviter de nous et pour les prochaines années que si on attend on sera peut etre dans le droit chemin pour pouvoir en avoir une mais en attendant servons nous de ce que nous avons; le Co2 cela nous suffit pour l instant
a écrit le 12/06/2013 à 14:56 :
Moi j'aime pas les voitures vertes . Même pas vert pomme . C'est nul la couleur verte sur une voiture !
a écrit le 12/06/2013 à 14:54 :
je n'ai même pas été publié car j'ai dis que la vrai voiture verte était le vélo ou la marche à pied . De plus l'Europe a décidé de notre mettre au régime sec et l'état nous demande de consommer (comme des voitures vertes )en faisant des crédits... De qui se moque t on ? Vais je être publié?
a écrit le 12/06/2013 à 14:26 :
On est partis sur un buzz, mais on ne sait pas ce que demain sera fait.
Actuellement le moteur diésel est une technologie aboutie, on n'ira pas plus loin en terme de puissance, économie couple d'accélération.
Bien sur le moteur stirling dit à air chaud est meilleur, mais n'est fait que pour des vitesses stationnaires .
En face les moteurs essence sont en cours de développement, rendements actuels ridicules, mais tout va changer, baisse de conso, gains de poids,abandon de l'architecture en ligne.
La dyna panhard n'a malheureusement pas fait école.
(l'architecture en ligne impose des masses d'équilibrage gaspilleuses d'énergie à l'accélération)
Puis le moteur gpl, il n'y a pas d'études, pas de moteur spécifique, étonnant car le futur carburant sera à 80% gazeux.
Actuellement le moteur gpl ne peut pas démarrer de lui-même, il lui faut entre 10s à 1 mn de carburation à l'essence. (idiot n'est-ce pas).
Quand au rendement 20% de pertes par rapport à l'essence.
Quand à l'électrique, peu de chance que ça marche, les constructeurs sont encore dans la culture du monomoteur central suivi de sa boîte de vitesses.
Réponse de le 12/06/2013 à 23:18 :
Petite erreur: rendement d un moteur GPL est le même voire meilleure que l essence( cf injection directe). La surconsommation de GPL est simplement due au fait qu il y a 20% d énergie en moins dans un litre de GPL que d essence....
a écrit le 12/06/2013 à 13:11 :
Il est faux d'écrire : "Pollution nulle, pas de rejets de CO2 c'est l'objectif absolu atteint par le véhicule électrique."
La production d'électricité génère des rejets de CO² . Rejets très élevés avec les centrales à charbon, moindres avec les centrales nucléaires (dont les écolos ne veulent pas.)
Réponse de le 12/06/2013 à 14:18 :
La surface des toits des maisons individuelles françaises uniquement (hors usines, immeubles etc...) couverte de photopile produirait a peu près l'équivalent de toute la consommation d'un parc automobile entièrement électrique. Voila le genre de grands travaux de société a 20 ou 30 ans auquel on serait en droit de réfléchir, au lieu de regarde ce qu'on peut faire comme pipo pour le prochain scrutin électoral ;-)
Réponse de le 12/06/2013 à 14:49 :
@Solarix

Et les panneaux solaires massivement produits en Chine ne sont peut être pas polluants? C'est le même principe que les ampoules fluocompactes, remplacer une pollution par une autre encore plus toxique!
Réponse de le 12/06/2013 à 15:44 :
Le solaire produit plus que çà, les panneaux de type DualSun ou Fototherm avec côté PV et thermique captent la quasi totalité de l'énergie solaire. Un système comme celui de Centrosolar permet d'apporter 80% de l'énergie d'une maison à partir du seul solaire sans utiliser toute la toiture. Par ailleurs on peut inclure le solaire sur les véhicules (carrosserie et vitrages) (voir Solarworld GT ou les travaux de l'université de Salerne en Italie entre multiples autres Toyota etc). Sans parler des murs, rembardes, clotûres, portillons solaires etc De plus un véhicule est immobilisé la plupart du temps, on peut donc optimiser son chargement. Il n'y a donc besoin d'exploiter au final qu'une faible partie des toitures pour la partie mobilité en combinant les technologies de manière optimale, ce qui se fait de plus en plus mais prend du temps à se généraliser. @ Michel : beaucoup de producteurs chinois de panneaux solaires ont fortement diminué leur part charbon, la Chine progresse objectivement vite en plus en terme d'efficience énergétique, ils ont des programmes sur ce seul sujet de plus de 300 milliards d'euros et çà avance vite ! Le bilan CO2 est de plus en plus favorable même pour les panneaux produits en Chine. De plus on constate que les panneaux qui existent depuis 1954 continuent de produire de l'energie à plus de 70% et il est probable que beaucoup produisent une centaine d'année, alors le bilan est hyper positif au plan CO2. Ceux en couches minces sont sans doute plus fragiles mais pour beaucoup devraient durer assez longtemps quand même.
a écrit le 12/06/2013 à 12:13 :
Je cite l'auteur de cet article "En outre, ces hybrides fonctionnent en fait très peu en mode électrique pur : deux kilomètres au plus". Je pense que ce monsieur n'a pas beaucoup circulé avec un véhicule full hybride pour affirmer de telles bêtises et s'est contenté de lire les caractéristiques du véhicule. Il est vrai que batterie pleine on peut en électrique faire environ 1,5 à 2 km sur le plat (et beaucoup plus en descente) mais au cours d'un trajet on roule très fréquemment en électrique car la batterie se recharge en roulant. En phase de décélération, au freinage et lorsque le thermique fonctionne...la batterie se recharge. Au bout du compte en électrique on parcours beaucoup de distance, à chaque arrêt c'est le silence (à condition de ne pas avoir un diesel à côté !) et on repart en électrique....le seule problème c'est les piétons !
Réponse de le 12/06/2013 à 15:59 :
Avant de vilipender anonymement les gens, réfléchissez! Oui, on a circulé longuement en Toyota, Lexus, Infiniti, Citroën, Peugeot, Volvo, hybrides... Les 2 km, c'est l'autonomie en continu en électrique pur... Il est vrai que, sinon, sur de très courtes périodes, on est en électrique, en descente notamment ou au lever de pied sur l'accélérateur...
a écrit le 12/06/2013 à 12:06 :
Le premier point est que l'on espère que les moteurs diesel auront disparu de la commercialisation dès 2022, on assiste donc aux dernières années de vente. On peut comprendre que les constructeurs ne communiquent pas énormément sur la question pour éviter que le marché ne bascule brusquement. L'avantage du diesel était outre celle de l'aspect marketing et d'une protection des parts de marché en France, dans une moindre consommation et la possibilité de produits associés au carburant. La recherche a permis des avancées aussi importantes sur l'essence avec les additifs. Il n'est alors plus nécessaire de déployer le diesel devenu pourtant très propre. Le second point est que l'hybride est une hérésie telle que celle qui aurait consisté au siècle passé à atteler un cheval avec une automobile (au cas ou elle calerait ou ne trouverait pas de carburant!) Ainsi ce sont les gouvernement qui donnent ces directions quant à l'hybride inutile. S'agissant des moteurs électriques on les a adapté pour le moment sur des chassis plus lourds prévus pour l'atmosphérique. Les constructeurs travaillent avec succès sur un concept dédié notamment avec les carbones spéciaux. L'autonomie actuelle de près de 200 km serait portéé au delà de celle des voitures atmosphériques. On comprendra là encore que le pas industriel nécessite des étapes techniques mais aussi mentales pour le consommateur. Ce dernier s'inquiète d'un point de ravitaillement, or il est tout de même plus facile de trouver une prise électrique qu'une cuve de 20 000 litres. La France alimente son automobile avec 12 000 stations service seulement dont certaines peu utilisées. Il serait temps que les hypermarchés et autres commerçants et municipalités implantent massivement des points de recharge. Les constructeurs proposeront aussi la batterie flottante. Le léger frein vient du fait qu'ils tentent de vendre, du moins aux débuts, le coût de l'énergie pour les voitures électriques à l'offset à peine réduit du prix de l'essence, considérant le service rendu plus que le saut technologique à abandonner au client.
Réponse de le 12/06/2013 à 13:09 :
Pourquoi voudriez-vous faire disparaitre les diesels ? Ils marchent très bien avec de l'huile végétale (c'est même l'origine du moteur diesel, faut-il le rappeler encore une fois...), polluent nettement moins, sont plus fiables... Et puisque l'article mentionne a juste titre l'ancien parce diesel construit entre les années 60 et 90, il serait vraiment pertinent d'aider ces conducteurs a devenir moins polluant tout en supprimant le pétrole concerné; pour cela la méthode est simple : appliquer les textes européens sur ces carburants, l'absoudre de TIC, pour favoriser l'affaire, et secouer quelques constructeurs d'équipements pour mettre sur le marché des kits de carburation a l'huile a bon tarif.... Ce parc n'est pas énorme et ne mettra pas une pression aberrante sur l'alimentation comme certains continuent a le prétendre pour faire peur au public, et fera sans doute le bonheur des agriculteurs forcés de mettre une partie de leur terres en jachère au titre de la PAC...
Réponse de le 12/06/2013 à 13:38 :
HVB, le FAP même neuf, n'arrête pas toutes les particules dangereuses, loin de là ! De plus, il vieillit mal et là, c'est pire... Depuis que le principe de Précaution est inscrit dans la Constitution, il est totalement incontournable !
Réponse de le 12/06/2013 à 19:12 :
Yves, c'est bien pour cela que je dis qu'on peut avantageusement recycler une voiture diesel ancienne a l?huile végétale purifiée. Comme ca, on n'a pas besoin de les envoyer bêtement a la casse. Rappelons au passage qu'envoyer une voiture a la casse revient a détruire une quantité d'énergie dépensée pour sa construction a peu près équivalente a tout ce qu'elle consommera de carburant durant sa vie... Ce n'est pas vraiment une bonne manière d'optimiser notre empreinte écologique... ;-)
a écrit le 12/06/2013 à 12:02 :
Le gasoil étant plus dense que l'essence, il est donc normal qu'un véhicule diesel consomme moins en terme de litre. En gros, il y a plus d'énergie dans 1 litre de gasoil que dans 1 litre de sans plomb.
On s'évertue à comparer 2 carburants qui n'ont pas la même masse volumique, ni les mêmes propritétés...
Il faut revoir entièrement le système du bonus / malus et appliquer 2 grilles distincts : 1 une pour le gasoil et autre pour l'essence.
a écrit le 12/06/2013 à 11:53 :
une belle voiture totalement eléctrique avec l'autonomie 400 km avec le temps de recharge 15-20 min. En forte expension!
Réponse de le 12/06/2013 à 12:12 :
Le seul problème, c'est que le consommateur moyen n'a pas la fortune pour payer un tel véhicule publicitaire du monde bling-bling, est doté d'une famille qu'il ne souhaite pas abandonner, voyage avec des bagages ou utilise son véhicule pour transporter des charges. Les 400 km d'autonomie tombent alors à 40! On restera sérieux en parlant de l'automobile électrique en présentant ses réelles capacités.
a écrit le 12/06/2013 à 11:50 :
Apologie du Diesel encore une fois, décidément les journalistes français ont les idées courtes et bien orientées vers le sacrosaint mazout (qui a parlé de lobby?). Votre article cite une diminution importante des particules sur les véhicules équipée de FAP. C'est exact à partir du moment ou le FAP rentre en action, hors si l'utilisateur ne fait que quelques kilomètres le FAP est totalement inefficace ! Et si l'on en croit la distance moyenne de 23 km/jour il ne doit pas entrer souvent en fonctionnement (une autre preuve est l'écatombe provoquée par les problèmes de FAP du à un encrassement).
Réponse de le 12/06/2013 à 12:22 :
pour une fois un article un peu sérieux vous voulez dire.
Que savez -vous de la dangerosité des nouveaux moteurs diesels avec FAP, rien de rien, à part une étude épidémiologique pipeau avec des vieux moteurs et une extrapolation statistique sur un nombre de mort, n'importe quoi. Par contre le benzène contenu dans l'essence sans plomb est un cancérogène avéré, ça c'est certain, c'est une maladie professionnelle d'ailleurs. Alors les arguments bidons prétextes à créer de nouvelles taxes ça suffit
Réponse de le 12/06/2013 à 13:49 :
@ phil

Vous avez raison l'essence sans plomb contient bien du benzène et bien d'autres polluants (ça n'est pas comestible non plus !). Mais savez vous que depuis le premier janvier 2000 la teneur en benzène est réduite à 1% maximum (avec du recul et la prise en compte des danger on fait évoluer les choses). Et là ou vous avez tord c'est bien sur la dangerosité du diesel ! Mais bien des naïfs ont crier haut et fort que l'amiante était inoffensive avant que le désastre humain que l'on connait ne soit reconnu et le matériaux interdit !
Réponse de le 12/06/2013 à 15:15 :
Qu'en savez vous? Ne pensez vous pas que depuis le temps que le diesel existe, si la prevalence des pathologies que vous reliez au diesel etait la meme que celle du mesotheliome en rapport avec ll'amiante, on l'aurait remarque en terme de mortalite?
Vous repetez ce qu.on veut vous faire croire sans esprit critique ni scientifique. Et personnellement je ne ferai pas vivre mes enfants a cote d'une station service, le risque leucemogene du benzene est bien démontré
Réponse de le 12/06/2013 à 16:20 :
Le problème c'est que les Fap ont une efficacité variable selon le cycle du moteur et ne sont pas constant non plus avec l'âge et l'entretien. La question de leur contrôle et de l'efficacité du contrôle se pose aussi. Leurs particules plus petites restent dangereuses. Tout est question de quantités et d'exposition. Ce n'est pas encore la solution idéale à grande échelle.
Réponse de le 12/06/2013 à 16:22 :
Merci pour ces remarques, mais pour parler d'esprit scientifique... Je suis très bien placé, bref... Vous jugez sans connaitre, c'est tout a votre déshonneur. Pour ma part j'ai fait un choix rationnel et engagé (bien-sûr moutonnier car sans esprit critique...) celui de rouler en hybride. Et pour ce qui est des moteurs j'y ai consacré une bonne partie de mon travail (banc moteur, thermique...). Maintenant en ce qui concerne la mortalité lié au diesel par rapport à l'amiante je dirais que les lobby à la source n'ont juste pas la même puissance. Et pour la petite histoire le diesel est subventionné par l'état (oui on peut parler d'une sorte de subvention puisque manque à gagné en taxe + bonus) depuis l'après guerre à cause des réserves de l'époque...
Réponse de le 12/06/2013 à 22:31 :
Alors on va parler entre "scientifiques", quelles sont les données sérieuses permettant de montrer que les moteurs diesels récents sont plus mauvais que les moteurs essence. Moi je ne suis que médecin, et je ne travaille pas chez Peugeot, mais je n'en vois pas. je vois juste des coups de com et des gens qui dépensent nos impôts n'importe comment sous des prétextes pseudos écolos bidons
Réponse de le 13/06/2013 à 7:25 :
Quelques exemple de lecture (ça ne vient pas du magazine Science, mais il y en a qui sont assez détaillés):
http://www.arb.ca.gov/toxics/dieseltac/de-fnds.pdf
http://www.hpa.org.uk/webc/HPAwebFile/HPAweb_C/1194947407341
http://www.epa.gov/iris/subst/0642.htm
Un début d'évolution après un constat de toxicité:
http://jhs.pharm.or.jp/data/56(1)/56_31.pdf

Bonne lecture
Réponse de le 13/06/2013 à 8:26 :
Dans la seule revue avec comité de lecture que vous citez , je lis bien que : "aftertreament devices dramatically decreased the toxicity of diesel engines exhaust",
Il y a pas d'étude sérieuse montrant que les nouveaux moteurs diesels avec fap sont plus toxiques que les moteurs essence, justifiant une nouvelle taxe escrologique, alors que les mêmes politiques ont poussé au diesel sous prétexte d'une plus faible consommation et d'un moindre rejet de CO2,arrêtons le délire
Réponse de le 13/06/2013 à 11:28 :
Je n'ai jamais affirmé que le diesel était plus toxique que l'essence... Mais il est loin d'être inoffensif (tout n'est pas tout blanc ou tout noir comme vous sembler l'entendre). Et ces documents attestent de sa toxicité même s'ils constatent qu'elle a baissé avec les FAP et autres améliorations. A toxicité égale taxe égale, la subvention dont fait l'objet le Diesel par le biais d'une taxe moindre et d'un BONUS n'est pas justifiée... Encore moins pour les citadines Diesel qui sont contradictoire avec la vocation même du Diesel ! Si l'utilisateur ne fait pas assez de distance pour que le FAP soit a bonne température cela équivaut a un ancien Diesel sans FAP ! Tout aussi toxique !
Un petit document simple qui parle de la regénération du FAP (570°C température jamais atteinte sur des cours trajets~10km):
http://www.renault.com/fr/innovation/eco-technologies/documents_without_moderation/fap.pdf
Si FAP non régénéré => inefficace et parfois casse moteur, pas mal !
Réponse de le 13/06/2013 à 12:16 :
Il me semble quand même que vous écriviez que le problème du diesel était du même ordre d'idée que le mesotheliome lie à l'amiante...
Même pollution = mêmes taxes: on est d'accord, abaissons les taxes sur l'essence alors, plutôt que des hurlements au scandale sans preuve scientifique prétexte à inventer de nouveaux impôts!
Réponse de le 13/06/2013 à 13:52 :
Je ne voulais pas dire que le danger était le même que celui l'amiante. Mais simplement que comme pour l'amiante, pendant de nombreuses années,le danger est masqué pour des raisons purement financières... Et que l'état français et les médias ont fait la promotion du Diesel aveuglément (surtout en ce qui concerne les médias) et ont induit de nombreux automobiliste en erreur (Où est la logique de promouvoir une citadine Diesel? Et celle de dénoncer le sois-disant manque d'autonomie d'une citadine électrique?) Pour l'alignement de la taxe vers le bas je suis totalement d'accord ! Malheureusement les choses vont rarement dans ce sens...
a écrit le 12/06/2013 à 11:31 :
Bel article, Dommage qu'il ne soit pas lu par nos politiques écologiques qui ne savent résoudre les problèmes qu'en mettant une taxe carbonne ou autre impot.
Réponse de le 12/06/2013 à 16:21 :
Ils en mettent plutôt moins que les autres partis politiques et sont plus sobres dans leur consommation et frais jusqu'à présent !
a écrit le 12/06/2013 à 11:22 :
la solution technique parfaite n'existe pas ; on sait bien qu'au volant, tout est affaire de comportement ! mais personne ne veut faire des efforts et changer son comportement ! c'est toujours les autres qui conduisent mal, consomment trop de carburants....
C'est comme pour tout, il faut faire des efforts pour avoir des résultats...!
a écrit le 12/06/2013 à 10:22 :
Enfin la vérité par un article sérieux, objectif et bien documenté!
Mais s?il y a confusion entre effet de serre et pollution, n?est-ce pas parce que la presse a parlé de voitures diesel « propres » depuis 2008 (vignette Borloo) ? Comment se fait-il qu?il ait fallu attendre 2013 pour dénoncer la supercherie ? Tout le monde scientifique et médical le savait, personne n?a parlé haut et fort. La confusion était évitable, et c?était le travail des journalistes de la dénoncer.
Et puis, bien sûr, il y a la production d?électricité à partir de combustibles fossiles (sauf nucléaire), et là encore, les écolos nucléophobes sont incohérents en promouvant la voiture électrique.
Et le recyclage des batteries qui est très délicat avec des risques de pollution majeure (HNO3, HCl, HF) en cas d?accident. Et cela aussi, on le savait.
La voiture électrique ne sera jamais qu?un véhicule spécifique de ville d?appoint pour limiter la pollution de l?air ; à condition de pouvoir se la payer.
Cet article est remarquable, bravo M. Verdevoye. Mais qui vous a empêché de le publier des années avant ?
Réponse de le 12/06/2013 à 11:16 :
La confusion entre pollution et gaz à effets de serre est entretenue par le système de bonus-malus - qui a longtemps primé des diesels sans filtre à particules - et Bruxelles, qui a donné pour priorité les réductions des émissions de C02, pour lesquelles le diesel est plus efficace...
Réponse de le 12/06/2013 à 16:24 :
Il ne faudrait pas non plus faire la confusion "diesel ancien" et diesel "performant au plan particules"
a écrit le 12/06/2013 à 9:53 :
Ce que l'on appelle Hybride est au mieux le cas cité dans l'article de Volvo avec un moteur thermique de 205 Cv et électrique de 70 cv .Donc au mieux :2/3 thermique -1/3 électrique . En attendant un dévellopement possible du 100% électrique ne pourrait on pas faire du 2/3 électrique - 1/3 Thermique pour assurer une autonomie acceptable .Ainsi ,pourquoi ne pas faire une Zoé ++ avec un moteur thermique de 50 cv qui complèterait bien l'autonomie.Ce serait bien sûr plus cher ; mais le service rendu augmenterait considérablement
Réponse de le 12/06/2013 à 10:38 :
c'est ce que commercialise déjà opel et chevrolet avec la volt, véhicule électrique avec un petit moteur thermique qui fait office de dynamo
Réponse de le 12/06/2013 à 22:53 :
Oui mais si j'ai bien compris c'est un simple appoint en cas de perte totale d'autonomie .Mon propos était une alternative Thermique viable .Mais peut etre est ce le cas sur les Opel et Chevoolet que je connais peu .Merçi de vos infos
a écrit le 12/06/2013 à 9:46 :
Yoyo vous avez raison je pense comme vous, cela me fait penser a la télé couleur
les procédés PAL et Secam, aux satellites Teleco de A et B Où sont-ils ? remplacés par
Astra et Hotbird, nous aons faire l'inverse des autres. La Poste chez nous dans le nord
ont des véhicules électrique, Lorsqu'il pleut, géle etc Ies péposés ne peuvent faire du
chauffage pour les vites (buée)......si non ils rentreront à pied, moyent trés écologique
que j'ai conseillé à mes petits fils de se préparer lorsque l pétole deviendra un luxe
et que notre pays ne pourra plus acheter
a écrit le 12/06/2013 à 9:45 :
Je l'ai achetée pour des raisons fiscales , aussi par curiosité technique mais pas pour pour son look Bilan : excellente voitureau global, système parfaitement au point et performant été comme hiver , en montagne et en plaine , promesse tenue au niveau conso ( 900 km sur un réservoir de 45 litres sans taper dans la réserve ) et quelques bonus inattendus au niveau entretien : usure très lente des pneus , des plaquettes de frein et l 'impact de la clim sur la conso est plus faible que sur mes véhicules antérieurs. 16/20 ( BMW tu me fais la même ? )
Réponse de le 12/06/2013 à 11:01 :
BMW fait aussi des hybrides. Mais pas au meme tarif... Il faut compter plus de 50 000 euros pour une série 3. La conso est plus élevée que celle de la Prius, mais l'agrément mécanique aussi (moteur thermique de plus de 300 ch, moteur electrique de 40 ch).
a écrit le 12/06/2013 à 9:30 :
L'automobile la plus verte est celle qui n'est pas construite car trouver des solutions c'est transférer les problèmes de pollution, c'est en fait "mettre sous le tapis".
Réponse de le 12/06/2013 à 16:41 :
OK on sait , tous à pied, à vélo ou en bus . Et puis tous dans des tours , c est bien PLS ecologique et facile à chauffer que de l habitat individuel ( mot banni désormais ). Et puis interdiction de manger de la viande car cela génère du CO ² . Et puis interdiction d avoir plus de 1 enfant car la planète voit sa population s accroitre trop vite . Et puis la bise au général des KHMERS VERTS !
a écrit le 12/06/2013 à 9:16 :
Nous n'entendons malheureusement jamais parler des véhicules à pile à combustible via l'hydrogène qui possèdent une autonomie largement supérieure à celle de la voiture électrique et "zéro emission" ; d'ailleurs Toyota, Mercedes, Audi pour ne citer qu'eux ne s'y trompent pas, ils sont convaincus par cette technologie et développent certains modèles.
Reste à régler le problème de l'approvisionnement pour tout un chacun, seuls le Japon et certains pays de l'Europe du Nord possèdent seulement quelques bornes de recharge en hydrogène.
a écrit le 12/06/2013 à 8:52 :
Vous écrivez "Electrique, vertueuse ...." si vous regardez le bilan carbone (entre autres bilans) c'est de loin le plus mauvais, d'ailleurs vous le dites en fin d'article, l'électricité il faut bien la produire (sans compter la perte lors du transport ..)
Réponse de le 12/06/2013 à 16:31 :
Non il est meilleur "du puit à la roue" ! Du fait en particulier que le moteur électrique a un bien meilleur rendement et que la gestion d'une centrale même au charbon est plus facile à optimiser qu'une flotte de multiples véhicules émetteurs de tous âges et de tous entretien. Les centrales à charbon les plus en pointe sont relativement performantes et on peut encore réduire de plus de 90% les taux de pollution et de C02 par cryogénie par exemple ou stocker le C02 dans des matériaux de construction entre autres. Donc attention au fait que les technologies évoluent et qu'il faut en tenir compte pour faire des choix et comparer.
a écrit le 12/06/2013 à 8:47 :
Paradoxe : l' état encourage les voitures électriques avec le bonus mais va augmenter les prix de l' électricite (plus on consommera plus on paiera)
Merci qui ?
Réponse de le 12/06/2013 à 9:57 :
Le prix en électricité d'une recharge est de l'ordre de 2? .Si donc ,on augment le prix de l'électricité de 30 % ,ça ne fera jamais que 2,6 ?
a écrit le 12/06/2013 à 8:40 :
Bravo M.Verdevoye pour cette article à la fois complet, clair et objectif. !! ça change de vos perpétuelles louanges dithyrambiques sur les modèles outre Rhin et les commentaires perfides sur Renault. A ce propos Mercédés à choisi de monter un 2iéme moteur Renault sur ses Autos. et vous n' en parlez pas ?
a écrit le 12/06/2013 à 8:06 :
Vous parlez encore de la très faible autonomie des véhicules hybrides. Ca n'a pas de sens, un véhicule hybride n'est pas un véhicule électrique et n'a donc pas vocation a rouler en électrique !!
L?intérêt du véhicule hybride est de récupérer sous forme électrique l'énergie qui est généralement perdue lors des décélérations et freinages pour pouvoir ensuite l'utiliser pour aider le moteur thermique là où il est mauvais. C'est aussi un vrai stop/start vraiment efficace et agréable et bien sur un véhicule automatique.
De plus souligner perpétuellement "la faible autonomie en électrique de 2km" peut laisser penser aux gens que c'est adapté aux tout petits déplacement en ville, ce qui n'est pas du tout le cas, du moins moteur froid. L'hybride est tres intéressant sur des parcours variés (pas autoroutes) et suffisamment long pour avoir laissé le temps au moteur thermique de monter en température.
Réponse de le 12/06/2013 à 8:28 :
Le problème d'autonomie générale concerne les modèles "zéro émission", donc électriques. Les hybrides, polyvalents, ont une autonomie faible (2 km) en mode électrique pur...
Réponse de le 12/06/2013 à 13:43 :
Bis repetita : parler de l'autonomie en mode électrique pur des véhicules électriques N'A PAS DE SENS !!!!
Sur un parcours de 10km, vous pouvez très biens faire 5km en électrique pur, et sur un parcours de 100km même pas 500m ! ou le contraire, 50km en électrique sur un parcours de 100km et 10m sur 10km. tout dépend de la route, de la circulation et de l'age du capitaine !!!!!!!
Réponse de le 12/06/2013 à 14:37 :
les 24h du mans arrivent, on verra j'espère encore la chasse des toyota hybrides essence contre les audi diésels hybrides.
Ca sera passionnant.
Puis un proto électrique ausi performant que les porsches ou corvettes.
C'était la première fois en 2012 depuis des années qu'une essence avait mis en danger la suprématie diesel turbo, puis erreur de pilotage__
C'est sur la piste (rallye ou circuit) qu'on peut juger une technologie, il y a pas photo.
L'hybride c'est l'avenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :